Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Euro 2016

Les discutables retombées économiques de l’Euro 2016 de foot

Publié le 17/01/2017 • Par David Picot • dans : A la une, France

Match_de_football_Bordeaux_Liverpool_le_17_septembre_2015_02
CC Fantafluflu
Selon une étude, l’Euro 2016 aurait généré 1,2 milliard d’euros d’impact économique en France. Que signifie ce chiffre ? Peut-il être utilisé pour justifier l’accueil de nouveaux grands événements sportifs comme les Jeux olympiques de Paris 2024 ? Pas vraiment, à en croire les économistes.

La liste des acteurs pose question. Docteur en économie et professeur à la Sports management School (Paris) Pierre Rondeau, évoque d’ailleurs « un mélange des genres  »… Rendue publique le 10 janvier dernier, l’étude sur l’impact économique national de l’Euro 2016 avait été commandée par le Ministère de la jeunesse et des sports.

Un étonnant mélange des genres

Elle était dotée d’un comité de pilotage dans lequel figurait Euro 2016 SAS, la société organisatrice de l’épreuve. Ce travail a été réalisé par le Centre de droit et d’économie du sport (CDES) basé à Limoges (Haute-Vienne). Réputé pour son professionnalisme, cet organisme avait déjà planché sur l’étude ex ante et annoncé ce nombre de 1,2 milliard d’euros. Il a été associé au cabinet Keneo, une agence de marketing sportif qui a justement œuvré en coulisses à la candidature et au déploiement opérationnel de cet Euro. Parmi ses clients, l’on retrouve… le comité de candidature de Paris 2024. Son directeur général est d’ailleurs l’ancien directeur associé de Keneo. Voilà pour la forme…

Les auteurs ont donc conclu à un impact économique de 1,2 milliard d’euros pour l’économie nationale. Mais aucune trace dans ce rapport de 101 pages, des sommes engagées par l’Etat et surtout par les collectivités pour la construction et la rénovation des stades.

 Les villes n’ont pas été prises en compte dans le calcul

« Sur le plan méthodologique, on ne met pas des coûts en face d’un impact économique », explique Christophe Lepetit, économiste au CDES et l’un des auteurs de l’étude. « L’impact correspond à l’augmentation de la valeur ajoutée ou de l’emploi sur un territoire donné et pendant une période définie. Il est mesuré en comparant deux situations : avec ou sans l’évènement. Dans le cas présent, nous avons pris en compte les flux financiers étrangers provenant de l’organisation (UEFA, équipes nationales…) et des touristes entre le 10 juin et le 10 juillet 2016 ».

Résultat, « les chiffres annoncés ne correspondent pas à des bénéfices liés à une activité économique supplémentaire au niveau national ». Et dans les villes ? Cette échelle d’analyse n’a pas été retenue par le ministère, commanditaire de l’étude. Pourtant, « ce calcul aurait été intéressant » ne cache pas Christophe Lepetit. « L’Euro 2016 peut avoir un impact significatif dans une perspective de développement local ».

Une étude d’impact ne mesure pas la rentabilité des investissements publics

La métropole de Saint-Etienne (Loire) a justement fait réaliser une étude sur le sujet. L’impact a été estimé à 45,1M€. Sur la période de la compétition, « un euro dépensé par la collectivité a correspondu à 17,3€ dépensés sur le territoire », a constaté Roland Goujon, le vice-président en charge des sports.

En revanche et pour les mêmes raisons méthodologiques, les 40M€ injectés en amont par la métropole pour financer le stade Geoffroy-Guichard n’ont pas été pris en compte dans ce calcul. « De toute façon, nous aurions réalisé ces travaux », glisse l’élu. « Et le stade a une utilisation qui dépasse le cadre du championnat d’Europe » insiste-t-il.

Une étude d’impact ne correspond donc pas à une analyse coûts/bénéfices. Pas plus qu’à des « retombées » – comme l’annonce sur son Twitter Thierry Braillard, le secrétaire d’Etat chargé des sports,  – qui elles, s’appréhendent sur les moyen et long termes.

Un outil de communication plus que de vraies retombées économiques

Ce format d’étude apparaît donc surtout comme un outil de communication destiné à valoriser un événement. Ou à en justifier l’accueil d’un autre. Comme les Jeux Olympiques (JO) de Paris 2024. « Les grands événements sportifs sont une chance pour la France », a d’ailleurs déclaré Patrick Kanner. « Je veux en convaincre mes concitoyens, sur la base d’éléments objectifs ».

S’ils fournissent des éléments, les économistes mettent toutefois en garde. « Dire, à partir d’une étude d’impact, que l’on va générer des retombées importantes si l’on réalise d’autres évènements est aller bien vite en besogne », glisse Patrice Bouvet, maître de conférences à l’Université de Poitiers (Vienne).

D’une manière générale, « ce type d’évènement ne constitue pas un choc exogène significatif de croissance pour des économies nationales », conclut Christophe Lepetit (CDES) qui cite un rebond de… 0,05% sur le produit intérieur brut (PIB) annuel. « On ne peut pas justifier l’accueil d’une compétition sportive sur une seule base économique ».

A ses yeux, la recette est d’y associer « la réalisation d’objectifs publics élargis ». Il fait référence à la santé publique, à l’accessibilité des infrastructures ou à l’urbanisme avec la rénovation de quartiers. Autant d’éléments qui laissent un héritage à terme.

 

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les discutables retombées économiques de l’Euro 2016 de foot

Votre e-mail ne sera pas publié

interco

19/01/2017 03h19

A mettre en concurrence avec l’aplomb des sponsors (Coca-cola and Co….) qui ont brutalement parfois, empêché les commerçants non estampillés « Euro 2016 » de gagner leur vie: barrières interdisant l’accès aux bistrots voisins des évènements, privatisation des fans-zones, etc….
Rajoutons la surdité et l’aveuglement des médias sur ces dysfonctionnements pour ne pas se priver des pages de pub des sponsors.
C’est l’information qui devient bancale: « panem et circenses » avant tout.
Cerise sur le gateau, les guignolades de Patrick Kanner.

Yosb29

23/01/2017 04h17

Sans compter les exonérations fiscales honteuses accordées à l’UEFA…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X