En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Analyse de la pauvreté

Pauvreté et types de ménages : une typologie des intercommunalités

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Dossiers d'actualité, France

0

Commentaire

Réagir

carte-interco-pauvret-une © Compas

Le bureau d’études Compas a réalisé une étude inédite de la pauvreté dans les intercommunalités. Elle fait suite à plusieurs études et outils, réalisés avec la Gazette, destinés à mieux mesurer la pauvreté en France, pour mieux la combattre. Cette étude sur la pauvreté dans les intercommunalités permet de dégager 6 catégories de territoires.

Violaine Mazery, Directrice d'études au Compas

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Pauvreté : en finir avec la politique de l'autruche

 

Le Compas a publié par deux fois des estimations de données communales sur les taux de pauvreté pour les 100 plus grandes communes de France. Ces estimations ont été largement confortées par la première publication par l’Insee de données communales officielles, en juin 2015, puis leur mise à jour à l’automne 2016.

Pour aller plus loin sur ces questions de pauvreté au niveau communal et intercommunal, le Compas propose une analyse de ces nouvelles données accompagnée d’une estimation du nombre de pauvres et de leurs caractéristiques socio-démographiques. L’estimation de la répartition par critères socio-démographiques des populations pauvres, appliquée à l’ensemble des intercommunalités de France métropolitaine, permet de réaliser un classement de ces territoires en six grandes catégories.

Davantage de pauvres en couple parental

En France métropolitaine, une personne sur trois vit sous le seuil de pauvreté lorsqu’elle vit en famille monoparentale alors que ce taux n’est que de 13 % au sein des ménages de type couple parental (1), 8 % chez les couples sans enfant et 15 % pour les personnes seules.

Pourtant, il serait faux de considérer que la plupart des personnes pauvres vivent dans une famille monoparentale. En effet, près de la moitié de la population (47 %) vit dans un ménage de type couple avec enfant(s) en France métropolitaine.

Cette proportion élevée de population dans cette catégorie de ménages porte à 44 % la part des personnes pauvres vivant en couple parental contre « seulement » 22 % pour celles vivant en famille monoparentale.

Ainsi, le « risque » de pauvreté est le plus élevé lorsque l’on vit en famille monoparentale, mais on compte bien davantage de pauvres qui vivent dans un couple parental.

Le « risque » de pauvreté est le plus élevé lorsque l’on vit en famille monoparentale, mais on compte bien davantage de pauvres qui vivent dans un couple parental

L’estimation de la répartition par critères socio-démographiques des populations pauvres (voir encadré méthodologie), appliquée à l’ensemble des intercommunalités de France métropolitaine, permet de réaliser un classement de ces territoires en six grandes catégories.

Celui-ci tient compte, d’une part, de la proportion des populations vivant sous le seuil de pauvreté dans la population (taux de pauvreté au seuil de 60 %), et d’autre part, des répartitions des populations pauvres par âge du référent fiscal ou composition du ménage.

Les caractéristiques démographiques des populations reflètent les spécificités de peuplement des territoires : on retrouve ainsi une sur-représentation des populations pauvres vivant dans les jeunes ménages en familles monoparentales ou seules dans les agglomérations urbaines.

Dans les territoires aux taux de pauvreté les plus élevés, plus d’une personne pauvre sur deux vit en couple parental : cette catégorie de ménage est la plus représentée sur le territoire français puisque 47 % de la population globale et 44 % des personnes pauvres vivent en couple parental en France métropolitaine.

La part des personnes vivant en couple sans enfant et des personnes vivant dans les ménages les plus âgés est sur-représentée sur les territoires ruraux et en particulier sur le secteur ouest et sud-ouest du pays.

Ces populations âgées pauvres sont également sur-représentées sur les territoires à faibles taux de pauvreté présentant des caractéristiques des populations pauvres différentes de celles des agglomérations urbaines : peu vivent seules, dans de jeunes ménages ou en familles monoparentales.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Six catégories d’intercommunalités

Catégorie A : Pauvreté élevée / forte sur-représentation des couples parentaux parmi les personnes pauvres

La catégorie A rassemble 30 EPCI (2). On y trouve 36 des 100 plus grandes communes de France métropo­litaine, parmi lesquelles Strasbourg, Saint-Etienne, Villeurbanne, Nîmes ou Argenteuil.

