Qualité de l’air

Peut-on laisser se dégrader les moyens de la lutte contre la pollution de l’air ?

| Mis à jour le 09/12/2016
Par

Les pics de pollution ont beau se multiplier, les ressources des associations de surveillance de la qualité de l’air continuent de baisser. Une situation paradoxale à l’heure où les enjeux sanitaires sont colossaux, avec un risque réel de surveillance au rabais.

cet article fait partie du dossier

Pics de pollution : agir avant le seuil d'alerte

La qualité de l’air est désormais clairement reconnue comme un enjeu majeur de santé publique. L’air pollué est responsable de 42 000 décès par an en France, souligne un rapport sénatorial de juillet 2015. Le Commissariat général au développement durable (CGDD) chiffre le coût pour le système de santé français entre 0,9 à 1,8 milliard d’euros par an. Et on parle d’un coût socio-économique de 20 à 100 milliards d’euros par an.

Dans ce contexte, on ne peut que constater l’incohérence des politiques publiques de lutte contre la pollution de l’air. Atmo France, qui fédère le réseau des Aasqa, les associations régionales de surveillance de la qualité de l’air, tire en effet la sonnette d’alarme sur la grande fragilité des moyens financiers de ces structures.

Elles constituent un outil indispensable pour réduire les émissions, car il n’y a pas d’action efficace sans une bonne mesure de la qualité de l’air. C’est la ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
cet article est en relation avec
Dossier
Commentaires

2  |  réagir

12/12/2016 08h25 - Schlum

Ce n’est pas étonnant vu que c’est beaucoup moins médiatique que des attentats qui « ne tuent que 200 fois moins » et que la majorité des électeurs préfère élire des représentants qui défendent les pollueurs plutôt que d’élire ceux qui défendent la planète et ses écosystèmes…

Signaler un abus
09/12/2016 12h39 - territoires durables

Pollution Ile-de-France : Encore toute la semaine prochaine d’après la météo !
Parmi les EXTERNALITES NEGATIVES des entreprises, la pollution générée quotidiennement par les véhicules des collaborateurs n’est pas moindre. Lors des pics de pollution, c’est encore plus sensible.
Dans les entreprises, on parle de RSE, de plans de déplacement entreprises. On parle aussi de télétravail et de travail à distance mais avec beaucoup plus de retenue. Depuis la loi sur l’air de 1996, rien n’a été fait sur le fond pour les problèmes de pollution de l’air qui s’aggravent à la faveur d’une urbanisation toujours plus galopante. Mais on assiste lors des pics de pollution à une gesticulation de la part des pouvoirs publics qui sont largement fautifs de la situation (aménagements urbains très insuffisants en faveur des circulations douces, transports collectifs saturés et polluants (parc de bus diesel), axes saturés, densité urbaine en augmentation et désintérêt pour le TELETRAVAIL. De plus, La région Ile-de-France vient de reconduire l’achat de bus diesel jusqu’en 2029.
Dans le BOUQUET DE SOLUTIONS de lutte contre la pollution atmosphérique qui cause de graves pathologies, il est prouvé que le TELETRAVAIL est positif. Lors de pics de pollution, par temps neigeux ou de verglas, le TELETRAVAIL devrait faire partie des mesures obligatoires mises en place par les entreprises.

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP