Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

Baisse des dotations : les grandes villes s’adaptent à la dure

Publié le 22/09/2016 • Par Cédric Néau • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, France

etude france urbaine recettes
France Urbaine-Banque postale
A l’occasion de la 16e conférence des villes, France Urbaine et la Banque Postale livrent une photographie financière des grandes villes et métropoles. Edifiant, mais pas forcément dramatique.

Comptablement parlant, les grandes villes et leur groupement ont plutôt bien résisté à ces années d’assèchement des ressources des collectivités.

Selon une enquête exclusive que l’association France Urbaine, en partenariat avec la Banque Postale, dévoile ce 22 septembre à la 16e conférence des villes, l’épargne brute des 50 territoires urbains correspondant à l’ensemble des métropoles et des communautés urbaines, ainsi que les communautés d’agglomération de plus de 150 000 habitants (Or agglo parisienne), a progressé de 7,4 % entre 2014 et 2015, de 8,2 % en intégrant les résultats de leur groupement.

Ce niveau d’autofinancement, complété des ressources d’investissement aurait pu même leur permettre de couvrir l’intégralité des dépenses d’investissements, soit 10,5 milliards d’euros, sans recourir à l’emprunt, si certaines d’entre elles n’avaient pas profité des taux bas pour renégocier des prêts intégrant des remboursements d’indemnités de remboursement anticipées capitalisées dans le cadre du fonds de soutien aux emprunts toxiques. Pas de quoi tirer la sonnette d’alarme a priori.

Un investissement sacrifié

Mais si les équilibres – qui cachent de grandes disparités – sont au final préservés, ils l’ont été au détriment des investissements, particulièrement pour les communautés d’agglomération, dont les investissement ont baissé de 14,4 %,, et les communautés urbaines (-12 %).

Sur l’ensemble du panel étudié par France Urbaine et la Banque Postale – qui réalisent-là un ...

Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Baisse des dotations : les grandes villes s’adaptent à la dure

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X