En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir

[INTERVIEW] Simplification et qualité du droit

« Les autorités politiques doivent mettre au premier rang la politique de simplification »

Publié le • Par • dans : Actu juridique, France

1

Commentaire

Réagir

conseil d'etat © patricia marais

Le Conseil d'Etat se penche à nouveau sur la simplification et la qualité du droit dans son étude annuelle 2016. Un bilan très critique que nous exposent Patrick Gérard, rapporteur général, et Charles Touboul, rapporteur général adjoint de la section du rapport et des études.

Observateur et partie prenante à l’élaboration du droit, le Conseil d’Etat a choisi de consacrer son étude annuelle 2016 à la simplification et la qualité du droit, un sujet que les conseillers estiment fondamental pour notre démocratie. Ils dressent un bilan décevant des outils mis en place et de leur application au service de cet objectif. Ils appellent ainsi les décideurs publics à un sursaut, qui passe par un véritable changement de culture. Dans ce but, le Conseil d’Etat émet 27 propositions, et prend toute sa part à travers six engagements.

Pourquoi avoir choisi le thème de la simplification et de la qualité du droit cette année ?

Patrick Gérard : Nous avons choisi ce thème pour deux raisons essentielles. La première est que le Conseil d’Etat avait déjà traité ce sujet en 1991 et 2006. Il avait alors déjà averti les pouvoirs publics de la situation, et proposé différentes solutions, dont l’étude d’impact.  Nous avons constaté que 25 et 10 ans après, la situation s’était  encore détériorée.

La seconde raison, c’est que les différentes études que nous avons menées à l’étranger (Pays-Bas, Italie, Allemagne, Royaume-Uni) et au sein des institutions européennes montrent qu’il existe ailleurs une vraie volonté de diminuer le nombre de normes et de mieux les rédiger.

Parce que l’un des enjeux essentiels, c’est l’attractivité de la France, le Conseil d’Etat a voulu revenir sur le sujet,  avertir que l’on a atteint un état de dégradation de la norme nécessitant une réaction ferme.

Charles Touboul : Le Conseil d’Etat ne veut pas se résigner. Même si beaucoup de choses ont déjà été tentées, et que peu ont fonctionné, il ne faut pas baisser les bras. On ne peut pas laisser les choses dériver davantage.

A lire aussi, notre article sur le rapport annuel de 2007 : Le Conseil d’Etat s’interroge sur l’efficacité de la simplification du droit

Quelles sont les principales conclusions de votre étude ? Rarement le CE n’a été aussi ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Nouvel utilisateur ? Créez votre compte

Offre pour l’ensemble des agents de votre collectivité, demandez un devis

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

VOUS ÊTES ABONNÉ AU MAGAZINE LA GAZETTE DES COMMUNES

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Le numéro d'abonné se trouve sur l'emballage plastique du magazine. Il s'agit de la série des 8 ou 9 premiers caractères du code présent au-dessus de l'adresse postale. Il peut comporter un / ou une lettre.

Dans les exemples ci-contre, les numéros d'abonné sont :
1/1234567 ou A1234567

J'ai jeté l'emballage du magazine. Comment retrouver mon numéro ?

Demandez votre numéro d'abonné auprès du service abonnement : 01 40 13 50 65

VOUS ÊTES ABONNÉ A LA GAZETTE OU AU CLUB PREMIUM

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Votre numéro d’abonné vous a été envoyé par e-mail.
Il est composé d’un chiffre puis d’un slash (/) suivi d’une série de 7 chiffres
(exemple : 1/2345678)

Vous ne retrouvez pas votre numéro d’abonné ?

Demandez le auprès du service abonnement :
0 820 320 901 (Numéro Indigo : 0.12€TTC/min)