Climat-Erosion

Le Sénat pirate la loi sur l’adaptation du littoral

| Mis à jour le 07/02/2017
Par • Club : Club Techni.Cités

Flickr / cc by Nick Wood

Le Sénat a adopté, en première lecture, la proposition de loi portant sur l'adaptation des territoires littoraux au changement climatique, le 11 janvier 2017. Mais il y apporte notamment une modification importante de la loi Littoral. Des dérogations qui sont loin de faire l'unanimité parmi les porteurs du projet de loi.

cet article fait partie du dossier

Le Littoral, une ressource à protéger

La proposition de loi sur l’adaptation du littoral au changement climatique a réuni un large consensus au Sénat, à l’exception d’un amendement (article 9) qui remet en question la loi Littoral. Il prévoit un cas de dérogation au principe de continuité afin de permettre le recul stratégique des activités, et vise à autoriser l’urbanisation des « dents creuses » dans les hameaux.

Amendement « scélérat » pour densifier l’urbanisation

L’association France Nature Environnement (FNE) parle d’amendement « scélérat » pour « créer ex-nihilo de nouveaux pôles d’urbanisation ». Pour l’association, les communes littorales seraient « en grave danger de ne plus avoir assez d’espaces naturels pour atténuer les effets du réchauffement climatique. » Pascale Got, rapporteure de la loi et députée de Gironde, est également opposée à cet amendement et considère que la proposition du gouvernement concernant les « dents creuses » était très raisonnable.

« Cette proposition a été rejetée. Je ferai une contre-proposition pour trouver un point d’équilibre qui n’affecte pas la loi Littoral. Il est impossible de voter des amendements qui favoriseraient l’extension de l’urbanisation dans des zones à risque, en prenant appui sur les zones d’activités résilientes et temporaires (ZART). Si on veut réviser la loi Littoral, faisons le spécifiquement, mais sans pirater d’autres textes » insiste la députée.

Suppression de la ZMTC

Pour rappel, cette proposition de loi crée un nouveau zonage entre les zones rouges et vertes, les zones d’activités résilientes et temporaires (ZART). Les activités pourront y être implantées et déplacées sous certaines conditions. Un nouveau type de bail – le bail réel immobilier littoral (BRILi) – permettra la démolition des constructions et l’indemnisation des propriétaires menacés par l’érosion.

Les sénateurs ont supprimé la notion de zones de mobilité du trait de côte (ZMTC) jugées redondantes avec les zones rouges des plans de prévention des risques naturels (PPRN). La ZMTC devrait cependant être réintroduite par l’Assemblée nationale.

Le Sénat demande également de sécuriser le BRILi. Pourtant, selon Pascale Got, le BRILi est parfaitement bordé juridiquement. « Les baux réels existent déjà. Il s’agituniquement de les adapter pour le littoral » estime la députée.

Suppression du fonds de financement spécifique

Enfin, les sénateurs ont supprimé le nouveau fonds pour l’indemnisation des risques liés à l’érosion. Son financement est jugé trop flou. « Le Gouvernement a en effet précisé qu’il serait alimenté par trois sources importantes de financement en provenance de l’État, des collectivités territoriales et des assureurs. Mais aucun détail n’est fourni sur le niveau et l’assiette de son financement, sa gestion quotidienne, son entrée en vigueur ou les critères d’éligibilité » déplore la commission sénatoriale, qui prévoit donc d’utiliser le fonds « Barnier » de prévention des risques naturels majeurs.

Pascale Got n’y est pas opposée. « A ce jour, l’abondement du fonds d’adaptation n’est effectivement pas précisé. S’il n’est pas prêt, on peut recourir au fonds « Barnier » momentanément. L’objectif est d’accompagner le plus rapidement les communes ». La députée souhaite que cette loi soit adoptée rapidement. Elle sera examinée en seconde lecture à l’Assemblée nationale, en séance, le 31 janvier.

cet article est en relation avec
Dossier
Commentaires

2  |  réagir

01/02/2017 01h54 - YANNIC

Personne ne dénonce l’intérêt de la loi littoral. Nous sommes tous conscient de la nécessité de protéger la bande littorale et les zones naturelles. Ce qui est mis en cause par les « plumés » et autres lésés, c’est l’absurdité de son interprétation en ce qui concerne les « dents creuses ». Permettre de construire sur ces parcelles de petite surface, qui ne sont plus exploitables, va sauver par ailleurs des espaces importants de nature agricole qui, sinon, changeront de destination pour être bétonnés. Les responsables des associations de défense de l’environnement réalisent un travail de valeur dans de nombreux domaines. Sur ce sujet ils sont autistes et adoptent des attitudes extrémistes. Je leur dis : « ouvrez les yeux et acceptez d’être logiques ». Il faudra bien entendu être vigilant pour que cette modification de la loi n’ouvre pas la voie à des dérives mais faisons confiance à nos élus et administrations qui contrôlent la légalité des décisions. Plumés, autres spoliés et sympathisants, nous serons bien plus de 130000 si nous lançons une pétition. La majorité est favorable à la loi littoral mais 53% adhèrent aux amendements proposés. C’est une réponse d’un « pov citoyen » spolié à un autre « pov citoyen », qui n’a peut-être pas pris le temps de lire et de comprendre les textes de l’amendement tout comme l’esprit de la loi littoral.Le sénat fait partie de nos institution démocratiques dont le rôle est parfois de corriger les erreurs d’application ou d’interprétation des lois.

Signaler un abus
17/01/2017 07h07 - pov citoyen

Le sénat est bien là dans son rôle de lobbying des élus locaux et d’une horde de promoteurs immobiliers. Ce n’est surement pas l’argent qui motive un sénateur, déjà lourdement armé en avantages indécents d’un autre âge. Surement la nostalgie du pouvoir. A quand la fin de cette couteuse et inutile institution?

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X