En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

1

Commentaire

Réagir

Fonction publique

Les DG, entre inquiétude et détermination

Publié le • Par • dans : France, Toute l'actu RH

1

Commentaire

Réagir

PINTRE-Stephane-une © SNDGCT

Sur fond de rapport à charge de la Cour des comptes et de débat télévisé de la primaire de droite, qui placent la fonction publique dans le viseur, les 600 participants du 76e congrès du SNDGCT, qui se tenait à Antibes les 13, 14 et 15 octobre 2016, tentent de faire le dos rond.

 

Stéphane Pintre, président du Syndicat depuis dix ans, DGS d’Antibes devenu cette année aussi DGS de la communauté d’agglomération de Sophia-Antipolis, veut fédérer ses troupes contre le « fonctionnaire bashing » lors de son discours d’ouverture. Même si « le mal est fait », déplore-t-il, et qu’il sera « difficile d’y remédier avant les échéances électorales ».

Les DG digèrent la réforme territoriale…  Ressources humaines, commande publique, finances, réorganisation  et transition territoriales sont au centre de leurs préoccupations. Mais également  leur devenir.

Discussions laborieuses

« Concernant nos revendications, les discussions avec la DGCL restent souvent laborieuses et les avancées lentes, remarque Florence Baco-Ambrass, secrétaire générale du SNDGCT. Sur le statut de DGS, nous avons  réorienté  notre revendication sur la reconnaissance de la fonction de direction générale. Aucune modification législative n’étant à espérer, nous regardons désormais vers une éventuelle modification réglementaire. » Après l’onde de choc des élections de 2014, le syndicat  travaille notamment  à l’accompagnement des DG en situation de fin de détachement et à l’aspect contentieux qui en résulte. Une mission de « pré-médiation » d’anticipation et de conseils juridiques est même en cours de développement.

« Depuis mars 2014, 149 situations de fins de détachement sur emplois fonctionnels dont 26 depuis septembre 2015 ont été officiellement ouvertes et suivis, détaille la secrétaire générale. La moitié de ces situations n’est pas encore réglée. » Au travers d’une convention avec la MNT, 15 membres du SNDGCT ont même pu bénéficier de séances de soutien psychologique depuis avril 2014.

« La proposition de modification de l’article 53 de la loi de 1984 vers une formule plus souple mérite toujours d’être portée par le syndicat, ce qui permettrait d’éviter de mauvais reclassements et la souffrance qui les accompagne », affirme Florence Baco-Ambrass.

Reclassements difficiles

En outre, les retraites focalisent l’attention du SNDGCT – qui compte parmi ses 4000 membres des DG retraités – et effectue, au regard de la complexité du cadre juridique, une veille sur les modifications à venir et assure un suivi individuel. Signe des temps, au cours de tous les ateliers organisés et au travers des réactions des DG, c’est bien le procès fait à la fonction publique territoriale qui occupe tous les esprits. Lors de la présentation de l’étude comparée sur le statut et compétences des dirigeants territoriaux européens (voir encadré), Michel Senimon, délégué général d’Europa a résumé ce que tous ici semblent penser : « le statut est une jambe solide, c’est la seconde, le management qu’il faut renforcer ».

Une étude comparée du statut des dirigeants territoriaux

Une étude qui tombe à pic, au moment où les politiques de tous pays semblent s’acharner sur la fonction publique territoriale. « Certains pays l’ont véritablement déstabilisée, comme en Italie : en voulant la faire évoluer, ils ne l’ont pas professionnalisée, mais politisée. » Un constat sévère que dresse Michel Senimon, délégué général d’Europa(1),  venu présenter l’étude « Statuts,  compétences et responsabilités des dirigeants territoriaux en Europe », réalisée en partenariat par le SNDGCT et l’Udite(2). Au-delà des difficultés sémantiques et de la forte diversité des statuts juridiques et professionnels des dirigeants territoriaux, ont tous connu des réformes de méthodes et de gouvernance. Ils ont vu apparaître des systèmes « hybrides », tous axé autour de la recherche de la performance. Leur relation aux « politiques » reste dans tous les cas complexes et leur neutralité, en conséquence, ne peut être que relative.

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts
Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. Henri Tanson 15/10/2016, 08h30

    Faire le dos rond ?
    Je propose aussi, de mettre la tête dans le sable...!
    Depuis que j'écris des commentaires sur la Gazette, je ne cesse d'alerter sur ce qui attend la Fonction publique et qui est déterminé par l'application des traités européens.
    Le temps qui passe confirme mes inquiétudes...
    Mais j'ai l'impression d'être le seul à comprendre que ce qui se passe n'est pas conjoncturel mais programmé.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.