En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

1

Commentaire

Réagir

Formation

Cotisation CNFPT : le taux restera à 0,9% en 2017

Publié le • Par • dans : A la Une RH, France, Toute l'actu RH • Club : Club RH

1

Commentaire

Réagir

© CNFPT

C’est tranché. La cotisation que les collectivités versent au Centre national de la fonction publique territoriale restera plafonnée à 0,9% l’année prochaine. Ainsi en décidé le gouvernement après deux arbitrages des deux Premiers ministres Valls, puis Cazeneuve.

 

Malgré les appels au rétablissement à 1% de la cotisation versée par les collectivités au CNFPT lancés par le président de l’établissement public, François Deluga, les organisations syndicales, l’Entente des territoriaux et certaines associations d’élus, dont l’Association des maires de France, le gouvernement est resté sourd.

 

GIRARDIN-Annick-H

Dans un entretien accordé à la Gazette des Communes ce 20 décembre, la ministre de la Fonction publique, Annick Girardin (en photo ci-contre) nous a confirmé qu’il n’y aurait pas de retour au 1% en 2017.

« La décision est définitive. Il y a eu un arbitrage des deux Premiers ministres Manuel Valls, puis Bernard Cazeneuve. Je le respecte », nous a-t-elle indiqué.

La ministre était à l’origine plutôt favorable à un rétablissement du 1%, mais en contrepartie d’une redéfinition du partenariat entre l’Etat et le CNFPT quant aux missions de celui-ci. « Le cadre n’est pas suffisamment défini et j’étais convaincue qu’il fallait le renégocier… »

Il y a quelques jours, le président du CNFPT avait écrit au président de la République dans l’espoir qu’il revienne sur cette décision. L’établissement pourrait réduire son offre de formation de 25 à 30% en 2017.

Haut de page

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

La répartition des charges sur les ouvrages d’art se met en musique

Trois ans après la loi de juillet 2014 visant à répartir les responsabilités et les charges financières concernant les ouvrages d’art de rétablissement de voies, le décret d’application vient de paraître. Il précise les modalités de répartition des ...

Guy Gilbert, professeur émérite à l'ENS Cachan.

Guy Gilbert : "Le bassin de vie est l'échelle pertinente pour trancher les questions fiscales"

L'impôt local idéal existe-t-il ? Est-il à portée de main ? Pour Guy Gilbert, professeur émérite à l'ENS Cachan et spécialiste reconnu des finances locales, tenter de réunir ces critères s'apparente à chercher… la quadrature du cercle ! Un défi stimulant. ...

Aide aux victimes : 12 recommandations pour une nouvelle gouvernance

Un rapport des inspections générales de l’administration, des affaires sociales et de la justice, demande à revoir la gouvernance de la politique publique d’aide aux victimes. Il recommande en particulier la définition d’un schéma territorial dans chaque ...

Temps de travail et absentéisme : fureur des syndicats contre les propositions du ministère

Deux textes "à visée politique", "inexacts au niveau réglementaire" et à "l'écriture amateur"... Les expressions des organisations syndicales sont sans concession pour qualifier les projets de circulaires sur le temps de travail et l'absentéisme qui leur étaient ...

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Formation fonction publiqueManagement fonction publique

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. pov citoyen 21/12/2016, 08h28

    Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'on s'exprime sur le sujet davantage en termes politiques qu'en objectifs techniques réels. Drapé dans une bonne foi qui sent l'hypocrisie à plein nez, les roublards de la politique nous font du "toujours plus", de "l'herbe est plus verte chez le voisin..." ou "il faut défendre la capacité de formation des agents".
    Encore des gestionnaires de l'argent facile des autres. On pourrait croire que chacun a pris conscience qu'il fallait "arrêter les frais"; ben non, l'hydre est toujours bien vigoureuse chez certains.
    La plupart des organisations se serre la ceinture, essaye de faire que les déficits publics se réduisent, apprend la bonne gestion, faire mieux avec moins; restent çà et là des nids de résistance habitués aux beaux bureaux et autres avantages en tous genres...
    A votre avis, qui paye ce train de vie de sénateur de nos élus?
    J'en ai même entendu un jour me dire "notre voyage en Amérique du sud, c'est nous qui le payons avec une partie de nos indemnités...". Celui qui me parlait était déjà payé 100% dans son administration, présent à temps partiel, et payé en plus par la collectivité. Il voulait une absence autorisée pour son voyage. Mal tombé.
    Et c'est toujours comme cela.
    La honte, je vous le dis.
    NB: j'ai connu des élus honnêtes

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.

 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X