En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

1

Commentaire

Réagir

Fiscalité

Une personne ayant payé la taxe foncière à tort peut-elle se faire rembourser sur plus de deux ans ?

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles finances • Club : Club finances

1

Commentaire

Réagir
 

Aux termes du a de l’article R*  196-2 du livre des procédures fiscales (LPF), pour être recevables, les réclamations relatives aux impôts directs locaux, tels que la taxe foncière et la taxe d’habitation, doivent être présentées à l’administration des impôts au plus tard le 31 décembre de l’année suivant celle de la mise en recouvrement du rôle. Ainsi, au cours d’une année N, le contribuable peut présenter des réclamations portant sur la taxe foncière et la taxe d’habitation de l’année N 1, mais aussi de l’année N si les rôles d’imposition ont été mis en recouvrement avant la réclamation. En revanche, les réclamations faites au cours de l’année N pour des années antérieures (N 2, N 3…) sont irrecevables, ces années étant atteintes par la prescription.

Cela étant, aux termes de l’article R*  211-1 du LPF, la direction générale des finances publiques (DGFiP) peut prononcer d’office le dégrèvement ou la restitution d’impositions qui n’étaient pas dues, jusqu’au 31 décembre de la quatrième année suivant celle au cours de laquelle le délai de réclamation a pris fin. Cette disposition permettrait, dans l’exemple précité, de prononcer des dégrèvements de taxe foncière et de taxe d’habitation sur des années antérieures à N-1, sans pouvoir remonter au delà de l’année N-5.

Cependant, la procédure de dégrèvement d’office ne présente pas un caractère obligatoire pour le service des impôts. La possibilité laissée à l’administration de procéder à un dégrèvement alors que l’usager a laissé, par sa propre inaction, se prescrire le délai de réclamation, est une dérogation exceptionnelle aux délais normaux de prescription. Elle doit donc être mise en œuvre avec discernement et ne s’appliquer qu’aux cas pour lesquels le maintien d’une imposition indue conduirait à une situation particulièrement inéquitable. La DGFiP fait un examen au cas par cas des situations particulières qui lui sont présentées dans le cadre de cette procédure.

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. Egalité 07/12/2016, 09h06

    On parle d'évolution des relations entre le citoyen et l'Etat.
    On est encore loin d'une égalité de traitement!

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.