En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

2

Commentaires

Réagir

Cérémonie des voeux

Les mairies font profil bas sur le coût des voeux

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Actualité Club finances, France • Club : Club finances

2

Commentaires

Réagir

© Pixabay

A l’heure de la baisse des dotations, les mairies sont contraintes de rogner sur certaines dépenses, souvent jugées accessoires. En ce début d’année, certains élus ont dans le viseur le prix des cérémonies de vœux, allant parfois jusqu’à les annuler.

 

Les temps sont à la contrainte financière pour les communes, sévèrement touchées par les coupes budgétaires. Ceinture donc pour certaines municipalités qui décident d’annuler leurs vœux aux habitants, à l’instar de Romilly-sur-Seine (Aube), Sannois (Val d’Oise) ou Douarnenez (Finistère). Dans toutes les mairies concernées, le message est le même.

A la recherche d’économies tous azimuts

« Le contexte financier est toujours aussi difficile pour les collectivités et la recherche d’économie reste équivalente. Nous avons annulé la cérémonie en 2016 et il n’y avait pas de raison de rétablir le rendez-vous en 2017 », explique ainsi le cabinet du sénateur-maire de Douarnenez, Philippe Paul (LR).

Exit donc le moment convivial et priorité aux budgets équilibrés. Si le phénomène est récent dans les villes de taille moyenne, il est plus ancien dans les petites communes. « On n’a jamais fait de cérémonie de vœux », explique ainsi Chantal Dufresne, la maire de Thièvres (Somme). Avec un budget de 100 000 euros annuels, pas question pour le bourg de sacrifier à la tradition.

Un moment qui reste important pour les citoyens

Pourtant, la ville d’Herblay (Val d’Oise), un temps sur cette ligne, a décidé de faire marche arrière. En 2016, le maire Philippe Rouleau (LR) décide pour la première fois d’annuler les vœux aux habitants. « On est en guerre et on va vers un monde de plus en plus dangereux. Pour les politiques, cela implique de changer les priorités. Je préfère consacrer l’argent des vœux à la sécurité », explique alors l’édile au Parisien.

A en croire le service communication de la ville, cette annulation a permis une économie de 35 000 euros et donc « d’ouvrir un poste de policier municipal ». La commune a cependant décidé d’organiser à nouveau des vœux cette année. En cause, les habitants qui se sont émus de ne pas pouvoir rencontrer le maire. « Pour beaucoup de citoyens, cette cérémonie permet de discuter avec le maire dans un moment de vraie convivialité » détaille le cabinet municipal.

Si la mairie n’a pas souhaité indiqué le montant dépensé pour cette cérémonie, « il est beaucoup moins élevé que les sommes des années précédentes ». Et de détailler : «nous avons organisé ces vœux le samedi après-midi pour ne pas avoir à payer aux personnels de la ville des heures supplémentaires. Quant à l’animation, elle a été prise en charge par les jeunes d’une association locale. »

Des cérémonies de vœux plus sobres

Autre collectivité qui a décidé de lever le pied sur les dépenses des vœux, la métropole de Nice. Il faut dire qu’en 2016, Christian Estrosi, à l’époque maire de Nice et président de la Métropole avait frappé les esprits. La présentation des vœux aux 12 000 agents, suivie de la représentation de la comédie musicale Flashdance, avait ainsi coûté pas moins de 395 000 euros. Pour sa défense, la ville avait alors expliqué, de façon pour le moins maladroite, que « cette somme, c’est 10% de moins qu’en 2015 ».

Les élus, probablement soucieux d’éviter une nouvelle polémique après une année marquée par les attentats de la Promenade des anglais, a décidé d’être plus sobre pour les vœux 2017. Au programme, « la tournée des services de la ville et de la métropole, l’occasion de passer un moment convivial autour d’une galette des rois » d’après le cabinet, sans toutefois en préciser le coût.

Des services municipaux plus sollicités

Même son de cloche à Lens dont la facture, plutôt salée, tournait avant 2014 entre 40 et 50 000 euros et permettait donc de s’offrir des échassiers, des décors changeant chaque année, un caricaturiste et la retransmission en direct de la cérémonie des vœux. Jugés désormais trop coûteux, ces services ont été remisés au placard au profit des élèves du lycée hôtelier de la commune qui font gracieusement le service et les agents de la ville qui s’occupent désormais de la décoration. Exit donc les buffets fastueux et les spectacles coûteux.

Plus généralement, l’option des vœux dans un format allégé, plus près des agents et des administrés est retenue par de nombreuses villes. D’après un responsable de la communication d’une des plus grosses villes de Seine-Saint-Denis qui requiert l’anonymat – preuve que le sujet est sensible – « tous les maires ont compris que l’époque des vœux qui en mettaient plein la vue aux citoyens est derrière eux ».

Une information qui reste difficile à vérifier puisque la très grande majorité des communes sollicitées par nos soins n’ont pas souhaité répondre à nos questions. L’heure de la cure d’amaigrissement des cérémonies de vœux n’est peut-être pas encore arrivée.

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Ridicule 30/01/2017, 10h42

    Je trouve ridicule que les élus nationaux qui insistent sur la nécessité de détenir un mandat local pour rester au contact de la population décident d'annuler ce moment citoyen qui permet une discussion directe entre le Maire et ses citoyens.

    Mais il est vrai qu'un élu national ne dispose pas de beaucoup de moyens financiers pour mettre en place ce type de manifestation!

  2. 2. pov citoyen 25/01/2017, 08h12

    Un sénateur maire qui annule les vœux de sa commune... On croit rêver de la part d'un édile national qui coute à lui seul une fortune à la société (= vous et moi qui payons son train de vie de nabab, alors que le sénat ne sait pas gérer et ne sert à rien).
    Quand aux 35 000€ d'économie pour les vœux, pour une commune dont je n'avais jamais entendu parler....
    Dieu soit loué, la majorité poursuivrait une saine tradition plus modestement.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.

 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X