En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

6

Commentaires

Réagir

Election présidentielle

François Fillon : « Il faut réduire les effectifs dans la fonction publique »

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une, Actualité Club finances, Dossiers d'actualité, France, Toute l'actu RH

6

Commentaires

Réagir

fifi © D.R.

La Gazette poursuit sa série d’entretien avec les candidats de la primaire de droite. Nouvel épisode ce 17 novembre 2016, avec François Fillon. A quelques heures du dernier débat télévisé de la primaire, l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy explique comment il veut réduire les effectifs de la fonction publique, sans supprimer le statut, grâce au recours accru au secteur privé. S'il se prononce pour le retour du conseiller territorial, il refuse de revenir sur le non-cumul des mandats.

Découvrez le club

Cet article est paru dans
Le Club Ressources Humaines

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Présidentielle 2017 : les enjeux-clés pour les collectivités territoriales

 

C’est l’homme qui monte en cette fin de campagne pour les primaires de droite et du centre. Il explique dans un entretien écrit accordé à la Gazette sa vision de la fonction publique territoriale, dont il veut réduire les effectifs, sans forcément toucher à ses missions, ni supprimer son statut. En revanche, il s’oppose à toute augmentation des dotations de l’Etat s’il est élu tout en réservant son jugement sur le financement des régions.

Faut-il revoir la carte des régions ?

On ne peut que regretter le charcutage des régions et l’amateurisme avec lequel les choix ont été faits, plus souvent pour ménager des personnalités politiques que par cohérence historique et territoriale. Néanmoins, il serait irresponsable de revenir dessus trop rapidement et systématiquement, au risque d’engendrer des coûts et des bouleversements supplémentaires pour nos concitoyens et les fonctionnaires territoriaux. Il faut examiner les choses de façon beaucoup plus globale, mettre fin à la décentralisation désordonnée dans un souci d’efficacité et d’autonomie des collectivités territoriales. Il faut surtout travailler à une véritable simplification de notre organisation territoriale.

On ne peut que regretter le charcutage des régions et l’amateurisme avec lequel les choix ont été faits, plus souvent pour ménager des personnalités politiques que par cohérence historique et territoriale.

Confirmerez-vous le financement des régions par une fraction de TVA à compter de 2018 ?

Le gouvernement a fait preuve comme à son habitude d’une improvisation totale. Je comprends que les régions ont besoin d’une ressource dynamique, ce qui est le cas de la TVA. Je réexaminerai en concertation avec tous les préfets de région la question des ressources des régions. L’objectif doit être de les doter enfin de ressources stables et prévisibles.

Êtes-vous pour le retour du conseiller territorial ?

La réforme du Conseiller territorial était une bonne réforme. On ne peut pas d’un côté prôner la fin du millefeuille territorial et de l’autre se positionner contre ce qui relevait de la fusion entre conseiller départemental et régional. J’y suis donc favorable.

Comptez-vous recentraliser le financement du RSA ?

Je souhaite créer une allocation sociale unique qui rassemblerait les prestations sociales et notamment le RSA. La gestion de cette allocation serait centralisée pour permettre à l’organisme qui la délivre d’avoir une vue globale sur la situation réelle de chaque foyer fiscal. Cela serait l’assurance que les revenus du travail restent plus attractifs que ceux de l’aide sociale.

Faut-il supprimer la métropole du Grand Paris ?

La métropole du Grand Paris est venue ajouter une strate de collectivité territoriale alors qu’il convenait d’en supprimer. Je suis pour sa suppression.

Les députés-maires et les sénateurs-maires doivent-ils échapper à la loi sur le non-cumul des mandats ?

Le cumul d’un mandat de parlementaire avec un mandat local avait du sens. La question doit être regardée notamment en fonction de la taille de la collectivité locale concernée. Je reste convaincu qu’un ancrage local peut favoriser une perception plus réaliste de la part du parlementaire. Toutefois, alors que nous devrons demander aux Français des efforts importants, je n’envisage pas de revenir sur le texte adopté à l’initiative de la majorité socialiste: nous devons consacrer notre énergie à d’autres réformes beaucoup plus urgentes. Commencer un nouveau mandat avec ce type de projet de loi ne serait pas compris.

Je n’envisage pas de revenir sur la loi sur le non-cumul des mandats. Commencer un nouveau mandat avec ce type de projet de loi ne serait pas compris.

Poursuivrez-vous la baisse des dotations aux collectivités locales ? Si oui, quel rythme préconisez-vous ?

