Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Présidentielle 2017

Primaire à gauche : ce qu’ils ont dit sur la laïcité

Publié le 16/01/2017 • Par Brigitte Menguy • dans : France

primairegauche-ConvertImage
DR
La laïcité s’est invitée au cœur du second débat des primaires de gauche ce dimanche 15 janvier 2017. S’ils sont plutôt unanimes pour la défendre, les candidats jouent sur les mots pour affirmer leur différence. Revue de détails.

Unanimes pour la défendre, les candidats à la primaire de gauche veulent remettre la laïcité au cœur des valeurs de la République. Restent toutefois à s’accorder sur les moyens.

Vincent Peillon : « Notre pays régresse sur le sens de la laïcité »

Père de l’affichage de la charte de la laïcité à l’école alors qu’il était ministre de l’Education, Vincent Peillon regrette que le sens de la laïcité soit souvent ignoré, « même par les élites françaises ». Au-delà du tacle envers Français Fillon, Vincent Peillon déplore que « notre pays régresse sur le sens de la laïcité ». Or, selon ce dernier, « la laïcité, c’est la liberté de croire ou ne pas croire et il est important de l’enseigner comme une des valeurs essentielles de la République ».

Manuel Valls : « La laïcité doit être un combat à mener »

Pour l’ancien Premier ministre, la laïcité doit être « un combat à mener » car elle est régulièrement remise en cause, « notamment dans les quartiers populaires ».

Pour Manuel Valls, « parce que la laïcité protège et permet de croire et de ne pas croire », elle doit figurer dans une charte adossée à la Constitution.

Benoît Hamon : «  Les textes en vigueur suffisent »

A l’opposé de Manuel Valls, Benoît Hamon considère que les que les textes en vigueur « suffisent » et qu’il n’existe pas de « glaive de la laïcité ».

Enfin, l’ex-député frondeur juge que « la loi de 1905 devait être interprétée dans un sens libéral, conformément à la volonté de son rédacteur, Aristide Briand ».

Arnaud Montebourg : «  Il faut constitutionnaliser la laïcité »

« La loi de 1905 est l’acte sur lesquels nous pouvons nous appuyer pour faire face à toutes les difficultés aujourd’hui ». Telle est la force qu’Arnaud Montebourg veut donner à la laïcité. Pour ce faire, l’ancien ministre du Redressement productif ne veut pas de « nouveau texte » mais veut être ferme dans la mise en œuvre de la loi 1905 en la « constitutionnalisant ».

Une fermeté qu’il illustre notamment en refusant tout aménagement dans les services publics poru des raisons d’ordre religieux tels que les horaires de piscine pour les femmes.

Jean-Luc Bennahmias : « La loi de 1905 est une superbe loi »

Si le candidat de l’UDE (Union des démocrates et écologistes) regrette qu’on ait « trop joué avec les communautarismes, à gauche comme à droite », il ne veut « rien changer à la loi de 1905 » qu’il qualifie de « superbe ».

Sylvia Pinel : « Un module de formation supplémentaire pour les enseignants »

La candidate radicale a, quant à elle, tenu à rappeler l’attachement de sa famille politique à la laïcité, qu’ils définissent eux-aussi comme « la liberté de croire et de ne pas croire ». L’occasion également pour la seule candidate féminine de sortir des affirmations de ses homologues masculins en proposant une « module de formation supplémentaire » pour les enseignants.

François De Rugy : « Il y a des risques de régression sur la laïcité »

Telle une mise en garde, le candidat François De Rugy a alerté sur la non pérennité des valeurs de la République « si on ne se bat pour elles». Selon le candidat écologiste à la primaire de gauche, « des risques de régression sur la laïcité » existent : « la laïcité doit être un combat à mener ». A cet effet, il propose de lancer un « appel à projet » pour que chaque citoyen se sente acte dans la promotion de la laïcité.

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Primaire à gauche : ce qu’ils ont dit sur la laïcité

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement