Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme territoriale

Quand François Fillon voulait supprimer 30 000 communes

Publié le 19/01/2017 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, France

francois-fillon
European People's Party via Flickr CC 2.0
En juin 2014, François Fillon, ancien maire, président de département, et de région (notamment), vainqueur de la primaire à droite, et candidat à la magistrature suprême prônait « 6 000 ou 7 000 » communes ; et souhaitait que l’on « supprime 100 administrations départementales ».

 

L’entretien de François Fillon, publié le 24 juin 2014 dans L’Express , était peu ou prou passé inaperçu. Exhumé aujourd’hui, il éclaire, sans fard, le projet territorial du champion des Républicains dans la course à la magistrature suprême.

Dans cette interview, le candidat à la candidature prônait « une réduction drastique des niveaux de gestion locale ». Une opération fondée sur « la fusion-absorption des départements dans les régions et des communes dans les communautés de communes ». « D’un seul coup, on supprime 100 administrations départementales et on passe de 36000 communes à 6000 ou 7000 », précisait-il.

Rétropédalage

Un argumentaire qui s’arrêtait là. D’où une interrogation : comment François Fillon comptait-il parvenir à 6 000 nouvelles communes fondées sur les contours des communautés de communes, alors même que le nombre de ces entités culminait, en 2014, à 2 000 environ ?

Une chose paraissait, en revanche, établie dans le propos de François Fillon : le conseiller territorial, appelé à siéger dans les assemblées départementales et régionales, n’était qu’une étape vers la disparition des conseils généraux.

Dans son actuel document de campagne, François Fillon se fait moins définitif. « La question de la fusion des départements et des régions sera abordée », se contente-t-il d’affirmer. Et au chapitre intercommunal, il se montre nettement moins catégorique. « En 20 ans, l’intercommunalité a considérablement progressé, mais souvent en alourdissant les charges publiques et toujours sous le contrôle d’un Etat qui veut fixer les règles du jeu qu’il ne respecte pas pour lui même. Je ne veux plus qu’on fixe des seuils de populations pour les communautés de communes », indique-t-il simplement.

Cet article est en relation avec les dossiers

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Quand François Fillon voulait supprimer 30 000 communes

Votre e-mail ne sera pas publié

François

20/01/2017 09h10

Cinq articles à charge dans leurs titres. Cela va au-delà de la simple information.
On ne se demande plus si vous avez des sympathies ou des antipathies….

Henri Tanson

20/01/2017 12h51

Pour comprendre les propositions de Fillon et de Macron, et d’autres, (et leurs réformes passées) il faut connaître les projets de l’Union européenne; il faut lire les traités mais aussi les Grandes Orientations de Politique Générale, les Recommandations diverses. Et là, on comprend tout : la fusion des régions, la suppression des Départements, la réduction sévère du nombre des Communes, les regroupements, la réduction des Services Publics et du nombre de fonctionnaires, la mise en concurrence de tout ce qui fait le Public, sans préférences possibles, sont des demandes de l’Union européenne.
Nous sommes actuellement dans la période 2016/2017 qui dicte sa politique à la France (et aux autres pays de l’Union); et ces injonctions ne prennent même pas en compte les élections présidentielles, preuve que l’UE ignore les gouvernements… Et preuve qu’un président nouvellement élu, n’aura pas d’autre rôle que d’appliquer les directives venues d’ailleurs…!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X