Environnement

Épandages des pesticides agricoles près des habitations : l’arrêté de la discorde

Par
2006-08-15 - Road Trip - Day 23 - United States - California - San Francisco - Sign - Warning Pesticides - Fire Will Cause Toxic Fumes - Skull and Crossbones - mustache - graffiti

Flickr / CC by CGP Grey

Le 9 novembre, le ministère de l’Agriculture va présenter un projet d’arrêté modifiant les règles d’épandage des pesticides agricoles près des habitations et des points d’eau. A quelques mois des élections présidentielles, le gouvernement ce serait probablement bien passé de ce débat délicat. Mais le nouvel arrêté doit être signé pour le 7 janvier prochain...

D’un côté la FNSEA qui a mobilisé ses troupes, de l’autre les associations environnementales. Cet exercice de fin de mandat, qui oppose les intérêts économiques aux enjeux de santé publique, n’est pas sans risque. Alors que le zéro phyto s’appliquera au 1er janvier pour les collectivités, leur usage intensif en agriculture devient de plus en plus difficile à justifier auprès des habitants, en particulier des riverains.

D’autant plus que deux exploitations viticoles du Bordelais viennent d’être mises en examen, suite aux malaises des élèves suite à un épandage proche d’une école primaire en mai 2014.

Les clés pour parvenir efficacement au zéro phyto

Elus aux prises avec des enjeux divergents

Le malaise est aussi côté politique. « Je suis partagé entre la défense de la viticulture, fleuron de l’économie locale, et mes sensibilités écologiques » avoue Philippe Plisson, député de Gironde. « L’idéal serait de supprimer ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
Commentaires

2  |  réagir

11/11/2016 06h21 - Marianne

Merci monsieur ou madame pour ce commentaire pertinent. les agriculteurs s’empoisonnent eux même; on ne voit plus dans les fermes ces vieillards chenus et usés par le travail mais qui avaient tant de choses encore à dire. Autour de moi, ils meurent entre 55 et 70 ans mais ne veulent rien entendre.
Et puis, il y a tant d’autres moyens de travailler avec la terre plutôt que de l’empoisonner.
merci

Signaler un abus
09/11/2016 10h28 - CitoyenBeaujolais

Bonjour,
Le problème des produits de traitement dans l’agriculture date depuis trop longtemps.
les utilisateurs de ces produits pensent à cour terme que cela va leur faciliter le travail et leur apporter du rendement.
Mais ils se trompent, ils ne font qu’engraisser les multinationales et détruisent l’environnement.
Ils polluent la terre, l’eau, l’air et pas seulement les riverains mais aussi leurs familles pour des générations.
On voit bien dans les relevés et analyses faites au robinet tous les produits que les fournisseurs ne peuvent éliminer.
Mais leur réflexion à l’emporte pièce reflètent leurs sensibilités.
A propos des riverains qui sont à proximité de leur traitement, ils ne savent que dire.!!!
mais ils savaient bien qu’ils se feraient traités, empoisonnés !!
Pourtant il existe d’autres moyens pour pouvoir travailler la terre et avoir des produits plus sains à proposer.
Mais c’est une question de responsabilité, de respect de la vie que le plus grand nombre ne veut pas entendre.
Il faut pourtant une loi qui réglemente l’utilisation de tous ces produits destructeurs de vie.
on est nombreux à le penser et à promouvoir une agriculture raisonnée pour les générations à venir.
Cordialement

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Les transports, premier chantier de la métropole Aix-Marseille-Provence

    Les élus de la métropole Aix-Marseille-Provence, créée en janvier 2016, voteront le 15 décembre prochain en faveur d’un agenda de la mobilité, chargé de régler les problèmes de congestion d’un vaste territoire où la voiture individuelle est reine. ...

  • Ambition d’universalité pour les « EcoQuartiers »

    Le label EcoQuartier se renouvelle en 2016 pour rallier davantage de collectivités et de projets. Avec un objectif de 500 labellisés pour les deux prochaines années, parviendra-t-il à garder son niveau d’exigence ? ...

  • Le BIM, un changement de paradigme pour les services

    Chacun sait désormais ce qu’est le BIM et ce qu’il peut apporter. Mais il nécessite de profonds changements dans les pratiques des services techniques, que ce soit au niveau de la conception, de la définition des travaux, du suivi des opérations ou encore de la ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP