En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Développement économique

L’acte II de la silver économie lancé

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

silver-eco-boistard © Isabelle Raynaud

Trois ans après le lancement de la filière, Pascale Boistard et Christophe Sirugue veulent développer la silver économie, qui doit permettre de se servir du vieillissement de la population pour créer de l'activité économique.

 

La secrétaire d’Etat chargée des Personnes âgées, Pascale Boistard, et le secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie, Christophe Sirugue, ont officiellement présenté, le 12 décembre 2016, la nouvelle feuille de route pour la silver économie.

La filière s’est structurée depuis son lancement en décembre 2013, par Arnaud Montebourg et Michèle Delaunay, respectivement ministre du Redressement productif et ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie.

Mais après le départ de ces deux ministres, la filière a été un peu délaissée. Le comité stratégique, installé en juillet 2013, ne s’est ainsi pas réuni pendant plus d’un an, entre 2014 et septembre 2015… Les régions ont travaillé, dans leur coin, mais à des rythmes différents et sur des thématiques distinctes, comme l’a montré le rapport de Luc Broussy, président de France Silver éco, une association qui a pour objectif de rassembler et animer l’écosystème national. Depuis les dernières élections régionales, quatre conseillers régionaux ont ainsi la mention de « silver économie » dans le titre de leur fonction.

Relancer la dynamique

Pascale Boistard veut relancer la dynamique en s’appuyant sur la loi d’Adaptation de la société au vieillissement (ASV), adoptée fin 2015. « Elle nous rappelle qu’il faut adopter une méthode globale pour les personnes âgées », a déclaré la secrétaire d’Etat lors de la signature de la nouvelle feuille de route. Cela signifie prendre en compte la santé des aînés, mais aussi leur accès au logement, aux transports, à la citoyenneté…

Cet impératif peut également être « une opportunité de développer notre économie », a souligné Pascale Boistard. « L’aide à domicile emploie aujourd’hui 100.000 personnes, et 300.000 potentielles » dans les années à venir, a complété Christophe Sirugue. Des emplois qui plus est « majoritairement non délocalisables ».

Quatre priorités

Pour cette nouvelle étape, le secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie a présenté quatre priorités :

  • le rapprochement de l’offre et de la demande, « l’Etat n’est pas le seul décisionnaire », il faut donc sensibiliser les acheteurs publics à la silver économie. Une lettre de mission a été confiée dans ce sens à l’Union des groupements d’achat public (UGAP) afin de consacrer le rôle de cette centrale d’achat public dans la consolidation de la filière.
  • l’adaptation de l’habitat pour que les personnes âgées, qui sont 90% à vouloir vieillir à domicile, le puissent.
  • l’innovation, dans la technologie et dans de nouveaux modèles économiques et commerciaux, avec le partage d’initiatives au niveau local, départemental ou régional.
  • l’internationalisation de la filière, « la France est en pôle position pour être leader » dans la silver économie alors que le vieillissement de la population est une réalité dans de nombreux pays qui sont donc des opportunités de développement.

Développer la filière dans les territoires

Le développement territorial est prévu dans la nouvelle feuille de route. Une convention sera signée début 2017 pour renforcer l’action de France Silver éco. L’association a commencé à travailler en réunissant, pour la première fois le 7 décembre, le comité national des silver régions. 7 des 13 nouvelles régions ont participé à cet échange entre élus en charge de la silver économie pour présenter leurs actions et leurs difficultés.

« Il y a une volonté de coordonner les actions pour essayer, au sein des grandes régions, d’avoir une équité territoriale et la silver économie peut aider sur ce sujet », assure Luc Broussy. Mais il faut faire face aux disparités : en Nouvelle Aquitaine, Limousin et Aquitaine étaient des régions très actives dans la filière quand Poitou-Charentes était à la traîne… « En Occitanie, le Languedoc-Roussillon qui n’avait rien fait profite de l’action de Midi-Pyrénées », souligne néanmoins Luc Broussy.

« Sur un sujet aussi transversal, si le président de région n’impulse pas la dynamique, c’est compliqué de mettre en place une politique », ajoute-t-il, notant que dans les régions où n’a encore été mis en place, difficile aujourd’hui de motiver des élus. Les régions ont souvent aussi un prisme, selon leur entrée dans la filière : « si le vice-président en charge de la question est médecin, la vision de la silver éco aura un angle très santé alors que dans d’autres région le prisme est plus économique ». France silver éco se veut donc un centre de ressources pour permettre aux territoires de prendre en compte toutes les dimensions de la filières.

Mais Luc Broussy prévient : « Pour le moment, le gouvernement nous donne les missions, mais pas les financements… »

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Développement économiqueGrand âge

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.