En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

8

Commentaires

Réagir

Sécurité publique

Attentat de Nice : Sandra Bertin maintient ses accusations

Publié le • Par • dans : A la une, A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, France • Club : Club Prévention-Sécurité

8

Commentaires

Réagir

© S.Bertin

Au lendemain de l’attentat du 14 juillet à Nice, Sandra Bertin, à la tête de la vidéosurveillance de la ville, avait affirmé avoir subi des pressions de la part du ministère de l’Intérieur dans le cadre de la rédaction de son rapport sur le dispositif de sécurité déployé sur la Promenade des Anglais, où avait eu lieu l’attaque. Une déclaration qui avait provoqué une vive polémique puisque Bernard Cazeneuve avait porté plainte pour diffamation. Le procès se tiendra le 7 juin prochain. Mais la policière vient d’apprendre que la plainte qu'elle avait déposée pour abus d’autorité a été classée sans suite par le procureur de Nice. Entretien.

 

Comment jugez-vous la décision du procureur de Nice de classer sans suite votre plainte pour abus d’autorité ?

Je ne suis guère surprise. Nous savons tous que si la magistrature assise dispose d’une liberté quasi-totale, concernant la magistrature debout, c’est un peu plus délicat. C’est pourquoi dans les plus brefs délais nous saisirons un juge d’instruction qui pourra instruire à charge et à décharge avec toute la latitude que cette enquête devrait nécessiter.

Subissez-vous des pressions encore aujourd’hui ?

Les pressions que j ai pu subir, je les ai dénoncées. Je qualifie cette plainte (la plainte déposée par le ministre de l’Intérieur pour diffamation) déposée à mon encontre comme le paroxysme des pressions menées post-attentat. D’ailleurs, rappelons que le parquet de Paris avait classé cette plainte et que c’est dans le cadre d’une citation directe que je comparais devant les tribunaux parisiens.

Que pensez-vous de la première audience qui a eu lieu la semaine dernière où l’on a annoncé l’ouverture du procès au 7 juin ?

Je ne pense rien de particulier concernant cette audience qui était une audience de procédure. En revanche les nombreux fourgons de CRS prévus pour encadrer la manifestation de soutien (manifestation qui a d’ailleurs fait l’objet d une interdiction devant le tribunal), je ne vous dirai pas ce que j’en pense car je vais être désagréable… Quand on sait que selon l’IGPN, une manifestation de 30 000 personnes n’a visiblement pas un dispositif sous dimensionné lorsqu’aucune force mobile n’est affectée sur place… J’ai toutefois pu parler avec les agents (CRS) qui m’ont assuré de leur soutien et qui semblaient navrés de s’être vus confier cette mission.

Dans quel état d’esprit aborderez-vous le procès ?

J’aborderai le procès d’une manière tout à fait sereine. Je déplore que le ministre ait pu se sentir atteint par la réalité que j’ai relatée et qu’il se soit senti visé personnellement.

Etes-vous soutenue par la profession ?

Concernant les soutiens, je suis soutenue par la police municipale, de nombreux agents de la police nationale et un nombre incalculable de citoyens qui a conscience que lorsqu’on occupe un poste comme le mien, avec les responsabilités que cela implique, on ne s’amuse pas à parler à tort et à travers.

Vous êtes toujours en poste ?

Oui je suis toujours en poste.

Qu’est-ce que cette affaire a changé pour vous ?

Cette affaire a changé ma façon de voir les choses et d’aborder la vie d’une manière générale. A vie, je serai marquée par les horreurs que j’ai vues, et à vie je serai marquée par ce que l’on a fait ensuite, par ce que l’on a essayé de me faire dire ou faire.

Qu’attendez-vous du procès ?

J’attends du procès et d’une manière générale des affaires en cours d’instructions, que la vérité soit révélée. Les Français ont droit à la vérité, les Niçois ont le droit de savoir.

Maintenez-vous qu’un haut-fonctionnaire du ministère soit intervenu auprès de vous au lendemain de l’attentat ?

Je maintiens absolument tout ce que j’ai dit.

Avez-vous donné son nom ?

J’ai donné les noms à la Justice dans le cadre de mon signalement.

Haut de page

8

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Aide aux victimesPolice municipaleSécurité publique

8 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. louna 14/01/2017, 17h09

    justice socialiste justice de la honte ! Gouvernement de la honte aux abois par son incompétence mais terrassée par cette arrogance suprême et tellement terrifiante ! Honte a tout ces pantins qui tous les jours se font manipuler par ces lamentables journalistes et socialistes qui dirigent notre pays ! Mettez la en prison votre conscience n'en souffrira pas !

  2. 2. jean-paul bats 12/01/2017, 11h56

    Honneur et respect à Madame Bertin et honte à notre gouvernement et notre justice.Il ne faudra pas les oublier lors du passage aux urnes.De tout coeur avec vous Madame.

  3. 3. tafanaire 11/01/2017, 17h47

    Il faut que la justice face son travail en toute objectivité

  4. 4. nouki 10/01/2017, 21h46

    Je ne vois pas l'intérêt qu'elle aurait à mentir.Si la justice fait son travail correctement, '(elle a communiqué le nom de son auditeur au ministère),elle ne craint rien.Lui par contre aura les dénégations qu'il sied à quelqu'un du ministère, dans une situation délicate.Ce sera parole contre parole.La justice trancheraElle n'avait rien a gagner ,à déclarer des mensonges, de l'autre côté ce ne sont pas les mêms intérêts, on connaît le ministère.

  5. 5. Aurcads 10/01/2017, 09h33

    Je suis d'accord sur la crédibilité de ses déclarations. Les personnes qui ont cru que Mme Bertin faisait de la politique sont des idiots n'ayant rien compris à la fonction publique territoriale.
    La mauvaise publicité autour des moyens simplement dérisoires alloués par l'Etat à la protection des personnes, dans un contexte d'état d'urgence (qui serait donc proche d'un concept marketing) et pour une manifestation de cette ampleur, sont extrêmement gênants pour l'exécutif et pour l'intérieur...

  6. 6. Aniki 10/01/2017, 09h31

    Des pressions il y en a toujours eu de la part des autorités, faites plus de pv ou arrêtez d'en faire, telle personne faut éviter, tel endroit faut éviter, etc... et même des administrés, je connais untel ou untel, vous allez voir ce que vous allez voir, etc... Soit vous suivez le chemin soit on vous broie... sanctions déguisées, dévalorisation, poussé à muter... Les autorités n'acceptent pas qu'on leur tienne tête, quand bien même ce serait pour de justes raisons... Nous vivons dans une république bananière depuis toujours, asservis à tous ces petits barons locaux ou seigneurs nationaux... Le seul moyen de lutter et dénoncer ces pratiques est d'utiliser les méthodes d'investigation journalistique, caméra cachée! et là pan! dans les dents, la preuve irréfutable! plus moyen de nier ou d'esquiver! Les polices devraient toutes être équipées de caméras, et le savez-vous, beaucoup d'édiles n'en veulent pas! bah forcément ça va être plus compliqué de faire pression quand on sera enregistré... Liberté, Egalité, Fraternité... Mon c..

  7. 7. mac 10/01/2017, 08h50

    Notre "état en faillite" en est depuis si longtemps réduit à travestir la réalité et à jeter de la poudre aux yeux que les déclarations de Madame BERTIN sont malheureusement tout à fait crédibles... et comme elle le souligne, elle n'avait pas grand chose à gagner (à moins d'être mythomane) à raconter n'importe quoi, ce qui renforce sa crédibilité.

  8. 8. Kplo 09/01/2017, 19h23

    Aléa jacta ès...
    Que vous soyez puissants ou misérables!
    Une fois de plus: que peut le pot de terre contre le pot de fer? Où est la justice?

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.

 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X