En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

 

Réagir

[Editorial] Fonction publique

L’absentéisme à bras-le-corps

Publié le • Par • dans : France, Toute l'actu RH

0

Commentaire

Réagir

Absentéisme © CC mikecogh on Flickr

Certes, le fonctionnaire bashing est exaspérant. Certes, la suppression de 500 000 postes promise par François Fillon choque, parce qu’elle désigne un bouc émissaire, sans jamais reconnaître l’apport des agents publics, exception faite des policiers et des infirmières, bien sûr… Mais ces outrances ne doivent pas exonérer le secteur public de son devoir d’efficacité.

 

Certes, le fonctionnaire bashing est exaspérant. Certes, la suppression de 500 000 postes promise par François Fillon choque, parce qu’elle désigne un bouc émissaire, sans jamais reconnaître l’apport des agents publics, exception faite des policiers et des infirmières, bien sûr…

Mais ces outrances ne doivent pas exonérer le secteur public de son devoir d’efficacité. A ce titre, la réponse du ministère de la Fonction publique à l’étude Sofaxis sur l’absentéisme dans la territoriale ne peut satisfaire.

Rappel des faits

Fin novembre, le courtier publie son « Panorama des absences pour raison de santé dans les collectivités territoriales en 2015 ». Lequel relève un taux d’absentéisme de 9,3 % en 2015, contre 8,8 % en 2014, et une progression de 26 % depuis 2007.

Les causes sont connues : pyramide des âges des agents, forte croissance des accidents du travail (+ 52 % depuis 2007), réformes institutionnelles. Et aussi, la suppression du jour de carence, avec un retour à la hausse des arrêts courts.

Jour de carence

En bon défenseur des fonctionnaires, le ministère produit un « argumentaire sur l’absentéisme dans les collectivités locales ». Toutes les explications y sont, sauf une : pourquoi les arrêts courts ont-ils augmenté depuis la suppression du jour de carence ? Le fait, incontestable, est inconfortable. Reconnaître l’effet du jour de carence, c’est admettre que des agents territoriaux « s’autorisent » des absences dès lors qu’elles ne provoquent pas de perte financière.

Mais pourquoi le taire ? Dans les collectivités, on ne méconnaît pas ces « arrêts abusifs » qui, confie un directeur général des services, pourrissent l’ambiance dans les équipes. Perte de sens et de valeurs, anxiété et ressentiment, manque de « volontarisme » du management : les facteurs sont multiples. Si le jour de carence a pu avoir un effet, son caractère punitif ne peut être la seule réponse.

L’Association des DRH des grandes collectivités s’est heureusement attelée à la tâche et propose un portail web de benchmark sur l’absentéisme. Le sujet est pris à bras-le-corps, et c’est heureux. L’affronter est gage de crédibilité. Par son silence, le ministère de la Fonction publique ne rend pas service au secteur public, ni aux fonctionnaires.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Fonction publiqueMaladie professionnelle fonction publiqueSanté

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.