Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Fonction publique

L’absentéisme dans la fonction publique territoriale progresse de 26% en 8 ans

Publié le 29/11/2016 • Par Claire Chevrier • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, Dossiers Emploi, France, Toute l'actu RH

absenteisme-une
Sofaxis
Réformes territoriales et vieillissement des agents pèsent sur le taux d'absentéisme des agents territoriaux. Il s'établit à 9,3% en 2015 contre 8,8% un an plus tôt, et, augmente de 26% depuis 2007.

Selon le courtier en assurance Sofaxis, qui publie aujourd’hui son Panorama des absences pour raison de santé dans les collectivités en 2015, les collectivités territoriales ont enregistré 72 arrêts pour 100 agents employés, et 44 % des agents ont été absents au moins une fois dans l’année. Malgré leurs efforts pour tenter de juguler les absences de leurs agents, le taux d’absentéisme augmente.

C’est comme si, pour une collectivité de 100 personnes, 9,3 agents avaient été absents toute l’année contre 8,8 en 2014. « Cette progression est principalement due à la croissance des arrêts pour maladie ordinaire. Le congé de maternité, lui, est de plus en plus faible. Les accidents du travail ont aussi progressé, mais leur poids est relativement faible sur l’absentéisme », précise Pierre Souchon, directeur du Département Ingénierie services de Sofaxis.

graph-1-evol-absenteisme

L’effet jour de carence

La suppression du jour de carence continue à produire ses effets : les absences courtes progressent encore par rapport à 2014, et plus d’agents sont absents au moins une fois dans l’année.

« Avec l’instauration du jour de carence, on était passé de 70 arrêts à 60 arrêts, tous risques confondus. Avec sa suppression, nous sommes repassé à 72 jours », résume Pierre Souchon.

graph-2a-effet-jour-carrence

graph-2b-effet-jour-carrence

Le poids de l’âge

« L’absentéisme est impacté par des facteurs conjoncturels tels que les grandes réformes territoriales qui sont en cours. Elles ont en effet des conséquences fortes en termes de ressources humaines car elles induisent des transferts de personnel et beaucoup de mobilité, puisqu’il y a des modifications de compétences. Le vieillissement de la population des agents territoriaux est également un facteur aggravant », analyse Marc Jeannin, DG de Sofaxis.
En effet, le courtier note que les agents de plus de 55 ans s’arrêtent près de deux fois plus longtemps que les agents âgés de 25 à 34 ans.

graph-3-effet-age

 

+52% des accidents du travail depuis 2007

Depuis 2007, les accidents du travail, qui statutairement incluent les accidents de service, les accidents de trajet et les maladies pro, ont augmenté de 52%. En 2015, 9% des agents ont été victimes d’un accident dans le cadre de leur activité professionnelle.

« Il n’y pas plus d’accidents, mais leur durée, elle, augmente très fortement. Ce sont les maladies professionnelles, et surtout leur meilleure reconnaissance, qui tirent ces absences vers le haut », constate Pierre Souchon.

Ces maladies professionnelles, principalement des troubles musculo squelettiques, représentent 25,5% de l’absentéisme pour accident du travail contre 20,4% il y a 8 ans.

graph-4-poids-maladie-pro

Moins d’arrêts chez les petites collectivités

Selon la taille de la collectivité, le taux d’absentéisme varie beaucoup. Ainsi, il y a deux fois plus d’absentéisme dans les collectivités ayant entre 21 à 30 agents que dans celles ayant 1 ou 2 agents.

« Dans les petites collectivités les agents s’arrêtent moins souvent mais, lorsqu’ils s’arrêtent, ce sont des absences beaucoup plus longues », résume Pierre Souchon.

graph-5-effet-tailleUn coût de 2 067 euros par agent

Pour l’employeur, cet absentéisme a un coût moyen de 2067 euros par agent employé. Soit une progression de plus de 100 euros en un an.