Elle regroupe des territoires à forts taux de pauvre­té : 23,5 % en moyenne. Plus de la moitié des per­sonnes pauvres de ces intercommunalités vivent en couple parental (de 50 % à 66 % selon les territoires). Les personnes pauvres, sont moins souvent qu’ail­leurs des personnes vivant seules (10% contre 17 % en France métropolitaine).

Catégorie B : Pauvreté élevée / sur-représentation des familles monoparentales parmi les personnes pauvres

La catégorie B rassemble 65 EPCI. On y trouve 24 grandes villes parmi lesquelles Marseille, Montpel­lier, Lille, Le Havre ou Toulon.

Elle regroupe des territoires aux taux de pau­vreté plutôt élevés (18,9 % en moyenne) et où les personnes pauvres vivant en familles monoparentales sont sur-représentées : 26 % de la population pauvre vit en famille monoparentale contre 22 % en France mé­tropolitaine. Sur ces territoires les propor­tions de personnes pauvres vivant au sein d’un jeune ménage sont souvent plus éle­vées qu’en moyenne métropolitaine (14 % contre 11 %).

Catégorie C : Pauvreté élevée / sur-représentation des couples sans enfant et des ménages âgés parmi les personnes pauvres

La catégorie C rassemble 77 EPCI qui se positionnent majoritairement dans les ter­ritoires ruraux situés sous la diagonale pas­sant de la Manche aux Alpes-Maritimes. On y trouve les villes de Nice, Cannes, Antibes et Ajaccio.

Elle regroupe des territoires aux taux de pauvreté là aussi plutôt élevés : 17,9 % en moyenne. Les personnes pauvres vivant en couple sans enfant et au sein des ménages les plus âgés sont sur-représentées : 16 % de la population pauvre vit en couple sans enfant et 11 % au sein des ménages les plus âgés contre respectivement 11 % et 6 % en France métropolitaine.

Catégorie D : Pauvreté moyenne / sur-représen­tation des jeunes ménages, personnes vivant seules et familles monoparentales parmi les populations pauvres

La catégorie D rassemble 78 EPCI. On y trouve 27 villes parmi lesquelles Paris, Lyon, Toulouse, Nantes ou Bordeaux.

Le taux de pauvreté de cette catégorie (13,9%) est assez proche de la moyenne métropolitaine. La sur-représentation des jeunes ménages, personnes vivant seules et familles monoparentales parmi les personnes pauvres est la principale caractéristique de la catégorie D : 26 % des populations pauvres vivent en famille monoparentale (22 % en France métropo­litaine), 16 % au sein des ménages les plus jeunes (11 % en France métropolitaine) et 26 % vivent seules (17 % en France métro­politaine).

Catégorie E : Pauvreté moyenne à faible / sur-représenta­tion des couples parentaux parmi les populations pauvres

La catégorie E rassemble 100 EPCI. On y trouve les villes de Courbevoie, Rueil-Malmaison, Antony et Maisons-Alfort.

Elle regroupe des territoires aux taux de pauvreté assez faibles (13,3 %). La répartition des populations pauvres par critère socio-démographique y est l’une des plus proches de la moyenne métropolitaine avec néanmoins une sur-représentation des populations pauvres vivant en couple parental (49 % contre 44 % en France métropolitaine.

Catégorie F :  Faible pauvreté / sur-représentation des per­sonnes seules et couples sans enfant parmi les po­pulations pauvres

La catégorie F rassemble 94 EPCI. On y trouve les villes de Boulogne-Billancourt, Versailles, Saint- Maur-des-Fossés, Issy-les-Moulineaux et Neuilly-sur-Seine.

Elle regroupe des territoires à faibles taux de pauvre­té (11,2 %). La répartition des populations pauvres par critères socio-démographiques montre une sur-représentation des populations pauvres vivant seules ou en couples sans enfant : respectivement 23 % et 14 % contre 17 % et 11 % en France métro­politaine.

