Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Sport

Euro 2016 : plus d’un milliard d’euros de recettes pour la France

Publié le 10/01/2017 • Par Judith Chetrit • dans : France

ok_saint-etienne-foot
Saint-Étienne Métropole
Avec un impact économique estimé à 1,22 milliard d’euros, la compétition a attiré 2,5 millions de spectateurs dans les stades et 536 500 touristes étrangers.

Sept mois après, l’après-vente de l’Euro 2016 se poursuit, rue Saint-Dominique. Ce mardi 10 janvier, ce n’était pas pour revenir sur l’épopée des Bleus et leur « réappropriation par 65 millions de Français » selon les dires du secrétaire d’État aux Sports, Thierry Braillard, mais pour aborder les retombées économiques nationales à court terme de ce tournoi organisé en France du 10 juin au 10 juillet. Un impact estimé à un total de 1,22 milliard d’euros pour un coût d’organisation du tournoi par l’UEFA évalué à 1,095 milliard – mais ne comprend notamment pas le coût de la rénovation des stades, dont une partie financée par les collectivités locales.

60% de touristes étrangers

D’après une étude co-réalisée par le centre de droit et d’économie du sport de Limoges et le cabinet de conseil Keneo, les dépenses touristiques liées à l’Euro s’élèvent à 625 millions d’euros. En un mois, le pays a accueilli plus de 535 000 visiteurs étrangers, dont 110 000 primo-visiteurs.

Qu’il séjourne à Paris, Lyon ou Marseille, le podium des villes les plus visitées pendant l’Euro, le touriste venu spécialement pour la compétition de foot a dépensé en moyenne 154 euros par journée pour une durée avoisinant les 8 jours. « Nous nous attendions à une répartition 60% spectateurs français 40% étrangers. Or c’est le contraire qui s’est produit », témoigne Jacques Lambert, le président du comité d’organisation de l’Euro.

A ces retombées touristiques, il faut ensuite ajouter 596 millions d’euros de dépenses opérationnelles relatives à l’organisation comme l’hébergement des équipes, la location des stades ou les prestations de sécurité, fortement accrues sous la menace terroriste. Sans oublier 75 millions d’euros de rentrées fiscales, – malgré des exonérations accordées à l’UEFA – dont 2,7 millions d’euros pour la taxe sur les séjours.

 10 000 temps plein créés

Sur le plan de l’emploi, le tournoi a aussi eu un impact positif. Un témoignage d’une employée de Securitas et une vidéo de la ministre du Travail Myriam El Khomri étaient diffusés pour rappeler ce « volume supplémentaire d’activité généré par l’organisation », notamment à destination des publics éloignés de l’emploi ou des quartiers prioritaires : plus de 117 000 mois travaillés, soit 10 000 équivalents temps plein annuels ont été créés pour faire face à à la sécurisation importante des stades et des fan zones, mais aussi les besoins du secteur hôtellerie-restauration.

Plus tôt, la construction et la rénovation des onze stades du tournoi avait nécessité jusqu’à 20 000 équivalents temps plein entre 2011 et 2016.

Vitrine pour les territoires

Si l’étude a été réalisée au niveau national, faute de ressources financières suffisantes pour détailler par collectivité-hôte, le ministre des Sports a tout de même donné quelques éléments de comparaison. A Lens où quatre matchs ont eu lieu au stade Bollaert-Delelis, Patrick Kanner parle de 70 millions d’euros de retombées économiques quand la métropole lilloise pourrait avoir raflé le double.

Mais les auteurs de l’étude s’accordent à dire qu’au-delà du foot et de l’enjeu sportif, la compétition a été une vitrine pour le pays et « laisse une trace sur le territoire », selon Jean-Jacques Gouguet du Centre d’économie et de droit du sport. A titre de comparaison, une étude réalisée après la Coupe du monde de rugby qui s’est tenue en 2007 dans 10 différents stades français montrait que le tournoi avait rapporté plus de 500 millions d’euros à la France.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Euro 2016 : plus d’un milliard d’euros de recettes pour la France

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X