En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Funéraire

Carrés confessionnels : une gestion bien délicate

Publié le • Par • dans : Analyses juridiques, France

0

Commentaire

Réagir

Laicite dossier juridique © La Gazette Des Communes

De nombreuses communes disposent de « carrés confessionnels » trouvant leur origine dans un décret de 1804, abrogé, obligeant les maires à affecter un lieu de sépulture distinct à chaque culte officiel. La gestion des carrés confessionnels est encadrée par des principes issus de la tradition républicaine, mais de plus en plus soumise aussi aux demandes communautaristes. Juridiquement, les carrés confessionnels ne sont que des regroupements de sépultures justifiés par des demandes locales, en accord avec les recommandations de l’Etat.

Stéphane Brunella, Directeur général des services

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Les opérations funéraires

Jusqu’à la Révolution française, tous les cimetières étaient confessionnels. Ce n’est qu’après 1789 que le principe du cimetière républicain fait son apparition, avec la création du monopole communal des cimetières dès 1804. Nous devons à Napoléon Ier d’avoir fixé les règles de base des cimetières actuels, avec le décret du 23 prairial An XII (12 juin 1804) relatif au lieu d’inhumation, lequel donne à chaque citoyen le droit à une sépulture. Décret qui prévoit également dans son article 15 l’intégration des carrés confessionnels au sein du cimetière.

« Cimetière républicain »

Le principe est celui du cimetière communal obligatoire, républicain : chaque commune doit disposer sur son territoire d’un cimetière selon l’article L.2223-1 du code général des collectivités territoriales (CGCT).

Le principe de neutralité des cimetières a été consacré par la loi du 14 novembre 1881 qui interdit dans les cimetières communaux d’établir une séparation à raison de la différence des cultes. Elle interdit les divisions confessionnelles et déclare tous les cimetières « interconfessionnels ». Elle prévoit expressément que tout regroupement par confession sous la forme d’une séparation matérielle du reste du cimetière est interdit.

La loi de 1881 a abrogé l’article 15 du décret du 23 prairial An XII qui prévoyait l’obligation pour les communes de réserver dans les cimetières une surface proportionnelle aux effectifs de fidèles des différents cultes et faisait obligation aux familles de déclarer le culte du défunt. La loi de 1881 a imposé au maire de ne plus établir de distinction entre les croyances et les cultes des défunts, dans l’exercice de son pouvoir de police des funérailles.

La loi du 5 avril 1884 est venue la renforcer en interdisant toute attitude discriminatoire fondée sur la croyance ou l’absence de croyance religieuse.

Liberté des funérailles

Toute personne ayant droit à une sépulture dans le cimetière de la commune doit pouvoir s’y faire inhumer quelle que soit sa religion et ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Nouvel utilisateur ? Créez votre compte

Offre pour l’ensemble des agents de votre collectivité, demandez un devis

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

VOUS ÊTES ABONNÉ AU MAGAZINE LA GAZETTE DES COMMUNES

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Le numéro d'abonné se trouve sur l'emballage plastique du magazine. Il s'agit de la série des 8 ou 9 premiers caractères du code présent au-dessus de l'adresse postale. Il peut comporter un / ou une lettre.

Dans les exemples ci-contre, les numéros d'abonné sont :
1/1234567 ou A1234567

J'ai jeté l'emballage du magazine. Comment retrouver mon numéro ?

Demandez votre numéro d'abonné auprès du service abonnement : 01 40 13 50 65

VOUS ÊTES ABONNÉ A LA GAZETTE OU AU CLUB PREMIUM

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Votre numéro d’abonné vous a été envoyé par e-mail.
Il est composé d’un chiffre puis d’un slash (/) suivi d’une série de 7 chiffres
(exemple : 1/2345678)

Vous ne retrouvez pas votre numéro d’abonné ?

Demandez le auprès du service abonnement :
0 820 320 901 (Numéro Indigo : 0.12€TTC/min)