Si certaines collectivités territoriales ont été mal gérées, notamment par le recrutement de trop nombreux fonctionnaires, d’autres ont mené une gestion rigoureuse des deniers publics. Ces dernières ont particulièrement souffert de la baisse sans précédent des dotations de l’Etat sans visibilité suffisante et ce, alors que l’Etat leur imposait des dépenses supplémentaires comme la réforme des rythmes scolaires. Il faut cesser d’en demander toujours plus, notamment aux communes.

En revanche, avec 2 100 milliards de dettes, personne ne peut raisonnablement penser qu’on va soudainement relever fortement le montant des dotations des collectivités locales. Ceux qui le promettent mentent et en le faisant, ils méprisent le sens de l’intérêt général de nos élus. La France a besoin d’une profonde refonte des structures publiques et les territoires doivent y participer. En réalité, je voudrais qu’ils en soient les inspirateurs et les artisans. Il va falloir tenir les budgets, réduire les effectifs, sérier les priorités, mutualiser les politiques, chercher l’efficacité. Mais cela doit se construire ensemble, dans une relation de partenariat avec une visibilité dans la durée.

Ceux qui promettent de relever les dotations des collectivités locales sont des menteurs

Faut-il attribuer les dotations aux collectivités en fonction de critères de « bonne gestion » ?

La réforme de la dotation globale de fonctionnement pourrait comprendre des critères qui soient des signaux d’une bonne gestion. Il est toutefois important de rester au plus près des réalités locales et des besoins de chaque collectivité.

La modernisation de la fonction publique passe-t-elle par la disparition du statut ?

Vouloir diminuer le nombre de fonctionnaires publics territoriaux ne signifie pas passer par la suppression du statut. Supprimer la fonction publique pourrait conduire à très court terme à créer des inégalités inacceptables dans le pays. Les structures les plus riches, les mieux gérées, les plus agréables offriraient un niveau de service public de qualité par les recrutements qu’elles pourraient effectuer alors que les autres seraient à l’abandon et connaîtraient une désertification en termes d’emploi. Je n’oublie pas que les administrations, surtout locales, ont un rôle social en termes d’emploi et de stabilisateur sur l’ensemble du territoire en recrutant souvent des personnes peu qualifiées ou très peu mobiles. La seule approche rationnelle quand on parle d’effectif de la fonction publique est de mettre en lien le niveau de ces effectifs avec le niveau de service public gratuit que souhaitent les français. Cela nécessite un audit préalable sur toutes les fonctions publiques auprès des instances adéquates (Centres de Gestion, dans la FPT). Il faut aussi cesser de faire croire que toujours plus d’effectifs donneront nécessairement un meilleur service public.

Vouloir diminuer le nombre de fonctionnaires publics territoriaux ne signifie pas passer par la suppression du statut.

Dans quelle mesure les agents territoriaux partant à la retraite doivent-ils être remplacés ?

Ne pas remplacer une partie des agents territoriaux partant à la retraite est un moyen de diminuer l’emploi public sans violence sociale et sans mettre fin au statut. Là encore, cela doit s’apprécier sur quelques années puisque certains postes doivent obligatoirement être pourvus.

L’augmentation du temps de travail est-elle le seul levier à activer pour renforcer l’efficience publique ?

Nombre de fonctionnaires publics territoriaux travaillent bien plus que 35 heures et j’ai également conscience que la majorité des fonctionnaires des collectivités ont une rémunération faible.
L’augmentation du temps de travail est une question d’équité car l’effort doit être le même pour tous les Français, c’est primordial dans la réduction de notre dette, et c’est aussi plus de pouvoir d’achat en perspective pour nos fonctionnaires. La fonction publique doit montrer l’exemple.

En diminuant le nombre de fonctionnaires, quels services publics entendez-vous réduire ?

En concertation avec les centres de gestion et les représentants des élus locaux, nous pourrions réduire ceux qui peuvent parfaitement être délégués à des structures privées plutôt que d’être exécutés en régie.

 

Haut de page

6

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

6 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Pad 19/11/2016, 15h24

    On a déjà entendu ce discours avec Sarkozy. Une telle mesure faite en coupe sombre conduit a des situations dramatiques. Des services saturés, des agents surbookés qui finissent en arrêt de travail. Citons l'exemple d'une sous-préfecture qui a perdu un tiers de ses effectifs : asphyxiée, elle n'en peut plus. D'autant que l'administratif se complexifie chaque jour d'avantage.

