Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité

Prévention de la délinquance : Jean-Marie Bockel formule 15 propositions au chef de l’Etat

Publié le 03/11/2010 • Par Hervé Jouanneau • dans : A la une, Actu prévention sécurité, France

Jean-Marie Bockel, le secrétaire d’Etat à la Justice, lors de son arrivée à l'Elysée pour la remise de son rapport
Jean-Marie Bockel, le secrétaire d’Etat à la Justice, lors de son arrivée à l'Elysée pour la remise de son rapport AFP
Après la vive polémique déclenchée cet été par la série de mesures sécuritaires prises par le gouvernement et alors que le bilan du plan national de prévention de la délinquance se révèle mitigé, le secrétaire d’Etat à la Justice, Jean-Marie Bockel, a remis le 3 novembre au président de la République un rapport sur la prévention de la délinquance des mineurs qui fait la part belle à la responsabilisation des parents.

S’appuyant sur un premier rapport réalisé en début d’année par Jean-Yves Ruetsch, les 15 propositions formulées (voir encadré) par Jean-Marie Bockel s’organisent autour de trois grands « défis » : le soutien à la parentalité, la restauration de la citoyenneté et la reconquête de l’espace public.

Conforter le maire

Evoquant une déstabilisation de l’autorité parentale et la « disparition de la puissance paternelle », le rapport énumère tout d’abord une série de mesures destinées à « soutenir la parentalité ». « Dans certains quartiers où explose la délinquance juvénile, plus d’un foyer sur deux est une famille monoparentale », constate-t-il, préconisant pour les foyers recomposés de « confier un statut aux beaux-parents » et de rendre obligatoire « une mise à niveau linguistique et républicaine » pour les parents d’origine étrangère qui ne maîtrisent pas bien la langue française. Autres mesures avancées : la généralisation des « écoles de parents » ou encore le développement du « coaching parental ».

Soucieux de « conforter le maire dans la chaîne des sanctions », Jean-Marie Bockel met en outre l’accent sur des dispositifs existants, comme les conseils des droits et devoirs des familles, les contrats de responsabilité parentale, les rappels à l’ordre ou encore les stages parentaux. Autant de mesures déjà réaffirmées dans le plan national mais qui ne semblent pas, jusque là, avoir séduit les élus locaux.

Repérer les troubles dès 2 ans

Deuxième défi, la restauration de la citoyenneté rassemble plusieurs propositions destinées à prévenir le décrochage scolaire et les comportements violents à l’école. Le rapport propose ainsi de systématiser des « dispositifs particulièrement innovants » comme les micro-lycées, les établissements de réinsertion scolaire ou encore les « ateliers relais ». Il recommande également de mettre en œuvre « des programmes de prévention » contre le harcèlement et le racket scolaire.

Le secrétaire d’Etat revient par ailleurs sur l’idée d’un repérage précoce des troubles du comportement chez l’enfant, qui avait suscité un tollé en 2005 lorsqu’ elle avait été proposée par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). « Cette vulnérabilité pourrait être repérée chez les petits entre deux et trois ans », estime-t-il. Autres préconisations formulées au titre de la citoyenneté, le rapport insiste sur la valorisation de la culture française et la nécessité d’une « laïcité plus offensive ».

Réviser la doctrine d’emploi des éducateurs de rue

Dans son dernier chapitre consacré à « la reconquête de l’espace public », le rapport propose de s’attaquer, par un plan spécifique, au phénomène des bandes, et notamment des bandes de filles, présentées comme « une tendance lourde ».

Jean-Marie Bockel déplore également « le prosélytisme islamique qui offre à ses fidèles une contre-société construite en opposition avec la société d’accueil ». Partant, il souhaite « un travail de reconquête afin de prémunir les plus jeunes du danger de l’obscurantisme et de la délinquance ».

Parallèlement, le secrétaire d’Etat espère « un message politique fort » pour donner « une meilleure visibilité à la prévention spécialisée ». Il en appelle cependant à une « rénovation de la doctrine d’emploi des éducateurs de rue », considérés comme « trop liée à la protection de l’enfance ».

De même, le rapport propose une plus grande appropriation de l’espace public par l’autorité judiciaire en inscrivant le juge des enfants « comme membre à part entière du conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance » et en accélérant les délais d’exécution des mesures éducatives judiciaires.

Des moyens à définir

Sur la question des moyens, Jean-Marie Bockel reste évasif, plaidant en faveur d’une évaluation systématique et se disant juste « convaincu qu’il existe de multiples leviers » de financement, comme les crédits du fonds social européen dédiés au public en grande difficulté ou le développement des partenariats publics-privés.

Les 15 propositions du rapport

  1. Développer un véritable programme de « coaching parental » en s’appuyant sur les réseaux d’accompagnement des parents,
  2. Confier un statut aux beaux-parents,
  3. Rendre obligatoire la participation des parents signalés à une mise à niveau linguistique,
  4. Généraliser le conseil de droit et de devoir des familles,
  5. Généraliser le contrat de responsabilité parentale,
  6. Faciliter le recours aux poursuites pénales pour les parents défaillants en abrogeant les notions de « motif légitime » ou « d’excuse valable » prévues par les articles 227-17 et 227-17-1 du Code pénal,
  7. Mettre en place un repérage précoce des enfants en souffrance,
  8. Lancer une campagne interactive d’information nationale contre le racket scolaire,
  9. Développer dès l’école primaire des programmes de prévention des comportements violents et discriminatoires,
  10. Concevoir et mettre en œuvre une politique de prévention et d’action spécifiquement ciblée sur les bandes de filles,
  11. Garantir la cohérence de la politique pénale applicable aux mineurs par l’organisation d’une conférence annuelle,
  12. Elaborer une charte de qualité visant la réduction des délais d’exécution des mesures éducatives judiciaires,
  13. Faire revenir l’éducateur de rue dans l’espace public,
  14. Créer dans les écoles de police un module de formation centré sur la connaissance des mineurs et des acteurs de la prévention,
  15. Généraliser un mouvement de parrainage civique des mineurs en rupture scolaire.

Références

Consultez le rapport de Jean-Marie Bockel sur la prévention de la délinquance des jeunes

3 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Prévention de la délinquance : Jean-Marie Bockel formule 15 propositions au chef de l’Etat

Votre e-mail ne sera pas publié

thiebeaux

04/11/2010 09h23

j’ose espérer que ces propositions vont être rejetées est-t-il besoin d’exposer les méfaits de telles idées

D. MONCHAMP

04/11/2010 12h39

L’état qui a abandonné le terrain des quartiers difficiles (fermeture des commissariats, fin de la police de proximité, patrouilles de nuit inexistantes) semble avoir trouvé les « vrais » responsables de la délinquance des rues : les parents !

kams

07/11/2010 05h46

Un travail riche et rigoureux a été mené en faveur de la prévention de la délinquance mais les trois axes définis:
– Parents
– Citoyenneté
– Loi
sont pas nouveaux.
Qui plus est, Jean Marie Bockel démarre son rapport en faisant allusion, parlant des jaunes, à des Tyrans!!! ça annonce la couleur: répression plus plus, dommage pour de la prévention

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X