En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

[Editorial] Communes nouvelles

Mariages de raison

Publié le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

House Puzzle Euro © Fotolia

La lecture quotidienne du « Journal officiel » ne trompe pas : très régulièrement, des communes nouvelles sont créées. Ce qui a permis au gouvernement d’annoncer encore très récemment, et surtout très fièrement, que la France est passée officiellement sous le seuil des 36 500 communes.

 

La lecture quotidienne du « Journal officiel » ne trompe pas : très régulièrement, des communes nouvelles sont créées. Ce qui a permis au gouvernement d’annoncer encore très récemment, et surtout très fièrement, que la France est passée officiellement sous le seuil des 36 500 communes. Nous serions même désormais sous la barre des 35 000. Un beau parcours, et une certaine réussite, dans cette lutte contre le mille-feuille administratif français, tant décrié depuis des années.

Volontariat

Ce qui est remarquable, c’est que ce mouvement est fondé sur le volontariat. Certes, il y a la fameuse carotte budgétaire. Mais notre dossier montre que le gel de la baisse des dotations n’est probablement pas le moteur de cet engouement. D’ailleurs, d’autres considérations financières tenant, notamment, à l’harmonisation des impôts locaux, pourraient au contraire constituer un frein à ces mariages arrangés pour certains, de raison pour d’autres.

En tout cas, ces unions ne relèvent pas de mariages forcés. La commune nouvelle – et son succès annoncé – ne porte-t-elle pas d’abord la marque d’une démarche venant d’en bas, et donc acceptée plus facilement ? « Une question de désir et de volonté politiques », pour reprendre les termes de Vincent Aubelle, professeur à l’université Paris est - Marne-la-Vallée et spécialiste de la décentralisation.

Un pis-aller

On peut aussi y voir un comportement défensif, contre une réforme territoriale inquiétante, « un tremblement de terre administratif », laissant peu de place à la proximité, à la prise en compte des besoins des usagers des services publics et aux aspirations démocratiques des citoyens. Plus politiquement, il peut aussi s’agir pour certains maires d’une volonté de peser dans les intercommunalités. Et même si les questions de gouvernance inquiètent encore, la perte de pouvoir reste une question lancinante chez de nombreux élus locaux.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Décentralisation

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.