En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

 

Réagir

Finances locales

Les collectivités en ordre de batailles pour décrocher des subventions

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Actu experts finances, France

0

Commentaire

Réagir

Fotolia_69276286_XS © Fotolia

Des équipes dédiées accompagnent les services opérationnels dans la recherche de subventions, parfois essentielles au bouclage des projets.

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Financements alternatifs : sortir des sentiers battus

 

Chiffres-clés

  • 1,9 million d'euros : c'est le montant des subventions européennes obtenu par Nantes métropole sur un projet global de 18 millions d'euros (réunissant 28 partenaires) dont 4 millions destinés au territoire nantais. Les appels à projets européens s'opèrent en effet de plus en plus dans le cadre de consortiums de collectivités européennes réunissant au moins trois partenaires, parfois beaucoup plus.

La somme de 700 000 euros sur un total de 1,4 million… c’est le montant de l’appel à projet du fonds européen de développement écononomique et régional (Feder) remporté en septembre par la ville du Havre pour la mise en place d’une plateforme numérique dédiée aux entreprises.
Peu consommatrices de subventions européennes jusqu’à récemment, les collectivités se professionnalisent au fur et à mesure que l’étau financier se resserre. Au Havre, tous les projets de plus de 500 000 euros font systématiquement l’objet d’une recherche de subventions – tant auprès de l’Europe, que du département, de la région ou de l’Etat (lire ci-contre).

Une concurrence accrue

A l’échelle de ses 10 000 habitants, Saint-Max (Meurthe-et-Moselle) a aussi pris pour habitude de demander tous les financements disponibles : par exemple, la CAF est sollicitée non seulement pour les subventions d’équipement, mais aussi pour les projets pédagogiques. « Pour nous aussi c’est un réflexe, même si les subventions ne dépassent pas 2 à 3 % du budget. D’ailleurs, nous les sollicitons pour des projets qui apportent un service supplémentaire aux citoyens, notamment autour du numérique », assure Edith Letournel, adjointe aux finances d’Issy-les-Moulineaux (65 600 hab. , Hauts-de-Seine).

Les subventions sont cependant loin d’être la solution miracle, en raison de la concurrence accrue entre collectivités et des montants qui se réduisent. « Pour les fonds européens, on est passé de la logique de guichet unique territorial qui prévalait il y a quinze ans à une démarche d’appels à projets thématiques », note Olivier Mauret, directeur des coopérations et des partenariats métropolitains à Bordeaux métropole. L’innovation, les techniques de l’information et de la communication ou l’environnement et le développement durable font ainsi partie des thèmes prioritaires. « L’intérêt d’un appel à projets est aussi de faire travailler la collectivité en transversalité », constate Benoît Cuvelier, chargé de mission « programmes européens » à Nantes métropole (24 communes, 1 million d’hab.).

Témoignage : « Identification des projets, veille des financements et accompagnement »

Christophe Allonier, chef du service « financements extérieurs et mécénat » au Havre

« Nous sommes une toute petite structure : une assistante et moi. Nous cherchons des subventions auprès de la région, de l’Europe. Notre première mission est de recenser les projets auprès des services en leur rendant visite, en nous appuyant sur les tableaux de bord participatifs, etc. Sur la base de cette connaissance, nous effectuons une veille des appels à projets, à manifestations d’intérêt… par le biais d’un abonnement à des lettres de diffusion, mais aussi grâce à notre relationnel, notamment avec les financeurs. Le tout est de faire coïncider les projets et les possibilités de financements. Ce sont les services qui s’occupent du montage du dossier et du suivi administratif, mais nous sommes à leur disposition pour les accompagner. Au total, la part de subventionnement des investissements au Havre s’élève à 24 % du budget. »

 

CE QU’IL FAUT FAIRE

Faire appel aux différents fonds européens en complément de financements nationaux (Etat, région) et mener de front les deux démarches.

CE QU’IL FAUT ÉVITER

Attendre qu’un appel à projets soit publié pour monter un dossier. Les délais étant souvent très courts, il est préférable d’anticiper le plus en amont possible et de s’inscrire dans un réseau de partenaires identifiés.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts