En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Voirie

Quelles sont les conditions pour que soit possible un échange de chemins ?

Publié le • Par • dans : Réponses ministérielles

0

Commentaire

Réagir
 

L’article L.161-10 du code rural et de la pêche maritime prévoit que, lorsqu’un chemin rural cesse d’être affecté à l’usage du public et en l’absence d’association syndicale constituée, la vente de ce chemin peut être décidée après enquête par le conseil municipal. Le Conseil d’Etat fait une lecture stricte de cet article et considère (CE, 20 février 1981, n° 13526 et CE, 17 novembre 2010, n° 338338) que cet article exclut toute possibilité d’échange.

L’impossibilité d’échanger des chemins ruraux conduit aujourd’hui les communes à devoir d’abord procéder à la désaffectation du chemin, ce qui suppose une enquête publique organisée selon les mêmes modalités qu’une enquête d’expropriation pour cause d’utilité publique, puis à procéder à l’aliénation du chemin et au rachat d’une autre parcelle en remplacement. Cette procédure est à l’évidence lourde et complexe. Le Parlement a été saisi de la proposition de loi n° 292, déposée le 16 janvier 2014 par Henri TANDONNET, sénateur, et plusieurs de ses collègues, tendant à interdire la prescription acquisitive des immeubles du domaine privé des collectivités territoriales et à autoriser l’échange en matière de voies rurales.

L’article 3 de cette proposition de loi vise à reconnaître la possibilité d’échange des terrains sur lesquels se situent des chemins ruraux. Le Sénat a adopté, en mars 2015, la proposition de la commission des lois qui consiste en un dispositif ad hoc pour les échanges, inséré dans un nouvel article du code rural et de la pêche maritime, complété par une modification du code général de la propriété des personnes publiques. Ces échanges n’impliquent plus une enquête publique préalable et l’acte d’échange comporte des clauses permettant de garantir la continuité du chemin.

Depuis, ce dispositif a été intégré dans le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, actuellement en discussion parlementaire. Ce projet est sans doute appelé à évoluer dans le cadre des débats parlementaires, mais ces dispositions sont de nature à faciliter la gestion des chemins ruraux, préoccupation partagée par le gouvernement.

Haut de page

Cet article est en relation avec

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.