Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Abstention

Mal-inscription : « les politiques n’ont aucun intérêt à parler d’abstention »

Publié le 09/12/2016 • Par Marie-Pierre Bourgeois • dans : France

céline braconnier
patricia marais
La mal-inscription sera l’un des grands enjeux du taux de participation des Français aux élections présidentielles et législatives. Ce phénomène, qui désigne les Français qui sont inscrits dans un bureau de vote qui ne correspond plus à leur lieu de résidence, pose problème dans la démocratie française qui se veut la plus représentative possible. La sociologue Céline Braconnier, directrice de Sciences-Po Saint-Germain en Laye et co-auteure de "La démocratie de l’abstention", répond à nos questions.

 

Combien de Français sont aujourd’hui mal inscrits en France ?

On estime aujourd’hui que les mal inscrits, c’est-à-dire celles et ceux qui n’habitent plus à proximité de leur bureau de vote, tout en étant bien présents sur les listes électorales représentent plus 9 millions de Français. 7,5 millions vivent en dehors de leur commune d’inscription et un peu moins de 2 millions vivent toujours dans la même commune mais ne sont plus inscrits dans le bon bureau de vote. 28% des gens inscrits dans une autre commune vont s’abstenir contre 14% pour ceux qui ne sont plus dans le bon bureau de vote tout en continuant d’habiter dans la même ville. La mal-inscription créé donc clairement de l’abstention, tout particulièrement quand on habite loin de son ancien lieu de ...

Article réservé aux abonnés gazette

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Références

La démocratie de l'abstention. Aux origines de la démobilisation électorale en milieux populaires, Gallimard, Paris, 2007

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Mal-inscription : « les politiques n’ont aucun intérêt à parler d’abstention »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement