Déchets

Des solutions anti-pollution contre le brûlage des résidus végétaux

Par
branchages

Patryssia - Fotolia

L’incinération des déchets verts est une source majeure d’émission de particules fines PM 2,5. Or, ces polluants atmosphériques ont un impact considérable sur la santé. Un million de tonnes de ces restes serait brûlé dehors annuellement, alors que cette pratique est illégale depuis 1978. Il incombe aux maires de faire respecter cette obligation. Pour stopper cet usage interdit, il faut proposer aux populations des systèmes vertueux leur permettant de se débarrasser ou de réutiliser les produits de leurs tailles et tontes.

Pas moins de 48 000 décès par an : tel est le lourd tribut payé par les Français à la pollution aux particules fines dites « PM 2,5 », estime une étude publiée par Santé publique France en juin 2016. La très petite taille de ces polluants leur permet de pénétrer au fond des poumons, jusque dans les alvéoles, et d’y rester, voire de passer dans le sang. Les respirer accentuerait les risques d’insuffisance respiratoire, les maladies cardio-vasculaires et certains cancers. Le chauffage au bois et le brûlage des déchets verts constituent leurs principales sources d’émission. Les feux de branchage et de résidus de tonte peuvent générer jusqu’à 45 % des particules envoyées dans l’air, selon une étude d’Air PACA, menée dans les vallées des Paillons (Alpes-Maritimes) et publiée en ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
Commentaires

2  |  réagir

12/11/2016 07h32 - Rouillé

C’est sur qu’il vaut mieux faire en voiture plusieurs trajets de 10-15 kms pour emmener ses déchets à composter plutôt que de les brûler dans son jardin ! c’est beaucoup plus écologique de consommer du carburant ! n’importe quoi ! par contre, les agriculteurs eux ont le droit de faire des brûlots où ils mettent parfois pneus, huiles, plastiques… et là ça ne dérange personne !

Signaler un abus
10/11/2016 10h44 - Henri Tanson

Les particules fines…
On devrait aussi évoquer la question de la production de méthane (gaz à effet de serre) qui résulte du compostage des déchets verts en fermentation…
Le brûlage traditionnel est peut-être la solution du moindre mal ?
Oui mais Bruxelles a dit…
Qui ça ? Un fonctionnaire européen au fin fond d’un bureau bruxellois…

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP