Qualité de l'air

Que pense le gouvernement de l’interdiction de la circulation dans Paris des deux-roues anciens ?

Par • Club : Club Techni.Cités

La qualité de l’air est une préoccupation majeure de nos citoyens. La pollution atmosphérique est à l’origine de 48 000 décès prématurés par an selon une étude récente de l’Agence nationale de santé publique (ANSP). Le non-respect des normes sanitaires dans de nombreuses agglomérations concernant les concentrations dans l’air de particules fines et de dioxyde d’azote ont par ailleurs conduit la Commission européenne à engager deux procédures précontentieuses contre la France. Dans les agglomérations, le transport routier est l’une des principales sources d’émissions de polluants atmosphériques.

L’arrêté du 21 juin 2016 établit la nomenclature des véhicules classés en fonction de leur niveau d’émission de polluants atmosphériques en application de l’article R. 318-2 du code de la route. Ce classement tient compte de la spécificité des deux-roues pour leur classement. Contrairement aux idées reçues, les deux-roues ne sont pas nécessairement moins polluants que les voitures, même en prenant en compte leur profil de roulage plus favorable en agglomération et le moindre temps passé pour trouver un stationnement, tout particulièrement pour les anciens deux-roues sans système de post-traitement catalytique.

En effet, même si les deux-roues sont plus légers, les normes antipollution qui leur sont applicables sont moins contraignantes et en conséquence les systèmes de dépollution installés sur les deux-roues sont moins performants. Pour mettre en place une zone à circulation restreinte, s’agissant d’une pollution locale, il appartient aux collectivités territoriales, en fonction des spécificités de leurs territoires, de choisir de restreindre la circulation des véhicules les plus polluants et de définir les véhicules concernés par les restrictions, en trouvant un équilibre entre les enjeux sanitaires, les alternatives en matière de mobilité et les considérations économiques et sociales.

La collectivité territoriale doit justifier les restrictions prévues au regard de la population concernée par les dépassements ou le risque de dépassement des normes de qualité de l’air, et des réductions des émissions de polluants atmosphériques attendues par la mise en œuvre des restrictions. Les restrictions peuvent être différenciées en fonction des voies de circulation, des jours de la semaine ou des heures de la journée, ou encore en fonction de la nature et de l’usage des véhicules, en veillant toutefois à la lisibilité des restrictions prévues pour les usagers concernés. Le projet d’arrêté de création de la zone à circulation restreinte, accompagné de l’étude justifiant les restrictions, est soumis pour avis aux autorités organisatrices de la mobilité, aux conseils municipaux des communes limitrophes, aux gestionnaires de voirie, ainsi qu’aux chambres consulaires concernées, puis soumis à la consultation du public.

Dans ce contexte, afin d’accompagner les démarches des collectivités territoriales et de soutenir le renouvellement des vieux véhicules diesel, la ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer, chargée des relations internationales avec le climat, a mis en place une prime à la conversion, renforcée en 2016. Cette prime permet de bénéficier d’une aide de 10 000 € pour le remplacement d’un vieux véhicule diesel par un véhicule électrique, et d’une aide de 500 ou 1 000 €, sous conditions de ressources, en cas de remplacement par un véhicule récent essence, GPL ou gaz. Une aide à l’acquisition de deux-roues électriques est par ailleurs à l’étude dans le cadre de la préparation de la loi de finances 2017.

Par ailleurs, les collectivités mettant en œuvre des actions ambitieuses en faveur de la qualité de l’air peuvent bénéficier d’un soutien technique et financier de l’État, avec une subvention pouvant aller jusqu’à 1 million d’euros.

Commentaires

1  |  réagir

04/01/2017 11h19 - Claire

Quelle usine à gaz !

Pourquoi d’une part ne pas inciter au télétravail et puis simplement augmenter la TIPP (le prix de l’essence et surtout du diesel) au lieu de :
- mettre en place une règlementation tatillonne, abracadabrantesque, coercitive et socialement injuste,
- dépenser de l’argent public que nous n’avons pas (cf. déficits et dette),
- accroître toujours plus le déficit de notre balance commerciale…

Pourquoi les transports en commun qui n’ont pas vraiment évolué depuis au moins 30 ans sont-ils toujours aussi engorgés ? et surtout aussi chers à l’usage ?

Ceux qui ont promu le diesel pour tous il y a 20 ans nous enjoignent maintenant de passer au tout nucléaire ?

Les deux-roues (et les voitures hormis notamment VW et Renault) d’il y a 20 ans polluent-ils davantage alors qu’ils consomment moins que les modèles d’aujourd’hui, à la construction, comme à l’usage ?

Enfin, comment réduire l’impact de l’activité humaine sans une politique démographique adaptée ?

Changeons de politique !

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP