En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Education

Le « concours général » dès l’école élémentaire !

Publié le • Par • dans : France, Innovations et Territoires

0

Commentaire

Réagir

Classe de primaire © Phovoir

Testé pour la première fois auprès de 242 élèves de CM2 de six écoles de Nice, un ensemble d’épreuves a été plébiscité par les élèves et leurs enseignants.

 

Chiffres-clés

  • Achat d’encyclopédies : 4 000 €, financés par la caisse des écoles.

[Nice (Alpes-Maritimes), 342 300 hab.]

Dans la vie d’un élève, le passage en sixième est une étape importante. Comment formaliser cet événement majeur, pour que chacun en conserve un souvenir inoubliable ?

Inspecteur de l’Education nationale à Nice, Jean-Luc Raynal a proposé d’organiser un concours général, point d’orgue du parcours scolaire en primaire : « L’objectif est de permettre à l’élève de rassembler toutes ses connaissances, de développer sa persévérance et aussi de vivre un projet qui favorise le sentiment d’appartenance à un groupe tout en offrant à chacun l’occasion d’exprimer ses talents. »

L’initiative a été soumise aux enseignants et les a convaincus. Le concours a été expliqué aux enfants d’une manière à les rassurer : « Les épreuves seront notées pour mesurer les efforts et progrès de chacun, mais ce n’est surtout pas un examen de passage en sixième ! » La ville a accepté d’apporter son soutien logistique. Un programme de révision couvrant les différentes disciplines, à savoir mathématiques, français, histoire-géographie, sciences et arts visuels, a été élaboré.

Les élèves et leur professeur y ont travaillé ensemble pendant une trentaine de jours. « Nous l’avons fait de façon à rendre le plus ludique possible cet exercice, assure Line d’Amico, enseignante à l’école « Les Orangers ». Ce sont les capacités de compréhension, de synthèse, d’expression et de rédaction des élèves que nous avons cherché à stimuler.»

« Imagine un monde futur »

Du 9 au 15 juin, 242 élèves de CM2 de six écoles primaires de Nice ont ainsi passé leur premier « concours général » dans les mêmes conditions que « les grands », chacun assis à sa table face à sa feuille, avec 45 minutes pour chacune des épreuves, à raison de deux par jour. « C’est génial mais on a eu la pression, admet un écolier. On a travaillé sur le futur ! »

« Imagine un monde futur », en effet, tel était le sujet de rédaction sur lequel les élèves avaient pu réfléchir à l’avance. La correction a réservé de belles surprises aux enseignants, prêts à relancer l’expérience l’an prochain.

Des encyclopédies offertes

A l’issue des épreuves, les élèves ont été conviés à une cérémonie. Un carnet de bord pour « bien profiter des vacances » et préparer leur entrée en sixième leur a été remis. Certains ont même pensé, grâce au concours, au brevet des collèges : « On sera préparé ! »

De plus, la Caisse des écoles de Nice a décidé, à l’unanimité, sur proposition de Jean-Luc Raynal, d’offrir une encyclopédie aux 190 élèves de CM2 des écoles de l’Ariane, un quartier qui relève du réseau d’éducation prioritaire et de la politique de la ville. « C’est un ouvrage que l’on conserve tout au long de sa scolarité. Il symbolise la culture et valorise l’apprentissage d’une langue française, commune et accessible à tous », justifie l’inspecteur. Dans ce quartier défavorisé de 12 000 habitants où le revenu médian ne dépasse pas les 8 900 euros par an, 80 % des élèves n’en possèdent pas.

« Bien sûr, il y a internet, mais une encyclopédie, c’est un beau livre que l’on garde et que l’on découvre tout au long de sa vie, appuie Lauriano Azinheirinha, adjoint au maire délégué à l’éducation et président de la Caisse des Ecoles. Nous envisageons donc d’étendre cette démarche à d’autres écoles l’an prochain. » Les précieux ouvrages ont été remis aux élèves en présence d’élus, lors de cérémonies dans chaque école.

« Un exercice noble qui consolide le lien avec l’institution scolaire et la ville »

JL RAYNALJean-Luc Raynal, inspecteur de l’Education nationale

Il n’était pas question de mettre en place un examen ou un certificat de fin d’études, l’idée que j’ai défendue est de valoriser le concours général comme un exercice noble qui promeut la connaissance, l’effort. Il consolide le lien avec l’institution scolaire et, au-delà, avec la ville, qui accompagnent l’élève vers le savoir. C’est un concours qui contribue aussi à donner du sens à l’apprentissage, au travail en groupe, avec le soutien des enseignants. Cet ensemble d’épreuves permet à chacun d’exprimer son talent.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Education

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.