En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

3

Commentaires

Réagir

Commande publique

La Région Normandie s’entiche de la clause « Molière » pour favoriser la sécurité… et l’économie locale

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Actu juridique, France

3

Commentaires

Réagir

2169009102_bba56989ff_o © Flickr cc by Thomas McGowan (recadré)

Dans le sillage d’autres territoires, la collectivité normande va rendre la langue française obligatoire sur les chantiers de travaux publics dont elle assure la maîtrise d’ouvrage.

 

Chiffres-clés

Agenda - Evénement

Achat local, responsable, sourçage : comment établir un schéma de commande publique efficace ? Quelles difficultés surmonter ? Réponses lors du 4ème Forum Acheteurs publics organisé par La Gazette des communes le 28 mars prochain à Paris.

Programme et inscription ici.

La Normandie prend le train de la « clause Molière ». Après la région Hauts de France ou encore la ville d’Angoulême, la collectivité, présidée par le centriste Hervé Morin (UDI), compte introduire cette disposition dans ses futurs marchés publics de travaux. La Région imposera ainsi aux salariés des entreprises intervenant sur les chantiers dont elle assure la maîtrise d’ouvrage la pratique et la compréhension de la langue française.

« Il s’agit d’une question de sécurité », plaide le président Morin qui soutient que cette disposition demeure « conforme à la réglementation des marchés publics ». L’obligation devrait concerner l’intégralité des prochains appels d’offres. En cas de non-respect de cette obligation, les entreprises se verront appliquer des pénalités financières. « Il serait trop compliqué de prononcer la résiliation du marché alors que ce dernier serait déjà en cours d’exécution », justifie Hervé Morin.

Le « localisme » en vogue

Derrière les considérations légitimes de sécurité, l’élu défend aussi ce nouveau dispositif à l’aune d’un mouvement très en vogue actuellement, celui du « localisme ». « Il s’agit de favoriser les salariés et les entreprises de notre territoire », assume l’ancien ministre de la Défense. Indirectement, cela devrait permettre de lutter contre le dumping social et de limiter le recours aux travailleurs détachés.

Alain Piquet, président de la fédération française du bâtiment de Normandie (FFB) et de la commission marchés à l’échelon national, soutient la démarche : « Cette clause Molière n’est pas la panacée, mais elle fait partie des nombreux leviers à la disposition des élus pour adapter l’achat public au tissu économique local. » L’organisation qu’il préside vient de parapher avec la collectivité une charte de bonnes pratiques pour une commande publique régionale au service de l’économie locale.

La sécurité d’abord

D’un point de vue juridique, cette prescription ne semble pas devoir fragiliser les futurs marchés. Ni la jurisprudence du Conseil d’Etat, ni la réglementation nationale n’interdisent, en effet, cette pratique. « La liberté contractuelle demeure la règle, assure Raphaël Apelbaum, avocat associé en droit public chez LexCase. La « clause Molière « est légale à condition qu’elle se rattache à la bonne exécution de la prestation et les objectifs du chantier. » Et peu importe que les élus s’en prévalent pour communiquer sur leurs actions en faveur de l’emploi local. « C’est la conséquence et non la cause du dispositif », analyse-t-il.

 La « clause Molière « est légale à condition qu’elle se rattache à la bonne exécution de la prestation et les objectifs du chantier. »

En l’occurrence, l’argument de la sécurité au travail sur les chantiers ne devrait, selon lui, souffrir d’aucune contestation juridique. « Ce qui serait litigieux, ce serait le fait d’interdire, par principe, le recours à des entreprises étrangères », pointe l’avocat. De fait, l’avocat  en droit public ne s’attend pas à une multiplication des procédures devant la justice administrative. Ce qui devrait inciter d’autres collectivités à franchir le pas.

Déjà, l’utilisation de cette clause commence à se diffuser. « Et cela va s’amplifier », prédit Alain Piquet. Qu’on se le dise, le wagon Molière est lancé à pleine vitesse…

Haut de page

3

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

3 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Clepkens 16/12/2016, 09h49

    Plutôt que d'user d'un ton goguenard à l'encontre d'une telle évidente mesure, le rédacteur de la chronique ferait mieux de (re)lire notre Constitution dont l'article 2 proclame :"La langue de la République est le français." Un point c'est tout...et cela date du règne de François 1er, avant même la République !

  2. 2. Gwenn 16/12/2016, 09h15

    Si on veut vraiment penser à faire travailler des entreprises locales, il faudrait aussi prévoir le multilinguisme (français et langue régionale)!!!

    Ce commentaire n'est pas condescendant comme le précédent. Cette mesure serait un atout tant pour l'emploi local que pour nos langues en voie d'éradication. Et bien sûr l'écrit peut aussi être utilisé!

  3. 3. ssrw38 15/12/2016, 11h33

    Si l'on veut vraiment penser à la sécurité il faudrait aussi prévoir le multilinguisme (français et patois local) dans certaines régions !!!! humour bien sur
    Enfin, tant que c'est l'oral qui compte et non l'écrit ça devrait aller.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.