En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

 

Réagir

Statistiques

Stabilité des violences dans le football amateur en 2015/2016

Publié le • Par • dans : A la Une prévention-sécurité, Veille documentaire prévention-sécurité • Club : Club Prévention-Sécurité

0

Commentaire

Réagir

© © Val Thoermer - Fotolia.com

Une étude de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) montre que la proportion de matches de football amateur ayant connu des actes violents a été stable en 2015/2016 par rapport à la saison précédente. D’un autre côté, 98,6 % des rencontres se déroulent sans incident.

 

A l’heure où le gouvernement annonce que l’Euro 2016 a été « une belle réussite pour l’activité économique et l’emploi en France », un versant du football est moins glorieux : celui de la violence dans le monde amateur.

Une note de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) publiée le 11 janvier, montre en effet que les violences et les incivilités ont touché 10 977 matches, soit 1,4 % de ceux qui se sont déroulés durant la saison 2015/2016.

Certes, le nombre de rencontres entachées par ces actes – agressions physiques et/ou atteintes envers un arbitre – a diminué d’environ 1500 rencontres. En revanche la proportion de celles ayant connu des incivilités et des violences est stable. « Cette baisse peut résulter de la plus faible propension de certaines ligues et districts à reporter les violences commises », nuance ainsi la note. L’intérêt de cette étude est également de montrer les variations du niveau de violence selon les mois de l’année et donc les pics de violences observés aux mois de novembre et avril.

Arbitres et jeunes - La note de l’ONDRP présente aussi la nature et la répartition des violences envers le corps arbitral ainsi que la typologie des agresseurs.

Deux éléments essentiels sont ainsi mis en avant par l’Observatoire. D’une part, les arbitres sont principalement victimes de violences verbales (86 % des violences subies) et sont l’objet des violences les plus graves dans 41 % des matches à incident. D’autre part, ce sont les jeunes âgés de 17 et 18 ans qui sont le plus exposés aux violences et particulièrement physique et 90 % des violences sont commises par au moins un joueur.

Futsal et violence - La note se penche aussi sur la spécificité du futsal dont 1 % des matches a été l’occasion de violences et dont la proportion commise par des spectateurs depuis 2009/2010, à la différence du football en extérieur, ne cesse d’augmenter (17 % de l’ensemble).

« La proportion plus élevée des agresseurs spectateurs traduirait un meilleur renseignement des violences. Une seconde hypothèse à formuler est que l’ambiance dans les tribunes est effectivement plus tendue, ce qui entraine plus d’incidents entre spectateurs. Ce climat de violences pourrait être dû à l’environnement cloisonné, le futsal étant pratiqué dans un gymnase alors que le football est joué en plein air », explique la note.

Références

Téléchargez la note de l'ONDRP sur les violences dans le football amateur en 2015-1016, janvier 2016

La note s’appuie sur le recensement effectué chaque saison par la Fédération française de football depuis 2005, à travers son outil appelé « Observatoire des comportements ».

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Prévention de la délinquanceSécurité publiqueSport

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.