En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

11

Commentaires

Réagir

Rémunérations

Le 2è dégel indiciaire entre en vigueur, dans l’indifférence des candidats à la présidentielle

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une emploi, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH • Club : Club RH

11

Commentaires

Réagir

© Fotolia

Jugée trop tardive et à visée électoraliste lors de son annonce, la revalorisation indiciaire franchit sa dernière étape ce mercredi avec une seconde hausse de 0,6%. Une mesure jusqu'à maintenant peu abordée et remise en question dans le cadre de la campagne pour l'élection présidentielle.

 

Chiffres-clés

Evolution de la valeur du point d'indice depuis 2006

  • 1er février 2017 : 4,6860 € brut
  • 1er juillet 2016 : 4,6581 € brut
  • 2011/2015 : gel du point d'indice
  • 1er juillet 2010 : 4,63 € brut ;
  • 1er octobre 2009 : 4,60 € brut ;
  • 1er juillet 2009 : 4,59 € brut ;
  • 1er mars 2009 : 4,58 € ;
  • 1er Octobre 2008 : 4.57 € ;
  • 1er mars 2008 : 4,55 € ;
  • 1er février 2007 : 4,53 € ;
  • 1er novembre 2006 : 4,49 €

Ce mercredi 1er février 2017 entre en vigueur la seconde étape de la « mesure de justice » voulue par le ministère de la Fonction publique : la revalorisation du point d’indice de 0,6%. Une première hausse de même valeur a eu lieu le 1er juillet dernier afin que la progression du point d’indice soit au final de 1,2%. La valeur annuelle du traitement afférent à l’indice 100 majoré passe ainsi à 5 623,23 euros.

La Cour des comptes a estimé dans son rapport publié en octobre dernier que ce dégel aura un impact sur les dépenses de personnel des collectivités territoriales et de leurs groupements d’environ 162 millions d’euros en 2016 puis 459 millions en 2017 et 27 millions d’euros en 2018. Et par la suite, « la hausse de la valeur du point d’indice aura un impact important sur les dépenses de 2017″, assure l’instance.

Une entrée en vigueur jugée trop tardive

L’annonce de cette mesure, faisant suite à un gel de six années ayant permis des économies de 7 milliards d’euros, avait été suivie en mars 2016 par plusieurs journées de mobilisation au motif qu’elle intervenait bien trop tardivement dans le quinquennat et qu’ »une revalorisation trop faible ou trop irrégulière de la valeur du point [mettrait] à mal la revalorisation des carrières », avait averti la CFDT.

A cette époque, le parti LR avait fustigé une « mesure coûteuse pour les contribuables et purement électoraliste », quand le président du MoDem François Bayrou l’avait estimé « légitime », notant toutefois que « le problème c’est que l’on n’a pas fait les efforts de gestion nécessaires pour avoir les moyens de le financer. (…) Cela va créer de grandes difficultés ». Quant au Front national, il s’était déclaré « favorable » tout en estimant que « [la revalorisation] ne se réclame simplement pas la veille d’échéances électorales majeures ».

Quasi-ignorée des projets présidentiels

Force est de constater, en tout cas, que près d’un an après cette décision du gouvernement, peu de candidats aux élections à la présidentielle reviennent dessus, pour l’heure, dans leurs programmes respectifs.

Benoît Hamon (PS) promet une revalorisation « immédiate », sans plus de précision si ce n’est que le montant sera fixé après une concertation avec les partenaires sociaux. La représentante du FN, Marine le Pen, propose pour sa part que des « situations [soient] différenciées par la mise en place d’un système permettant une modulation de l’évolution du point d’indice ». Enfin, Jean-Luc Mélenchon (parti de gauche), dit souhaiter, parmi ses priorités, la revalorisation des salaires des fonctionnaires à hauteur de 28%.

Certaines organisations syndicales – qui songeaient à organiser une journée de mobilisation mais, compte-tenu de l’agenda chargé de la semaine (séance plénière du Conseil commun de la fonction publique, nouvelle grève des ATSEM, puis réunion du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale), ont renoncé – assurent de leur côté vouloir continuer à militer pour que, entre autres, la revalorisation intervienne chaque année.

Salaire des fonctionnaires : comparez, simulez, partagez !

Les valeurs indiquées dans notre application tiennent compte des deux revalorisation du point d’indice, de juillet 2016 et février 2017.

