En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

 

Réagir

Baromètre des territoriaux

Fonction publique : le statut de lanceur d’alerte protège-t-il assez les agents ?

Publié le • Par • dans : Actu juridique, France, Toute l'actu RH

0

Commentaire

Réagir

BAROMETRE_380x253 © Pascale Distel

Parce que votre opinion nous intéresse, La Gazette a constitué un panel de fonctionnaires territoriaux que nous interrogeons sur l'actualité des politiques publiques et du statut de la fonction publique. Cette semaine : le statut de lanceur d’alerte protège-t-il assez les agents ?

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Baromètre : l’opinion des fonctionnaires territoriaux, chaque semaine

 

Ils sont 63 % à ne pas juger le statut de lanceur d’alerte assez protecteur pour les agents. Une faille que le projet de loi « Sapin 2 », définitivement adopté au Parlement, s’attache à combler. Le texte définit le lanceur d’alerte comme celui qui « révèle ou signale, de manière désintéressée et de bonne foi, un crime ou un délit, une violation grave et manifeste d’un engagement international régulièrement ratifié ou approuvé par la France [...] de la loi ou du règlement, ou une menace ou un préjudice graves pour l’intérêt général, dont il a eu personnellement connaissance ». Mais surtout, il prévoit la nullité de l’acte constitutif de mesures de représailles envers un lanceur d’alerte et des sanctions pénales envers toute personne faisant obstacle à l’alerte. De quoi renverser la tendance parmi nos internautes ?

Références

Réalisé par « La Gazette » auprès d‘un échantillon représentatif de 1 355 fonctionnaires territoriaux sur internet, le 27 septembre 2016 (327 répondants).

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.