Comment avons-nous réalisé cette typologie ?

Cette typologie a été réalisée, selon une méthode dite de « classification hiérarchique », à l’issue d’une ana­lyse en composantes principales portant sur sept variables : le taux de pauvreté, les proportions de personnes pauvres vivant seules, vivant en couple parental, vivant en famille monoparentale, vivant en couple sans enfant, vivant dans un jeune ménage, vivant dans un ménage âgé. Nous avons intégré 444 EPCI pour lesquels ces sept variables étaient disponibles. Les 1 683 autres EPCI et les 100 plus grandes communes de France sont positionnés dans l’analyse à titre illustratif.

Notre typologie est destinée à regrouper les territoires de manière à ce que ceux-ci soient les plus similaires possibles au sein d’un même groupe au regard des indicateurs proposés, et que les groupes obtenus soient les plus dissemblables possibles. Il s’agit d’une classification possible parmi d’autres, qui résulte de différents choix établis au préalable à savoir les indicateurs retenus, la méthode et le nombre de classes. Il est important de souligner qu’une typologie ne peut rendre compte de l’ensemble des spécificités territoriales.

Haut de page

Voir toute l'actualité sur ce dossier Actualité sur ce dossier

10/01 BILAN DU QUINQUENNAT Quartiers : des moyens, peu d’amélioration

28/12 MIXITÉ SOCIALE Gentrification : sur le terrain, des projets urbains pour rééquilibrer la population

27/12 MIXITÉ SOCIALE « Les politiques de peuplement sont très diverses selon les contextes locaux » - Max Rousseau

26/12 MIXITÉ SOCIALE La gentrification, une politique d'aménagement qui ne dit pas son nom

14/09 FISCALITÉ Les critères de richesse des collectivités vont changer

24/06 SOCIAL Une boutique « sans argent » qui lutte contre le gaspillage et favorise les échanges

03/03 EXCLUSION SOCIALE Les élus connaissent-ils « leurs » pauvres ?

18/02 EXCLUSION Plan pauvreté : « Un amortisseur, pas un levier de changements »

11/12 TRAVAIL Retour à l'emploi des allocataires du RSA : le Nord mise sur le multi-partenariat

03/12 SOCIAL Les diagnostics territoriaux à 360° livrent leurs premiers enseignements

24/09 [OPINION] ACTION SOCIALE Suppression de l’analyse des besoins sociaux : un recul grave

23/09 [ENTRETIEN] Action sociale locale : le gouvernement tire à hue et à dia

27/07 PLAN DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Exclusion : « Il faut mieux cerner les dynamiques de la pauvreté »

23/06 SOCIAL Plan pauvreté : Valls remobilise les pilotes de la déclinaison territoriale

09/06 LUTTE CONTRE L'EXCLUSION Droits de l'enfant : les mauvais résultats de la France

02/06 STATISTIQUE [Carte interactive] La pauvreté, urbaine, trop urbaine

27/05 LOGEMENT SOCIAL Les offices publics de l'habitat amortisseurs de la crise, jusqu'à quand ?

31/03 LUTTE CONTRE L'EXCLUSION Hébergement d'urgence : un tout petit pas vers la fin de la gestion « au thermomètre »

24/03 LUTTE CONTRE L'EXCLUSION Pour soutenir le premier rapport sur les inégalités

04/03 POLITIQUE DE LA VILLE Comité interministériel à l'égalité et à la citoyenneté : que faut-il en attendre ?

04/03 EXCLUSION Plan pauvreté 2015-2017 : davantage de corrections que de nouvelles mesures

26/01 Bilan du plan de lutte contre la pauvreté : avancées nationales, retards dans les territoires

20/01 LUTTE CONTRE L’EXCLUSION Pauvreté : le bilan mitigé du plan pluriannuel

20/01 HÉBERGEMENT D'URGENCE Hébergement d'urgence : le gouvernement promet la réduction des nuitées hôtelières

16/01 MÉTIER Des travailleurs sociaux fragilisés par la crise

13/01 DOSSIERS 2015 Lutte contre l’exclusion - Le plan « pauvreté » à l’heure de vérité

