En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

2

Commentaires

Réagir

Solidarité

A l’heure de l’arrivée des migrants, les élus « sur les nerfs »

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une, France

2

Commentaires

Réagir

migrants-immigration-UNE © Noborder Network / Flickr CC BY 2.0

L’heure de la « jungle » de Calais a sonné : depuis lundi matin, les bus évacuent ses « habitants » vers des centres d'accueil et d'orientation situés un peu partout en France, à l’exception de la Corse et de l’Ile-de-France. Sur le terrain, les associations se mobilisent, les élus se déchirent, certains opposés à la décision préfectorale de créer un CAO sur leur territoire, d’autres déterminés à offrir l’hospitalité en dépit de l’opposition d’une partie de leur population.

Soudanais, Irakiens, Afghans ou Erythréens, ils s’entassent devant le « hangar » à Calais, pour une orientation vers une destination en France dont ils ignorent tout. Sous l’œil d’une centaine de caméras et la surveillance de 1250 policiers mobilisés en renfort des 2100 déjà présents sur place, ils montent dans les bus, 60 aujourd’hui, 45 demain, 40 après-demain, pour quitter le plus gros bidonville de France. Ils seront répartis dans les 280 Centres d’accueil et d’orientation sur tout le territoire.

« L’amour entre les gens ne s’impose pas, il se cultive, il se prépare » : tels sont les mots amers de Michel Issert, maire sans étiquette tendance droite, de Saint-Bauzille-du-Putois, commune de 1800 habitants. Ce matin, il a annoncé à la préfecture de l’Hérault la démission de l’ensemble de son conseil municipal. Et pour cause : il a été informé le 12 octobre au soir de l’arrivée de 87 migrants dans le centre de pleine nature « Les lutins cévenols ». « Ce centre est ouvert toute l’année, destiné aux touristes, mais aussi à des enfants de familles défavorisées des environs. On veut bien recevoir des migrants, mais dans des proportions raisonnables, et de façon coordonnée. Là, on nous ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Nouvel utilisateur ? Créez votre compte

Offre pour l’ensemble des agents de votre collectivité, demandez un devis

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Citoyenneté et droits de l'hommeSécurité publiqueSocialTravail social

VOUS ÊTES ABONNÉ AU MAGAZINE LA GAZETTE DES COMMUNES

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Le numéro d'abonné se trouve sur l'emballage plastique du magazine. Il s'agit de la série des 8 ou 9 premiers caractères du code présent au-dessus de l'adresse postale. Il peut comporter un / ou une lettre.

Dans les exemples ci-contre, les numéros d'abonné sont :
1/1234567 ou A1234567

J'ai jeté l'emballage du magazine. Comment retrouver mon numéro ?

Demandez votre numéro d'abonné auprès du service abonnement : 01 40 13 50 65

VOUS ÊTES ABONNÉ A LA GAZETTE OU AU CLUB PREMIUM

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Votre numéro d’abonné vous a été envoyé par e-mail.
Il est composé d’un chiffre puis d’un slash (/) suivi d’une série de 7 chiffres
(exemple : 1/2345678)

Vous ne retrouvez pas votre numéro d’abonné ?

Demandez le auprès du service abonnement :
0 820 320 901 (Numéro Indigo : 0.12€TTC/min)