En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir

[EDITORIAL] Elections

La démocratie, cet autre déficit

Publié le • Par • dans : France

1

Commentaire

Réagir

Carte de france bleu blanc rouge © Fotolia

Devant la Conférence des villes organisée le 22 septembre par France urbaine, le ministre des Collectivités territoriales, Jean-Michel Baylet, a justifié le report de toute décision relative à l’élection des conseillers métropolitains au suffrage universel direct en 2020. Une nouvelle reculade !

 

«Se donner du temps en raison de l’absence de consensus des élus sur la question. » C’est l’explication donnée par le ministre des Collectivités territoriales, Jean-Michel Baylet, devant la Conférence des villes organisée le 22 septembre par France urbaine. Le ministre a ainsi justifié le report de toute décision relative à l’élection des conseillers métropolitains au suffrage universel direct en 2020. Une nouvelle reculade !

Sérénité

Un amendement gouvernemental devrait ainsi modifier l’article 54 de la loi « Maptam ». Cette disposition prévoyait la fixation des modalités d’élection au suffrage universel direct des conseillers métropolitains avant le 1er janvier 2017. En soi, attendre que les opinions (même farouchement contraires) surgissent, que le débat soit posé de façon sereine et toutes les solutions discutées, c’est de bon aloi. Le « hic », c’est que l’on a dépassé le stade de l’urgence. Cette annonce ressemble une nouvelle fois, et sous couvert de pragmatisme, à la suppression d’une date butoir politiquement gênante. Une nouvelle fois, car il apparaît que toutes les questions qui fâchent sont systématiquement reportées : financement de la Gemapi, réforme de la DGF

Urgence

S’agissant de l’introduction du suffrage universel pour les communautés, l’urgence n’est pas que temporelle. C’est en clarifiant enfin les choses que les maires, sans surprise, mais non sans légitimité, sont décidés à maintenir leur représentation. Soutenus par le Premier ministre, qui a salué leur « force d’innovation », défendus par l’Association des maires de France, l’Association des maires ruraux de France ou encore l’Association des petites villes de France, ils pourront préserver leur rôle, mais aussi l’ajuster à la nouvelle carte administrative de la France.
L’urgence, c’est donc de s’adapter à la réalité. La création de grandes intercommunalités, aux compétences très larges et de proximité, impose de se poser effectivement la question de la légitimité des élus intercommunaux. Une urgence démocratique.

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés DécentralisationElectionsIntercommunalitéRéforme territoriale

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. pov citoyen 02/10/2016, 07h25

    Il y a une chose sur laquelle il faudrait revenir, c'est la rémunération des élus.
    En général, ils sont payés 2 fois si ce n'est plus.
    Avec 2 mandats, on cumule les rémunérations (avec un plafond, assez haut, mais qui n'englobe qu'une partie des revenus); avec 3....; plus une petite présidence par ci par là non incluse dans les plafonds....
    Avec son emploi, on cumule en plus souvent les rémunérations: c'est en tout cas le cas de bon nombre d'élus dans l'administration et dans certaines entreprises.
    Et je ne parle pas des avantages couteux sur le dos des autres.
    Que d'hypocrisie sur le sujet.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.