11/12 PRÉCARITÉ Hébergement d'urgence : pour la Fnars, « les collectivités ont des moyens d'agir »

20/11 TRAVAILLEURS PAUVRES Le RSA activité et la prime pour l'emploi laissent place à la "prime d'activité"

26/09 SOCIAL L’Unccas élit sa présidente

09/07 LOGEMENT La mairie de Paris va taxer les bureaux vides

26/06 PAUVRETÉ Les inégalités à l'origine de la panne de croissance des DOM

18/06 POLITIQUE DE LA VILLE Politique de la ville et nouvelle géographie prioritaire : un concentré d’erreurs

17/06 EGALITÉ DES TERRITOIRES Politique de la ville : la carte de la nouvelle géographie prioritaire dévoilée

24/03 SOCIAL Action sociale : dix ans d'expérimentation, et maintenant ?

04/03 [OPINION] SOCIAL Le paradoxe de la participation des pauvres

27/01 PLAN DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ ET POUR L'INCLUSION SOCIALE Pour Ayrault, le combat contre la pauvreté se gagnera avec la clarification des compétences locales

18/12 POLITIQUE DE LA VILLE Zones urbaines sensibles : les principaux chiffres à retenir

22/11 [APPLICATION INTERACTIVE] LE COMPARATEUR DES TERRITOIRES Niveaux de vie des personnes âgées : comparez les revenus par commune de plus de 10 000 habitants

14/10 APPLICATION INTERACTIVE Niveaux de vie, où en est ma commune ? Nouvelles données pour le Comparateur des territoires

03/10 SOCIAL L’Unccas déplore la «décentralisation pénitence»

16/07 TRAVAILLEURS PAUVRES Le rapport Sirugue signe la fin du RSA-activité

02/05 [OPINION] PAUVRETÉ Contre les inégalités territoriales, il faut agir

25/04 PAUVRETÉ Un observatoire de l’impact de la pauvreté sur l’alimentation

11/04 EMPLOI Insertion : le Nord cherche un nouveau modèle plus performant

28/03 DROITS DE L’ENFANT Pour l’Unicef, villes et départements sont en première ligne pour lutter contre l’exclusion et la pauvreté des enfants

22/02 PAUVRETÉ Un Tour de France de la solidarité pour présenter le plan gouvernemental

01/02 MAL-LOGEMENT La fondation Abbé Pierre pointe l’accroissement des inégalités territoriales

22/01 EXCLUSIONS Pauvreté : le Premier Ministre confirme le plan quinquennal et le rôle du département comme chef de file de l’action sociale

21/01 STATISTIQUE Nette augmentation de la pauvreté en France, selon Eurostat

11/12 [CONFÉRENCE DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ] Clôture de la conférence nationale : changement de méthode pour la lutte contre la pauvreté

10/12 [CONFÉRENCE DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ] Pauvreté : va-t-on enfin décloisonner les politiques sociales ?

07/12 [CONFÉRENCE NATIONALE DE LUTTE CONTRE L'EXCLUSION] Réduire le non recours et augmenter le montant des allocations : les conditions préalables de lutte contre la pauvreté

16/10 DÉMOGRAPHIE MÉDICALE Les déserts médicaux existent aussi en ville, dénonce l’UFC-Que choisir

05/09 PAUVRETÉ Etienne Pinte plaide pour « une meilleure coordination territoriale de lutte contre la pauvreté »

05/09 PAUVRETÉ Que pensent les enfants de la pauvreté ?

22/06 INTERVIEW Louis Gallois, nouveau président de la FNARS : « Les populations les plus démunies ne doivent pas être les victimes des coupes budgétaires »

06/06 PAUVRETÉ Un mouvement européen pour dénoncer le traitement criminel de la pauvreté

06/06 EMPLOI Les premiers détails sur la conférence sociale des 9 et 10 juillet

31/05 PAUVRETÉ Pauvreté infantile des pays riches : la France mal classée

10/05 [OPINION] PROSPECTIVE Il faut refonder l’observation sociale

06/12 SOCIAL Pauvreté : les associations contestent les constats du gouvernement

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés IntercommunalitéLutte contre l'exclusion

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.