Haut de page

11

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Fonction publique territorialeSalaire fonction publique

11 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. logan 10/02/2017, 08h13

    Augmentation de 0.6 % de la valeur du point en fevrier
    MAIS augmentation de la cotisation CNRACL de 0.35 % en janvier, ce qui peut aboutir à une diminution de salaire net !!!!!!
    Faites vos calculs

  2. 2. Lala13 07/02/2017, 11h18

    Monsieur Mélenchon sera enchanté d'apprendre qu'il représente le PCF !
    Pour le reste, c'est toujours bon à prendre, mais les salaires des catégories C sont en effet toujours les moins revalorisés.

  3. 3. Yam90 04/02/2017, 12h12

    Je trouve inadmissible l'annonce des salaires de 5 600 €, alors que la réalité est toute autre pour un agent de catégorie C même avec + de 30 ans d’ancienneté . Demandez aux intéressés avant d'indiquer ces montants. Nous sommes moins payé que dans le privé. Nous nous levons tous les matins pour payer ceux qui restent à ne rien faire, ça suffit. Nous avons perdu du pouvoir d'achat et notre train de vie n'est pas celui des politiques !!!!!

  4. 4. François 06/02/2017, 11h58

    L'article de la gazette est clair.
    Ce n'est pas le salaire mensuel d'un agent de catégorie C qui passe à 5623,23 euros, mais la valeur annuelle de l'indice 100 majoré de la fonction publique. Cela veut dire que pour chaque point d'indice majoré, la valeur brute est de 5623,23/100/12 = 4,686 euros.
    Si vous êtes à l'indice majoré 350 (milieu de l'échelle C2) vous avez une rémunération indiciaire brute mensuelle (hors régime indemnitaire éventuel) de 1640,11 euros.

  5. 5. ennaej 03/02/2017, 19h25

    La catégorie C est la moins bien lotie. Plus on va dans le temps, plus on dénigre cette catégorie. Il n'y a qu'à voir, suite à la refonte des grilles indiciaires, pour gravir les échelons, il va falloir maintenant attendre 2 ans au lieu de 18 mois pour prendre 1 point d'indice seulement en plus sur le salaire, soit 4,68 € brut. Wahou ! ce qui veux dire qu'une personne en catégorie C, adjoint administratif par exemple, si elle reste dans le même grade, au bout de 20 ans, elle n'aura pris grosso modo que 195 € de plus sur son salaire ! Je comprends pourquoi ils veulent tous voter HAMON qui va donner de l'argent à tort et à travers, sans condition de ressources. Au final, pourquoi aller travailler pour gagner si peu ? C'est se foutre du monde ! Par contre, nos politiques ne s'oublient pas !!! Il n'y en a pas un qui est capable de faire des réformes concernant leurs revenus faramineux ; je t'en foutrais des députés, ministres qui ont le droit d'embaucher les membres de leur famille ! Ils ne gagnent encore pas assez d'argent qu'ils ont le toupet et le droit d'embaucher leur famille ! Ainsi, ils reçoivent double salaire ! C'est honteux ! C'est l'argent du français qui trime tous les jours ! Et il faut aller voter pour ça !!! J'irai voter pour celui ou celle qui sera capable de diminuer le nombre des sénateurs, députés, ministres qui ne servent pas à grand chose à part s'enrichir sur le dos du citoyen français, je demanderais des justificatifs pour l'argent qui leur est donné pour leur soi-disant frais, je leur ferai payer le train, l'avion etc, en fait je leur enlèverai tous les avantages qu'ils ont puisque ils perçoivent de l'argent pour financer tout ça. Avec toutes ces réformes, je n'ose même pas imaginer toutes les économies que la France ferait et ainsi, pourrait peut être payer les fonctionnaires de la catégorie C un peu plus, augmenter le SMIC (car on ne vit plus avec le SMIC) et peut être baisser les charges sociales que paient les travailleurs et les entreprises et collectivités. Mais ça, on peut toujours rêver ! C'est révoltant !

  6. 6. Daniel 04/02/2017, 12h26

    Ce ne sont pas des « charges » sociales, mais des « COTISATIONS » sociales !
    Et ces COTISATIONS sociales font parties de notre salaire !
    Daniel

