En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

2

Commentaires

Réagir

Territoires ruraux

Redynamiser la ruralité : un enjeu crucial

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une, France

2

Commentaires

Réagir

Plateau de La Godivelle (Puy-de-Dôme) Plateau de La Godivelle (Puy-de-Dôme) © Flickr by Panoramas

Lors de la 7e édition des Entretiens de la Gouvernance Publique (EGP) qui ont eu lieu ce 4 octobre à Paris, la ruralité s’est invitée au cœur du débat présidentiel. Réunis autour du ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, élus et chercheurs ont débattu des « réalités rurales dans les dynamiques territoriales » et ont tenté de dessiner la ruralité de demain.

 

Les ruralités en crise

La ruralité, ou plutôt les ruralités, connaissent aujourd’hui de nombreuses crises. De l’avis de Jean-Marie Guilloux, qui dirige le Centre de médiation prospective Mission Agrobiosciences, l’une des raisons à ces problèmes est précisément cette mauvaise définition du rural qui limite l’efficacité des réponses politiques.
Le périurbain n’est pas la campagne, la plaine n’est pas la montagne, et chacun de ces territoires rencontre des crises qui lui sont propres.

Comment remédier à ces crises, et en particulier à la crise agricole dont le secteur est en plein bouleversement ? Intégrer pleinement la ruralité dans le débat présidentiel à venir sera indispensable et les intervenants de ces EGP en sont conscients.

« Il y a sur les territoires ruraux 11 millions d’habitants. Donc c’est un électorat important et il faut lui parler sinon il va voir les extrêmes », anticipe déjà Pierre Morel-A-L’Huissier, député LR de Lozère. De l’avis des intervenants, le renouveau rural doit passer par cinq thèmes : le numérique, la mobilité, la santé, le lien énergie-urbanisme et l’agriculture.

Le numérique, une priorité pour redonner confiance aux territoires ruraux

De l’avis de Julien Dive, député LR de l’Aisne, le développement du numérique est le plus indispensable car en plus de permettre l’implantation d’entreprises, il est « aussi un bon moyen de rapporter de l’information, de la formation et de la culture à celui qui ne peut pas se déplacer ». Des problèmes de mobilité auxquels fait écho Stéphane Le Foll qui souhaite que les intercommunalités rurales fassent un effort d’investissement dans les transports collectifs. « A part le ramassage scolaire, quel transport collectif reste-t-il aujourd’hui dans certains lieux reculés ? » s’interroge-t-il. Le développement des maisons de santé et de l’aide à domicile doit aussi rester une priorité pour ces élus qui redoutent les déserts médicaux.

Partir des demandes de la ruralité pour trouver des solutions

Des propositions bienvenues mais qui, pour Jean-Marie Guilloux, ne doivent pas venir seulement de l’extérieur. « Nous devons arrêter d’avoir ce regard surplombant sur la ruralité et raisonner en termes de manque. Il faut mieux écouter les demandes de la ruralité et réfléchir à ce qu’elle peut nous apporter, pas seulement ce que nous nous pouvons lui donner. »

Une façon de penser qui a permis au ministre de l’Agriculture d’approfondir deux thèmes qui lui tiennent particulièrement à cœur, ceux des énergies renouvelables et du renouveau de l’agriculture. Partisan de longue date de l’agroécologie, il a rappelé l’importance du développement de la biomasse et de la méthanisation. « Le monde rural est capable de développer des énergies renouvelables. Nous devons avoir un vrai lien entre la campagne et la ville pour que les déchets deviennent de vraies ressources. »

La Loi NOTre, pas encore suffisante pour donner aux territoires ruraux tout leur poids

Des réformes qui, de l’avis des élus présent, devraient être facilitées par la Loi NOTRe et les pouvoirs supplémentaires accordés aux régions, plus à même d’agir pour le développement économique de leurs territoires.

Le co-président de l’IGTD et initiateur de ces EGP, Jean-Pierre Balligand, regrette néanmoins que le texte n’aille pas encore assez loin en termes de moyens financiers accordés aux régions qui « ne sont plus des nains juridiques mais restent des nains fiscaux ».

Les idées à porter pour les ruralités lors des élections présidentielles et législatives sont donc nombreuses et les élus ruraux comptent les mettre en avant. Reste à savoir s’ils pourront le faire alors que la sécurité et l’identité dominent pour l’instant les débats.

« Je considère que c’est un enjeu qui a été pris en considération, estime Pierre Morel-A-L’Huissier. Les Républicains ont organisé, il y a deux mois, une journée consacrée à la ruralité. Nicolas Sarkozy a fait des propositions intéressantes tout comme Bruno Le Maire. Si le sujet est un peu mis de côté le temps des primaires, il sera porté dès que notre candidat aura été désigné ». Mieux vaut tard que jamais.

 

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Aménagement ruralDéveloppement durableRéforme territoriale

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Bancal 10/10/2016, 21h58

    ET vous vous etes pas fait mal au moins en tombant de votre chaise urbaine ?
    Avec une hauteur de vue de cette qualité, ni la ruralité ni la France n'est sorti de l'auberge. ou comme on dit à la campagne, "on n'a pas le c.. sorti des ronces".
    En tous cas en disant que moins il y a d'acteurs du développement rural, plus la ruralité s'en sortira, c'est une vision pour le moins osée pour ne pas dire "ringarde"

  2. 2. pov citoyen 08/10/2016, 08h01

    Pour avancer sur ces sujets, il faudrait faire évoluer ces ringards de sénateurs (trop payés, inutiles) et passer à l'âge moderne. Entendre aussi le président de l'association des maires ruraux dire qu'il faut conserver toutes les petites communes parce que les communes sont utiles me fait tomber de ma chaise.
    Avec ces gens là, nous ne sommes pas sortis de l'ornière dans nos territoires ruraux.
    Pendant ce temps, les autres pays s'organisent....

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.