  2. 2. Incrédule 18/11/2016, 10h05

    M. Fillon est un excellent orateur, aguerri pour ne pas répondre directement aux questions posées.

    Tous ses propos vont dans le sens d'une prise en compte des problèmes (on n'a plus de sous) mais sans aborder réellement le fond. Il propose que tout se fasse dans la concertation. Sur ce point, je l'invite à rencontrer le maire de Limoges, élu LR, qui refuse de mettre en place l'agglomération dont la présidence serait socialiste.

    Comment imaginer que cet élus (il ne sera pas le seul dans ce cas) acceptera une réduction de ses recettes venant de l'Etat?

    Je suis néanmoins d'accord sur un point: il n'est plus possible de "raser gratis"! Des décisions devront être prises. Mais s'exprimer comme le fait M. Fillon n'est pas le signe d'un respect de ceux qui vont voter pour lui. En fait, par des propos que personne ne peut réfuter, il n'indique pas clairement le chemin qu'il veut suivre.

    En un mot je dirai qu'il demande au Peuple de le porter à la Présidence de la République pour lui laisser mener la politique qu'il jugera bonne; le moment venu.

    Je ne partage pas ce point de vue. C'est celui que nous n'avons que trop connu au cours de ces dernières décennies. Tous nos Présidents depuis au moins Valérie Giscard d'Estaing ont été député ou sénateur avant d'être nommés à la fonction suprême. Je ne peux pas croire qu'ils ne connaissaient pas l'état de notre pays, de ses finances et des besoins du peuple.
    Pour mémoire, tout au long de cette période tous ces élus ont pratiqué le cumul des mandats qui, à leurs yeux, leur permet de rester proches des problèmes du Peuple.

    Comment expliquer qu'ils découvrent alors les problèmes et les enjeux en devenant Président de la République?

    Il serait temps que M. Fillon, tout comme les autres impétrants, réponde directement par des mots simples aux questions posées par le Peuple ET qu'il applique les mesures que le Peuple lui aura demandé de mettre en œuvre.

    Tout le reste n'est que de la politique politicienne qui n'intéresse surtout pas le Peuple (voir la question de Limoges avec ses conséquences financières pour la population).

  3. 3. ssrw38 18/11/2016, 09h10

    "Les députés-maires et les sénateurs-maires doivent-ils échapper à la loi sur le non-cumul des mandats ?" dans la réponse "Commencer un nouveau mandat avec ce type de projet de loi ne serait pas compris." Mais une fois passé un certain délai 'moral' afin de ne pas se mettre trop vite à dos les électeurs il ne ferme pas totalement la porte à une révision de cette loi !

  4. 4. Aurcads 18/11/2016, 08h50

    Bonjour,
    ayant suivi attentivement les débats et propositions des candidats, si les propositions de Mr Fillon ont le mérite d'être claires, il ne dit pas comment il va maintenir un minimum de services publics en supprimant 500 000 postes de fonctionnaires, dans un pays qui gagne plus de 300 000 habitants par an et dont le vieillissement va constituer un défi absolument majeur.
    Un gros souci de réalisme donc, il suffit de voir comment la question sur la réduction des services publics a été éludée.
    Il répondra qu'en augmentant le temps de travail des fonctionnaires, le compte y sera...mais qui peut croire un instant que les fonctionnaires accepteront de travailler 39h (plus de 10% de temps de travail supplémentaire) sans la compensation correspondante en terme de rémunération ? Ce n'est pas comme si il n'y avait pas déjà un problème majeur de rémunération dans la fonction publique (rapport niveau de diplôme / concours / rémunération etc.)
    Le programme économique de Mr Fillon est donc inapplicable, et conduirait à des blocages et manifestations à côté desquels l'épisode "loi Travail", passerait pour une plaisanterie.
    A un moment où le pays a avant tout besoin d'apaisement...

  5. 5. Yl91109 17/11/2016, 17h52

    C'est certain que le passage de l'assainissement et de la gestion de l'eau a été source d'économies. On se demande même pourquoi des communes , y compris de droite, pensent à remunicipaliser ces services.
    Quand à la politique Tatcherienne dont se réclame ce monsieur : allé vous balader en Angleterre ( hors de la City) pour en juger les effets à long terme sur la population ( chômeurs ou travailleurs)

  6. 6. asselineau 17/11/2016, 14h43

    Bonjour,
    J'espère que vous interrogerez également le candidat François Asselineau qui est également candidat à la présidentielle.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.