  7. 7. oups 03/02/2017, 16h50

    PPCR point indice et cadre B eet retraite :
    Si le PPCR est intéressant sur le brut, sur le net c'est 5 €, rédacteur 3ème grade, travaille depuis décembre 1971. Les 0,6% x 2 fois = sur le net 8,29€/mois net. Mon salaire commençait à baisser et je devais avoir du GIPA pour la 1ère fois de ma carrière.
    le départ en retraite était 57,5 a, puis 60. On nous disait que l'on aurait du bonus si on partait à cet âge. Résultat mes 8 trimestres de bonus volés car la retraite est passée à 62 ans. Même s'il m'est possible de partir depuis mes 60 ans, on est rémunéré qu'à 62, donc rab en + de rab. Ne me reste que 2 trim. de 62 à 62,5 a et cela à condition des rester jusqu'à fin 2017 où j'aurais 46 ans de travail, 192 trimestres pour 166.
    demandés. Il va de soi que les trimestre de 166 à 192 ne comptent plus, enfin si pour le pourcentage de calcul de départ mais si peu. Je cotise encore alors que j'ai tous mes triM et l'âge 60,8 a, j'aurais 62 en mai prochain.
    Rafp : comme j'ai trop de point (+ de 5125 et presque 6000), au lieu d'avoir une somme unique, on me calcule une pension compl. soit 23 €brut/mois (lol). Pourvu que je décède pas dans les 6 mois ap.la retraite car je serai alors très perdente et l'on ne peut le transférer pour ses enfants, cela retombe dans les caisses de l'Etat. Donc, pour récupérer la somme versement unique aux personnes qui ont - de 5125 pts qui ont moins travaillé que moi et qui touche un petit pactole, moi, en aillant travaillé plus, avec mes 23 € brut/mois, il me faudra vivre 0 ou 30 ans ap.la retraite pour avoir la même chose...Devant la faucheuse, qui sait si je vivrais 6 mois, 30 a, 5 ans...J'appelle cela du vol.
    récapitulons : perte échelon 115 €/mois retraite réforme PPCR
    perte de 8 trim. de bonus : retraite passée de 60 à 62 ans
    temps supplémentaire de fait = ne sert à rien car les décrets me volent à chaque fois
    Avec les changements de municipalités : reconnaissance avancement = vol (on repart à zéro à chaque fois) 90 pts/100 (il en faut 67) = nommée 5 a après
    C'est la récompense d'avoir travailler 46 ans (1971 0 2017)
    Me reste plus qu'à prendre mes jambes à mon coup et partir en retraite.
    Seul chose intéressante c'est qu'au lieu de 75 %, je passe à 77,6 %.
    Je remercie tout de même pour les 6 + 2 points sur le brut, pour la retraite, je prends.
    Les 8,29 €/net sont loin d'avoir rattraper le retard de pouvoir d'achat déjà gelé depuis 2010, augmentations 2017 : assurances 4,16€/mois, charges Hlm : 3 €/mois, mutuelle 4,06 €/mois, eau au litre, essence repartie à la hausse...
    On dit que les agents ont rapportés 7 milliards et qu'ils vont coûter 167 millions...
    Y a encore de la marge. On va demander à M. Fillon et toutes les personnes qui trichent .Faites ce que je dis, pas ce que je fais. Moi, je ne fais pas de courses automobile...j'essaye de m'en sortir une fois avoir réglé mes factures et impôts (2000€/an, célibataire), les impôts locaux 877 € et mon surendettement 720 €/mois parce que je n'ai aucune aide. Merci d'avoir perdu mon dernier échelon pour la retraite. Je me suis levée tous les matins depuis l'âge de mes 15 ans à 5 ou 6 h du matin.

  8. 8. JOJO 04/02/2017, 11h51

    Bonjour ! il y a un problème dans ce que vous déclarez ! si vous avez commencé jeune vous avez validé au moins 5 trimestres avant la fin de l'année de vos 20 ans 4 si vous êtes de la fin de l'année! donc vous pouviez partir à 60 ans voir même avant ! la retraite est versé des vos 60 ans , la complémentaire elle n'est versée qu' à vos 62 ans ! vous avez été mal renseigné! vérifiez ! car vous perdez de l'argent ! bien à vous !

  9. 9. ras le bol 03/02/2017, 09h36

    Ca me fait rire ces sois disant augmentations ! de catégorie c depuis 20 ans mon salaire stagne et même baisse ! entre les augmentations des cotisations retraite et le fait qu'il faille attendre 3 ans pour changer d'échelon (et pour gagner quoi ? deux euros de plus) je me demande pourquoi je me lève tous les matins

  10. 10. Rigole 02/02/2017, 17h42

    Il n'y a pas si longtemps, les sénateurs s'étaient octroyés une prime pour je ne sais quelle raison. En fait, il s'agissait de prendre en compte l'arrêt de l'augmentation de l'indice 100.

    Mais suite à une information qui avait fuité (journalistes), cette décision avait été annulée.

  11. 11. tarminette 02/02/2017, 09h36

    les membres du Gouvernement se satisferaient-ils d'un salaire d'une catégorie C?
    J'estime que les augmentations devraient être obligatoires annuellement : après tout, nous payons des impôts, nous aussi !

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.

 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X