En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

1

Commentaire

Réagir

Formation

Cotisation CNFPT : la formation des agents et le statut en danger, selon les syndicats

Publié le • Par • dans : Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

1

Commentaire

Réagir

cnfpt-une © CNFPT

Les cinq organisations syndicales présentes dans les instances du centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) montent elles aussi au créneau pour défendre le rétablissement à 1% de la cotisation que les collectivités versent à l’établissement public.

 

« Il en va de l’avenir du CNFPT et du devenir du statut de la fonction publique territoriale ». Le message des cinq organisations syndicales, présentes dans les instances dirigeantes du centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), est clair : le maintien de la cotisation versée par les collectivités au CNFPT à un taux de 0,9%, tel que prévu dans le projet de loi de finances pour 2017, met en danger la formation professionnelle des agents.

CGT, Interco CFDT, FO, FA-FPT et Unsa, se sont donc exceptionnellement réunis dans un mouvement unanime pour dénoncer, lors d’une conférence de presse le 29 novembre, le choix du gouvernement, « qui porte un coup sévère aux principes de solidarité et d’égalité des agents publics devant le droit à la formation ».

Un fond de roulement nécessaire, des besoins qui augmentent

Le calcul est simple : en 2016, la baisse à 0,9% de la cotisation CNFPT a conduit l’établissement public à un déficit de fonctionnement de 45 millions d’euros, épongé par le fond de roulement qui était de 55 millions d’euros. L’opération ne pourra être renouvelée en 2017 puisque que le fond de roulement a fondu à 10 millions d’euros.

Or, ont rappelé les syndicats, les collectivités paient leur cotisation CNFPT en année n tout au long de l’année, tandis que l’établissement avance les fonds via son fonds de roulement pour effectuer les dépenses et dispenser les formations dès le début de chaque année. Le fonds de roulement du CNFPT est donc « nécessaire », font remarquer les syndicats.

Par ailleurs, « les besoins en matière de formation augmentent, il est surprenant que le gouvernement rajoute des missions au CNFPT alors qu’il ampute ses ressources », ajoutent-ils.

Si le taux de la cotisation n’est pas rétabli à 1% dès le 1er janvier 2017, le CNFPT devra réduire son budget global de formation de 30%. Les formations non obligatoires seraient les plus amputées, à hauteur de 45%, comme nous le précisait déjà le président du CNFPT François Deluga dans l’interview accordée à la Gazette des Communes mi-novembre.

Par ricochet, ce choix risque de provoquer des effets négatifs en cascade : inégalités entre agents dans l’accès à la formation, perte d’un salaire différé, inégalités entre territoires, mauvaise application des diverses réformes, surcoût pour les collectivités qui feraient appel à des organismes de formation privés, etc.

Un bien mauvais signe du gouvernement envers les territoriaux

« Le gouvernement donne un bien mauvais signe aux 1,8 millions de fonctionnaires territoriaux », déplorent les syndicats. Lorsqu’ils s’expriment hors mouvement intersyndical, les représentants portent pour certains un discours plus virulent.

L’Unsa Territoriaux, par le biais de sa secrétaire générale adjointe, Christine Josset-Villanova, évoque la « traitrise du gouvernement et la trahison d’une promesse faite par Marylise Lebranchu, alors ministre de la fonction publique, de revenir au 1% dès 2017 » et les « mensonges délibérés de Jean-Michel Baylet », ministre des collectivités locales sur la situation financière du CNFPT devant les députés.

« Il faut cesser ce jeu d’apprentis sorciers. 35 à 45 millions d’euros économisés sur le CNFPT, ce n’est rien par rapport à la baisse des dotations, ça ne va pas changer la situation financière des collectivités. C’est une attaque en règle contre la fonction publique territoriale et les territoriaux », s’insurge Dominique Régnier pour FO.

« L’heure est à la professionnalisation des agents. On en a un exemple sur le plan de la sécurité avec les policiers municipaux. La formation est un ascenseur social. Mais il n’y a plus de cohérence entre le discours et le besoin », note Martine Gramond-Rigal (FA-FPT).

« Les élus employeurs ne sont pas demandeurs d’une cotisation à 0,9%. Rien n’oblige à ce maintien. Conserver ce taux serait un très mauvais signe donné aux agents. Ce sont aussi des électeurs… », a prévenu Christophe Couderc (CGT).

Les syndicats ont écrit, il y a quelques jours au Premier ministre pour amender le projet de loi de finances pour 2017 afin de rétablir la cotisation à 1%. Ils tentent également de sensibiliser les parlementaires au niveau national et par les biais de leurs représentations locales car « l’heure est grave ! ».

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. patounet 30/11/2016, 19h11

    Pour ma part, étant employé dans la fonction publique territoriale, cela fait trois année consécutives que je n'ai aucune, je dis bien aucune, formation au sein du CNFPT malgré toutes celles que je réclame chaque année. A chaque fois, chaque année, je reçois une note de la part du CNFPT par lequel il n'y a pas suffisamment d'inscrit pour pouvoir prétendre à faire cette formation (donc annulée)!!!! Et cela pour chaque formation. J'exerce dans le département de la Manche dans le métier de la sécurité où je suis amené à défendre chaque citoyen (abords des écoles, marchés, manifestations, etc. etc.) et malgré cela, des formations sont organisées par rapport au maniement des armes et le tir etc. par le CNFPT pour la police municipale mais concernant ma fonction qui est un cadre de la police municipale, eh bien rien alors que nous pouvons être armés d'armes de guerre!!!! Cherchez l'erreur!!! Je cotise tout comme ma collectivité chaque mois, chaque année, pour n'avoir au final aucunes formations demandées. Que cela porte sur la police du littoral, sur la police de l'environnement, être seul en poste etc. etc. Donc pourquoi cotiser, pourquoi ne pas baisser la cotisation vis à vis du CNFPT qui ne remplie pas sa fonction première, la formation des agents!!!!! pourquoi abreuver un organisme pour qu'il s'en mettent plein les poches alors qu'à côté de cela, des agents sont demandeurs de formations????

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.