Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Données du ministère de la Culture: un portail tout juste entrouvert

Publié le 15/12/2016 • Par Gabriel Siméon • dans : France

data
Flickr CC by sa Perspecsys Photos
Le ministère de la Culture et de la Communication a mis en ligne le 5 décembre 2016 un portail dédié à ses données publiques « maison ». Une ouverture qui masque les difficultés à propager l'open data auprès des établissements sous sa tutelle.

A première vue, l’ouverture des données – ou open data – semble progresser dans l’administration publique. En témoigne, le 5 décembre 2016, le lancement par le ministère de la Culture et de la Communication d’un site web consacré aux données dont il est l’opérateur, présenté dans un communiqué comme « un espace de valorisation des ressources culturelles numériques du ministère et de ses établissements ».

Edit de Nantes et journal de Louis XVI

Les 31 jeux de données qui y sont proposés prennent la forme de cartes (dont celle des établissements cinématographiques français), de tableaux (il y en a un sur les pratiques culturelles des Français depuis 40 ans), de photographies (plus de 19 000 sur la Première guerre mondiale). S’y trouvent aussi 186 « grands documents » de l’Histoire de France, numérisés et conservés aux Archives nationales (dont le fameux Édit de Nantes et le journal de Louis XVI).

Edit de Nantes, Archives nationales

Edit de Nantes, Archives nationales

Le ministère précise que ces données sont « directement consultables et exploitables par le grand public, les chercheurs, les étudiants, les journalistes, les développeurs mais aussi les entreprises ». Une « bonne initiative », selon Lionel Maurel, bibliothécaire, auteur du blog SI.Lex et membre du collectif Savoirs Com1, qui « va légitimer les démarches de ceux qui poussent les établissements culturels à davantage d’open data ».

Dispersion des données

Car justement, in fine, les établissements culturels goûtent encore très peu le partage de leurs données. Seuls 31 jeux de données ont été partagés sur la plate-forme « data » du ministère de la Culture (c’est très peu), et pas les plus intéressants. Le plus étonnant : la plupart sont déjà disponibles depuis plusieurs années sur le portail « data.gouv.fr » (celui du gouvernement). Le « Fonds de la guerre 14-18 » y a ainsi été créé en octobre 2013. « La dispersion entre plusieurs plateformes n’est pas très productive et c’est dommage de ne pas avoir une meilleure coordination à ce niveau », soupire Benjamin Ooghe-Tabanou, administrateur de l’association Regards citoyens, très active sur ces questions. « C’est une vision court-termiste qui se résume à dépenser de l’argent pour un outil de communication. L’Etat devrait plutôt agir pour débloquer les tensions sur certains jeux de données, comme les œuvres publiées par la Réunion des musées nationaux. »

Dans un communiqué mis en ligne le même jour que la plate-forme data du ministère de la Culture, Regards citoyens dénonçait déjà la « réticence, toujours importante, à l’ouverture des données publiques », le gouvernement ayant récemment fait passer deux décrets(1) permettant aux « administrations de revendre des données qu’elles produisent dans le cadre de leur mission de service public », au lieu de les rendre libres d’accès. data

Partenariat pour le gouvernement ouvert

« Il y a encore beaucoup de progrès à faire, regrette de son côté Lionel Maurel.  Le ministère tient un double discours sur l’ouverture des données. Pendant toute l’élaboration de la loi pour une République numérique et celle dite Valter, il a pesé pour que les établissements publics culturels ne soient pas contraints de libérer leurs données. C’est dommage car celles du Louvre ou du Centre Pompidou, par exemple, sont stratégiques et permettraient de créer de nouveaux services ».

La mise en ligne de « data.culturecommunication » est par ailleurs intervenue deux jours avant l’ouverture du sommet mondial du Partenariat pour le gouvernement ouvert (PGO, un groupement de 70 pays en faveur de la transparence de l’action publique et présidé par la France) organisé à Paris. Décidément, voilà une drôle de coïncidence.

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Données du ministère de la Culture: un portail tout juste entrouvert

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X