Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Non classé
  • Ile-de-France : priorité au social, à l’écologie et au développement économique

Budget 2011

Ile-de-France : priorité au social, à l’écologie et au développement économique

Publié le 04/11/2010 • Par Raphaël Richard • dans :

Avant le débat d’orientation budgétaire du 18 novembre, Marie-Pierre de la Gontrie, première vice-présidente du conseil régional d’Ile-de-France chargée des finances, a présenté le 4 novembre les priorités de la région – le social, l’écologie et « l’ambition économique » –, dans la ligne des promesses faites aux élections.

L’élue a tout d’abord rappelé les deux paramètres qui vont guider cet exercice budgétaire : la première année d’un nouveau mandat et les marges financières « inexistantes ». La grosse inconnue est surtout le montant qui va être perçue par le biais de la nouvelle cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), une des remplaçantes de la taxe professionnelle.

Si les projections de Bercy, sur une base de 4% de croissance, prévoit des recettes importantes pour les régions, Marie-Pierre de la Gontrie est plus sceptique sur le résultat. « Je ne sais pas si nous allons ou y gagner ou y perdre, mais avec les mécanismes de péréquations, nous sommes sûr de ne pas y perdre. » La dotation pour 2011 sera dans tous les cas égale à celle de 2010.

Un peu trop égale d’ailleurs selon la conseillère socialiste car le gel de ces dotations devrait entraîner une perte de 53 millions d’euros, en raison de l’inflation. Le gouvernement « programme ainsi l’asphyxie du principe de la décentralisation », note-t-elle.

Logement et santé

Malgré cette situation difficile, la région souhaite le « maintien à un niveau équivalent des compétences lourdes de la région », « faire face aux contraintes » et « éviter un budget de rigueur ».

Concernant les priorités, le volet social doit permettre de financer :

  • Le logement social, des jeunes et des étudiants (1) ;
  • les contrats Réciprosanté pour les étudiants en médecine ou en formations sanitaires et sociales souhaitant exercer dans des zones sous-équipées ;
  • l’aide à la complémentaire santé des étudiants ;
  • la mise en place du Pass contraception ;
  • l’alignement des bourses des formations sanitaires et sociales sur l’enseignement supérieur.

Sem sur les énergies nouvelles

« L’urgence écologique » faisait aussi partie du programme sur lequel l’équipe à la tête de la région a été élue. Dans ce cadre, les budgets transports et environnement seront en augmentation afin notamment d’organiser début 2011 des Etats généraux de la conversion écologique et sociale et de développer les transports collectifs. De plus, une société d’économie mixte (Sem) sur les énergies nouvelles devrait voir le jour.

Enfin, l’Ile-de-France défend « l’ambition économique » afin de continuer à soutenir les PME. Il s’agit notamment de « renforcer le soutien à la création d’entreprises et les fonds d’investissements », a expliqué Marie-Pierre de la Gontrie.

Recours contre les transferts non compensés
Le président de la région, Jean-Paul Huchon, a adressé le 3 novembre un recours gracieux auprès du Premier ministre François Fillon afin de réclamer certains transferts non compensés depuis 2006, concernant notamment les formations sanitaires et sociales, les agents techniques des lycées et des transports. Le Conseil régional évalue à 863,414 millions d’euros les sous-compensations de l’Etat dans ces domaines.
Sans réponse favorable de François Fillon dans les deux mois, la région prévoit de saisir le Conseil d’Etat. Si plusieurs départements ont déjà introduit ce type de recours, l’Ile-de-France est la première région à se lancer dans ce type de démarche, et pourrait être rejointe par d’autres…

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

Notes

Note 01 annoncé le 18 octobre, voir notre article Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Ile-de-France : priorité au social, à l’écologie et au développement économique

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X