En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

3

Commentaires

Réagir

Social

Secret médical : l’ordre des médecins approuve le partage d’informations

Publié le • Par • dans : France

3

Commentaires

Réagir

maison de sante © Fotolia

La publication en juillet d'un décret ouvrant le secret médical à des des non-professionnels de santé avait inquiété certains médecins. Pour l'ordre, si le texte est respecté, c'est une véritable avancée.

 

Le décret du 20 juillet 2016 relatif aux conditions d’échange et de partage d’informations entre professionnels de santé et autres professionnels des champs social et médico-social et à l’accès aux informations de santé à caractère personnel a causé quelques remous dans le monde médical.

« On ouvre la boîte de Pandore. Ne soyons pas naïfs, c’est le début de la fin du secret médical, dont ne vont pas manquer de profiter les payeurs que sont les complémentaires santé » , déclarait ainsi fin août au Parisien le docteur Didier Le Vaguerès, président de la Fédération des médecins de France de l’Essonne.

Le décret offre en effet la possibilité aux médecins de donner des informations médicales aux  ostéopathes, psychothérapeutes, mais aussi aux assistants maternels et familiaux, éducateurs, aides familiaux ou autres travailleurs sociaux.

« Que viennent faire là-dedans les chiropracteurs, les assistantes maternelles… Une fois que ces gens auront des informations forcément sensibles, qui garantit qu’ils ne la diffuseront pas ? » est allé jusqu’à demander Jean-Paul Hamon, président national de la Fédération des Médecins de France (FMF).

« Beaucoup ont vu une mise à mal du secret médical » dans le décret, a reconnu Patrick Bouet, le président du Conseil de l’ordre des médecin (CNOM), lors d’une conférence de presse mardi 27 septembre. Pas question cependant de dénoncer ce texte. « Ce décret, nous l’avons voulu, affirme-t-il. Pour que les choses soient aussi claires en médecine ambulatoire qu’en médecine hospitalière ». Dans les hôpitaux, le partage d’informations, facilité dans ce milieu clos, était déjà réglementé.

Une ouverture limitée

Mais au domicile, la situation restait floue, souligne le Dr Bouet. « Moi, médecin généraliste, je dis régulièrement à l’aide ménagère : « Mme X. a un diabète et donc que si elle a des sueurs, il faut lui donner deux sucres dans un verre d’eau ». Je ne respecte donc pas le secret médical. »

L’Ordre souligne aussi que le décret offre une possibilité, pas une obligation. « Les professionnels participant à la prise en charge d’une même personne peuvent [...] échanger ou partager des informations relatives à la personne prise en charge », est-il écrit pas « doivent échanger ».

Deux limites sont également imposées aux professionnels de santé qui souhaitent partager des informations :

  • seules les informations strictement nécessaires à la coordination ou à la continuité des soins, à la prévention, ou au suivi médico-social et social de ladite personne peuvent être communiquées ;
  • les informations doivent se limiter au périmètre des missions des personnes non soumises au secret médical.

La personne malade doit par ailleurs donner son accord à la divulgation de certains éléments de son dossier médical. « Lorsque la personne est hors d’état d’exprimer sa volonté, seule l’urgence ou l’impossibilité d’informer cette personne peut dispenser le professionnel ou la personne participant à sa prise en charge de l’obligation d’information préalable », précise le décret.

Haut de page

3

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Fonction publiqueSanté

3 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Pad 29/09/2016, 09h31

    Un médecin m'a indiqué un état de santé d'une amie... N'est-ce pas un manquement au secret professionnel ? La relation étroite qu'on peut avoir avec une personne ne le justifie pas.

  2. 2. ssrw38 28/09/2016, 08h21

    Il est important que ces professionnels : assistants maternels et familiaux, éducateurs, aides familiaux ou autres travailleurs sociaux n'aient strictement accès qu'aux données de santé impactant leur travail et mission auprès des personnes. On a vu récemment trop de cas de signalement abusif de la part de travailleurs sociaux qui sans connaitre un sujet (ils n'ont pas formation médicale !) on mis à mal bien des familles. Or une fois l'engrenage de la justice lancé il est plus que difficile de l'arrêter.

  3. 3. Henri Tanson 28/09/2016, 08h20

    Ah, le Big Data...
    Partage des données, valorisation des données : il faut nous habituer à ce que toutes les informations qui nous concernent soient monnayées, vus les intérêts financiers qu'elles représentent... C'est trop tentant. Il est difficile d'imaginer que cela se fasse dans notre intérêt...
    Et puis, vis à vis du secret professionnel, ça va bien dans le sens de la transformation de l'exercice de la médecine dans des groupements financiers qui associeront des professionnels de la santé, salariés (et donc, contrôlés...), des assureurs, des laboratoires, des financiers..., desquels se sera complètement retiré l'Etat, et entre lesquels il ne sera plus question de secret professionnel, ni d'intérêt des patients; bien au contraire. L'intérêt sera avant ou économique : la rentabilité...
    À propos, cette évolution concernant l'exercice de la médecine est simplement l'application des traités européens (art. 168 & 169, du TFUE, entre autres..). Et c'est la fin des services publics, par la même occasion. Mais bon, comme ça se fait doucement, personne ne s'en aperçoit. Et surtout, personne n'en parle : suivez mon regard, du côté des présidentiables...

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.