Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Congrès de l'ARF

Les régions tirent à boulet rouge sur la réforme territoriale

Publié le 05/11/2010 • Par Xavier Brivet • dans : A la une, France • Source : Courrier des maires.fr

Le 6è congrès de l’Association des régions de France (ARF), organisé à Paris, le 5 novembre 2010, s’est tenu dans une ambiance houleuse, deux jours après l’accord trouvé en commission mixte paritaire sur la réforme territoriale sévèrement critiquée par les élus régionaux de gauche. Le texte de la CMP sera soumis au vote définitif des sénateurs le 9 novembre, puis à celui des députés, le 16 novembre.

Signe des tensions politiques autour de ce texte, le président (UMP) de la Réunion, Didier Robert et celui de région Guyane, Rodolphe Alexandre (DVG élu avec le soutien de l’UMP) ont annoncé le jour même du congrès leur départ de l’ARF, qui ne compte ainsi plus aucun élu de droite.
Les deux présidents de région ultramarins ont décidé de rejoindre la nouvelle Association des élus régionaux de France (AERF (1)) créée par le président de la région Alsace, Philippe Richert (UMP), qui avait également quitté l’ARF quelques jours plus tôt, dont il était le seul élu métropolitain de droite. L’élu alsacien reprochait à l’ARF de n’être plus qu’une « amicale d’opposition au gouvernement ».

« Disparition des régions »

Ces trois départs n’ont pas perturbé l’ARF plus que jamais opposée à la réforme. « Depuis 2004, les régions sont coupables d’être à gauche », a résumé en forme de boutade Alain Rousset, président (PS) de l’ARF qui a souligné l’absence « scandaleuse mais révélatrice » d’un représentant du gouvernement au congrès en dépit des invitations lancées par l’ARF.
« L’Etat impose une réforme territoriale inutile et dangereuse qui a pour seul objectif de faire disparaître les régions. Elles deviendront soit des services extérieurs de l’Evidtat, soit des éléments solubles dans le paysage politique français avec la création du conseiller territorial qui aboutira à une cantonalisation de l’action publique locale ». « L’Etat n’a plus de moyens de ses ambitions alors il sollicitera toujours plus les régions pour financer les politiques nationales tout en les affaiblissant politiquement », a déploré Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France.
Quant au conseiller territorial, « il privilégiera d’abord son canton aux investissements d’avenir, selon Alain Rousset. Une politique de la recherche ou de l’innovation ne s’inaugure pas. En revanche, on coupe le ruban d’une salle des fêtes ou d’un équipement sportif », a-t-il résumé. Plus lapidaire encore, François Patriat, président de la région Bourgogne, a estimé que la réforme territoriale « se résume en trois mots pour les régions : cantonalisation, cannibalisation et carbonisation ».

« Renforcer la régionalisation »

Sans surprise, les présidents de régions ont plaidé pour « un renforcement de la régionalisation » jugée essentielle à leurs yeux pour relancer l’économie. Dans une déclaration commune, ils demandent à l’Etat de confier aux conseils régionaux le « pilotage de la chaîne orientation/formation/emploi, dans le cadre de schémas régionaux véritablement prescriptifs ».
De même, les régions « deviendraient l’autorité de gestion des fonds européens et la compétence en matière de développement économique leur serait pleinement dévolue ». Les collectivités devraient parallèlement être détentrices d’un « pouvoir normatif ».

Les élus demandent aussi à l’Etat de rendre une véritable autonomie financière aux régions dans le cadre d’une réforme de la fiscalité locale. Ils appellent logiquement de leurs vœux une « refondation » de leurs relations avec l’Etat. « Le président de la République ne veut pas de la régionalisation. Si l’Etat ne répond pas à cet appel, c’est qu’il aura définitivement tourné le dos à la décentralisation », a estimé Martin Malvy, président de la région Midi-Pyrénées.

Cet article est en relation avec le dossier

Notes

Note 01 La nouvelle AERF, créée en juillet, rassemble des élus régionaux de droite. Rodolphe Alexandre estime que "cette association nouvellement créée répondrait certainement davantage à ses aspirations en termes d'échange entre les élus et de prise en compte de l'action que portent les régions dans toute leur diversité et dans la pluralité de leurs orientations politiques" Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Les régions tirent à boulet rouge sur la réforme territoriale

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X