Transition énergétique

Énergie, climat et collectivités : cinq chiffres qui montrent l’ampleur de la tâche

| Mis à jour le 23/11/2016
Par
climat

Flickr by CC Michel

Comprendre l'enjeu pour les collectivités d'un document tel que la PPE (programmation pluri-annuelle de l'énergie) est loin d'être évident. Pour y voir plus clair, nous avons comparé ces objectifs aux chiffres actuels que vient de publier l'Ademe. En résulte 5 enjeux clés qui concernent tout à la fois l'énergie, la mobilité, le bâtiment, la biodiversité et bien sûr la lutte contre le réchauffement climatique.

cet article fait partie du dossier

Loi de transition énergétique : de la théorie à l’application

Disposition phare de la loi transition énergétique, la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) est en pleine phase de concertation. Ce texte vise à fixer des objectifs pour une première période de 3 ans (2016-2018), puis une seconde période de 5 ans (2019-2023). Mais ces objectifs de long terme tranchent avec la réalité des statistiques mise en avant par l’Ademe dans un document qui compile les dernières données énergétiques et climatiques disponibles.

1- Coup de froid sur la chaleur renouvelable

a1

La problématique
Les débats portant sur la trajectoire qui doit permettre à la France de verdir son mix électrique ont un impact assez limité sur la stratégie énergétique des collectivités. Elles sont en première ligne en revanche pour accompagner l’essor de la chaleur renouvelable.

Le constat
Les réseaux urbains de distribution de la chaleur desservent 6 % du parc immobilier en France contre 13 % en moyenne en Europe. Or l’érosion du prix des énergies fossiles n’encourage personne à mettre les bouchées doubles pour investir dans des installations mutualisées et pour trouver des alternatives au fioul et au gaz. Les statistiques de l’Ademe montrent que depuis 2012, le nombre de nouvelles chaufferies bois diminue. Et la tendance semble se poursuivre sur 2015 et 2016.

Les enjeux
La PPE fixe un rythme annuel de développement de 50 à 100 MW pour le bois énergie sur la période 2018-2023. La montée en puissance de la contribution climat-énergie pourrait stimuler les nouveaux projets. De 22 € par tonne de CO2 en 2016, elle devrait passer à 30,5 € en 2017, 39 € en 2018, 56 € en 2020 puis 100 € en 2030. Pour l’association Amorce comme pour le Syndicat national du chauffage urbain (SNCU), l’atteinte de l’objectif passe aussi par un doublement du fonds chaleur, un engagement pris à plusieurs reprises par la ministre de l’Environnement Ségolène Royal, mais qui peine à se concrétiser.

2- Une politique climatique désorganisée

a2La problématique
Les lois Maptam et transition énergétique ont donné davantage de cohésion aux politiques climatiques territoriales. Pour que la France atteigne ses objectifs (réduire de 40 % ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport à 1990 et les diviser par quatre d’ici 2050), les régions sont devenues les chefs de file de la transition. Les EPCI à fiscalité propre ont eux la charge de rédiger des plans climat-air-énergie territoriaux (PCAET) pour passer de la théorie à la pratique.

Le constat
En attendant les effets de ces évolutions réglementaires, la première génération de plans climat s’imposait à toutes les collectivités de plus 50 000 habitants, ce qui a généré une superposition ubuesque de documents. Fin 2015, les communes représentent encore 19 % des plans opérationnels, et les départements, qui ne semblent pas prêts à lâcher leur rôle, 19 %.

Les enjeux
Les EPCI de plus de 50 000 habitants ont jusqu’à la fin de l’année pour adopter un PCAET, contre fin 2018 pour ceux de plus de 20 000 habitants.

3- Pas de miracle dans le bâtiment

a3La problématique
La stratégie nationale bas-carbone attribue des objectifs précis à chaque secteur pour atteindre le facteur 4 (1). Et si le transport est le plus gourmand, représentant 28 % des émissions de gaz à effet de serre, le bâtiment sera davantage mis à contribution car les solutions sont davantage maîtrisées. Objectifs : réduire les émissions de 54 % d’ici 2030 ; de 87 % d’ici 2050.

Le constat
La baisse est amorcée et dans le tertiaire, les collectivités ne semblent pas les plus mal parties. Sur les 25 dernières années, les bâtiments d’enseignements affichent ainsi de bien meilleurs résultats que les commerces par exemple. Le chemin est encore long néanmoins. D’autant que si le poids du chauffage a tendance à diminuer dans les dépenses globales (de 55 % en 1995 à 47 % en 2012), d’autres enjeux commencent à émerger comme la consommation d’électricité spécifique (les ordinateurs de bureau, les ascenseurs…). Parallèlement, les collectivités doivent accompagner la décarbonation du secteur résidentiel. Or les progrès importants consentis sur les constructions neuves ne feront pas tout. 54 % des logements ont été construits avant la première réglementation thermique de 1974, rappelle l’Ademe. Et 30 % avant 1998.

Les enjeux
La mise en place de plateformes territoriales conçues pour offrir aux habitants un service complet de performance énergétique pourrait permettre de massifier les opérations de rénovation… Sauf qu’aujourd’hui, les financements manquent cruellement pour qu’elles se mettent en place.

4- Électro-mobilité : la grande inconnue

a4La problématique
La stratégie de développement de la mobilité propre incluse dans la PPE joue sur tous les tableaux pour opérer un virage à 180 degrés dans la politique de transport : l’efficacité énergétique des véhicules, le report modal, la maîtrise de la demande. Parmi les objectifs fixés par la loi transition énergétique : 7 millions de points de recharges pour les véhicules électriques en 2030.

Le constat
Fin 2015, l’Ademe avait soutenu le déploiement de 19 000 bornes publiques dans le cadre du programme Investissements d’avenir. Et que l’on raisonne en termes de points de charges ou de prises, la France semble tenir la comparaison internationale (même si rapporté au nombre d’habitants, de plus petits pays comme la Norvège semblent intouchables). Atteindre 7 millions de points de recharge s’annonce toutefois titanesque.

Les enjeux
Les collectivités qui ont la compétence transport et les syndicats d’énergie qui maîtrisent les réseaux sont en première ligne pour engager la transition vers l’électromobilité et à l’instar de Bordeaux, du Sydev en Vendée ou de la métropole Rouen Normandie, ils ne s’en privent pas. L’État s’est quant à lui engagé à ce que certains territoires ne soient pas totalement oubliés. Reste à savoir si l’impulsion publique suffira. Car pour atteindre ce chiffre de 7 millions, la mobilisation de fonds privés semble plus que nécessaire.

5- Ne pas oublier l’adaptation

a5La problématique
Si les collectivités doivent changer leurs habitudes pour contribuer à leur petit niveau à limiter l’impact du réchauffement climatique, leur rôle est aussi d’adapter leur territoire à ses conséquences comme la hausse du niveau de la mer ou les mouvements de terrain en Outre-mer, la migration des espèces animales et végétales qui doit influer sur les choix des services espaces verts, …

Le constat
L’augmentation du nombre de jours de canicule est l’une des problématiques les plus immédiates, en particulier dans les grandes villes. À Toulouse ou à Paris, la tendance est nette comme le montre l’évaluation de l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique… Un cercle vicieux puisque le phénomène d’îlots de chaleur urbains renforce le recours à la climatisation et contribue un peu plus au réchauffement climatique.

Les enjeux
Pour retrouver de la fraîcheur, les villes ont d’ores et déjà identifié quelques recettes : valoriser les zones humides, redonner sa place au végétal, miser sur les couleurs claires…

Dossier
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP