En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

1

Commentaire

Réagir

Sécurité routière

Quelle est la position du gouvernement concernant la création d’une journée nationale des victimes de la route ?

Publié le • Par • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles prévention-sécurité

1

Commentaire

Réagir
 

La prise en compte des victimes des violences routières, de leur famille et de leurs proches est un sujet grave, qui constitue une préoccupation constante du Gouvernement. Prenant en considération les demandes formulées par de nombreuses associations depuis plusieurs années, le ministre de l’Intérieur a saisi le Conseil national de la sécurité routière (CNSR), afin de recueillir son avis sur l’organisation d’une journée des victimes de la route. Lors de son assemblée plénière du 29 novembre 2013, le CNSR a recommandé de retenir comme date celle de la journée européenne des victimes, fixée au 22 février.

Une telle recommandation a été prise après audition d’une quinzaine de personnes représentant des associations de victimes de la route, et au regard des avis partagés émis sur l’intérêt d’une journée spécifique dans un pays où la sécurité routière est un enjeu quotidien. Il est néanmoins indiqué que cette journée du 22 février doit être « le moyen de mieux connaître les victimes d’accidents de la circulation », et qu’elle doit aussi être « le point d’étape annuel des travaux menés en vue d’une amélioration des suites de l’accident ».

Sur ce dernier point, il importe de souligner que l’amélioration de l’accompagnement et de l’indemnisation des victimes et la lutte contre la violence routière constitue une priorité pour le Gouvernement. C’est dans ce cadre que la loi n° 2015-993 du 17 août 2015, transposant une directive européenne du 22 octobre 2012 « établissant des normes minimales concernant les droits, le soutien et la protection des victimes », a renforcé l’attention particulière qui doit être accordée aux victimes par les acteurs de la chaîne pénale, notamment avec l’appui des associations d’aide aux victimes.

Par ailleurs le plan d’action interministériel en faveur de la sécurité routière, adopté lors du Comité interministériel de la sécurité routière du 2 octobre 2015, vise notamment à « améliorer l’accompagnement des victimes des accidents de la circulation et de leurs familles et faciliter leur indemnisation ».

Enfin il est à relever que, suivant une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies pour la sécurité routière adoptée en 2005 encourageant les pays à célébrer chaque année, le troisième dimanche de novembre, la journée mondiale du souvenir des victimes des accidents de la route, sont organisées à cette date, en France, différentes actions, dont la forme est en général décidée par les associations de victimes de la route. Le sujet fait donc l’objet d’une forte mobilisation.

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. Pad 17/12/2016, 15h56

    S'il y a à crée "Une journée nationale" pour chaque type de violence, les jours de l'année n'y suffiront pas, déjà que beaucoup de jours sont déjà consacrés à ce type d'événementiel, qu'il soit national ou international. Avec les fêtes qui s'ajoutent, on passera notre temps en commémorations et célébrations.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.