Les collectivités sont de plus en plus conscientes de ces coûts, dans un contexte budgétaire tendu. Cependant, « les plans d’action mis en œuvre touchent à la motivation, l’engagement, la reconnaissance, l’évolution des pratiques managériales… des mesures dont le temps d’efficacité est long », explique Marc Jeannin. Selon lui, si on constate une dégradation continuelle de l’absentéisme, ce risque est pourtant beaucoup mieux pris en compte et relativement contenu.

graph-6a-impact-financier

graph-6b-impact-financier 2

Méthodologie

Le Panorama Sofaxis est réalisé à partir d’un échantillon de 368 000 agents territoriaux répartis dans 18 400 collectivités. Toutes les natures d’arrêt sont prises en compte (maladie ordinaire, maternité, longue maladie/longue durée, accident du travail). Il prend en considération l’ensemble des arrêts de travail déclarés entre 2007 et 2015.

 

Cet article est en relation avec les dossiers

Cet article fait partie du Dossier

L'absentéisme des agents publics : un symptôme, des remèdes

Sommaire du dossier

  1. Idées vraies, idées fausses sur l’absentéisme dans les collectivités locales
  2. Absentéisme pour raisons médicales : quelles idées évacuer, quelles solutions mettre en place ?
  3. Absentéisme : les fonctionnaires territoriaux ne sont pas des fainéants
  4. L’absentéisme dans la fonction publique territoriale progresse de 26% en 8 ans
  5. Lutte contre l’absentéisme : miser d’abord sur la prévention
  6. Absentéisme dans la fonction publique : des chiffres et des êtres
  7. « L’absence est presque toujours une coproduction »
  8. Rogner les primes, la méthode choisie pour réduire l’absentéisme
  9. Absentéisme : 3 fois plus d’arrêts dans les grandes collectivités que dans les petites
  10. Hausse de l’absentéisme: un symptôme, pas une fatalité
  11. Le coût élastique de l’absentéisme dans la fonction publique territoriale
  12. Fonction publique territoriale : le jour de carence a réduit l’absentéisme de courte durée
  13. Le lien entre absentéisme et jour de carence est-il établi ?
  14. Combattre l’absentéisme et ses conséquences
  15. Des leviers pour prévenir l’absentéisme
  16. Horaires atypiques : une pénibilité méconnue
  17. Vers une généralisation du contrôle par l’assurance maladie des arrêts de travail en 2016
  18. Prévenir le mal-être au travail : le rôle central des DRH
  19. Psychologues du travail : une présence à asseoir
  20. Roussillon : des agents d’entretien plus professionnels et moins souvent absents
  21. Clermond-Ferrand : un groupe de travail pluridisciplinaire sur les risques psychosociaux
  22. Identifier le stress de ses collaborateurs
  23. « La proximité donne du sens et de la reconnaissance » – Entretien avec Michèle Cros, médecin de prévention
2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’absentéisme dans la fonction publique territoriale progresse de 26% en 8 ans

Votre e-mail ne sera pas publié

Alain

30/11/2016 07h47

Bonjour
Toujours etonnant de prendre les chiffres d’un organisme qui vit sur le dos de l’absentéisme. Ils sont heureux et s’enrichissent de cette situation. Essayez de comparer la courbe de leur chiffre d’affaire, de leurs profits avec celle de l’absentéisme. Vous y trouverez sans doute de belles corrélations.
Honorez la profession de journaliste.

François

02/12/2016 12h26

Encore un article de plus ! dirons certains, la négation de la réalité de la souffrance au travail fait encore recette…certes ce sont des chiffres avancés par un organisme dont c’est le métier et qui en vie, mais c’est quand même troublant quand d’autres études montrent les mêmes constats. Ce n’est pas pour rien me semble t il qu’il y a tant de lois pour la protection de la santé mentale et physique des salariés…ceux qui sont dans la négation de ces constats devrait réfléchir sur ce qu’est le burn out…peut être sont ils candidats ? le problème n’est pas médical mais bien lié au travail et à sa perte de sens, à la perte de collectif, à sa déshumanisation….réfléchissons sur la restauration de ces valeurs et le constat pourra changer.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X