En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

5

Commentaires

Réagir

Rémunérations

Les fonctionnaires territoriaux sont-ils des nantis ?

Publié le • Par • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

5

Commentaires

Réagir

dette-surendettement-argent-UNE © AlexanderStein / Pixabay CC

Dans un article publié sur son site internet, Le Figaro "décortique" l'étude de l'Insee parue en fin de semaine dernière portant sur l'évolution des salaires dans la fonction publique territoriale en 2014. Partant d'un constat exact - la croissance de 0,8% du salaire moyen dans la FTP en 2014 en euros constants - le quotidien affirme que les agents n'ont pas perdu de pouvoir d'achat comme ils aiment l'affirmer. Un raccourci qui mérite d'être éclairci.

 

Le Figaro ne fait dans la dentelle. « Ceux qui se plaignent ne sont pas toujours les plus mal lotis » attaque ainsi le quotidien dans son article sur l’évolution des salaires dans la fonction publique territoriale en 2014.

Et le constat du Figaro est aussi simple que son titre : « Non les agents de la fonction publique n’ont pas perdu de pouvoir d’achat ». Un papier qui, en quelques jours seulement, a été commenté plus de 230 fois ! Et si certains saluent, comme « Marcelle Sansreaction »  « la réalité portée à la connaissance des électeurs! », d’autres commentateurs s’étonnent des raccourcis opérés par la journaliste, rappelant au passage que toutes les fonctions publiques ne sont pas concernées par cette étude de l’Insee contrairement à ce que le titre laisse penser, et que « La F.P. d’Etat, à elle seule 50% des effectifs, a son point d’indice bloqué (pas d’augmentation de salaire) depuis plusieurs années. » (comme la fonction publique territoriale, depuis 2010, ndlr)

200 euros nets de moins par mois !

Un peu plus loin, « David Stéphane » qui se présente comme fonctionnaire, évoque, lui, son quotidien : « Ha ben ça alors, directement concerné, j’ai perdu environs 200 euros net par mois, et le droit de bosser 4 ans de plus, en effet ça augmente, mais pas sur la feuille de paie … »

Quant à « Gérard Genty », il rappelle une évidence mathématique : « Je suis de plus en plus agacé par la publication de valeur moyenne non accompagnée de la valeur médiane correspondante. Ceci non seulement sur les salaires de la fonction publique mais pour toute moyenne publiée. »

Toujours 6% de moins que dans le privé

Car en effet, si le salaire moyen a effectivement augmenté en 2014 dans la FPT de 0,8% en euros constants (inflation prise en compte), il demeure que cette hausse ne reflète pas totalement la réalité rencontrée par les agents dans leur collectivité.

Ainsi, si le salaire moyen, toutes catégories confondues, s’élève en 2014 à 1877 euros nets par mois, le salaire médian, lui, retombe  à 1 688 euros nets par mois en euros constants en 2014.

En clair, la moitié des agents de la  territoriale gagne moins de 1688 euros/mois. Des revenus à mettre en perspective avec ceux du privé, puisque l’Insee a dévoilé, mercredi 21 septembre, son enquête dédiée à ce secteur.

Ainsi, le salaire net moyen a augmenté de 0,5% en euros constants en 2014 dans le secteur privé, le portant à 2225 euros net par mois. Le salaire médian est ici de  1 783 euros nets par mois, soit 6% de plus que le salaire médian dans la FTP.

Bref, il est assez difficile de soutenir que les fonctionnaires sont mieux lotis que les autres, et qu’ils n’ont aucune raison de se plaindre.

Et beaucoup d’inégalités…

Car l’étude de l’Insee fait aussi apparaître de fortes inégalités, au sein de la territoriale.

Cette augmentation des contrats aidés mais également la non revalorisation de l’indice minimum de la fonction publique depuis le 1er janvier 2013 tendent « à renforcer les inégalités dans la moitié basse de l’échelle salariale », constatent les auteurs de l’étude. En 2014, les 10 % des salariés les moins rémunérés gagnaient moins de 1 314 euros net par mois. (La Gazette).

La collectivité d’appartenance joue par ailleurs un rôle dans le niveau de salaire de l’agent.

Si les régions se montrent les plus généreuses (hausse des salaires de 1,4% en 2014), dans les départements et les EPCI à fiscalité propre, les salaires ont augmenté mais de manière bien plus modeste, seulement 0,4% de hausse.

Enfin, à noter la différence de traitement entre les agents titulaires et les autres. En 2014, les salaires des contractuels ont régressé en moyenne de 1,3 % ! Ils représentent pratiquement 20 % des effectifs de la FPT.

« Il y a une grande différence entre les titulaires dont la rémunération a progressé en moyenne de 1,4 % l’an passé en euros constants (à 1952 euros) et les autres salariés qui ont vu leurs revenus baisser en moyenne de 1,3% (à 1591 euros). L’écart entre titulaires et contractuels continue donc à s’accentuer puisqu’en 2013 ces derniers avaient déjà vu baisser leur rémunération de 0,4% alors que celles des fonctionnaires était restée stable. L’écart entre titulaires et contractuels continue donc à s’accentuer puisqu’en 2013 ces derniers avaient déjà vu baisser leur rémunération de 0,4% alors que celles des fonctionnaires était restée stable » pouvait-on lire dans La Gazette.

Salaire des fonctionnaires : comparez, simulez, partagez !

Haut de page

5

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

5 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. geronimo 28/09/2016, 11h32

    Les différences entre territoriaux sont quand même énormes : mon voisin, agent technique d'un département fait 32h sans aucune responsabilités et gagne autant que moi (2100 net) alors que je dirige un service technique de 50 agents d'une mairie et que je fais 50h hebdo... cherchez l'erreur...

  2. 2. h2p 27/09/2016, 12h14

    2 visions s'opposent :
    - la gazette qui imagine que mieux = plus, et qui oublie toujours d'évoquer l'origine de l'argent des salaires des fonctionnaires (impôt et dette publique). De meilleurs salaires auraient pour conséquence d'augmenter la dette ou les impôts. Oui les fonctionnaires sont mieux lotis : je n'ai jamais vu une mairie être délocalisée ; quant un emploi est supprimé c'est le plus souvent un départ en retraite non remplacé ce qui est logique car oui il y a trop de fonctionnaire en France par rapport à la population et à la qualité du service public.
    - le Figaro qui fantasme sur un faussé entre le public mou et le privé travailleur. Le Figaro oubli les gros salaires et primes dans le privé. Il pourrait évoquer plus souvent les parachutes dorés de certain patrons incompétents et du salaire de Carlos Ghosn peut-être ...
    PS:je suis fonctionnaire

  3. 3. typtop21 22/09/2016, 18h10

    A la relecture, j'ai oublié les "actions sociales internes" ...

    J'ai pu bénéficier de prestations médianes :
    - Ticket restaurant à 7€ avec participation employeur à hauteur de 3,5€ sur 200 tickets /an : 700€ de perdus
    - Participation Mutuelle à hauteur de 10€ / mois : 120€ perdus
    - Participation ANCV à hauteur de 15% pour plus de 270€ possible /mois sur 11 mois : autour de 440€ encore envolés
    soit 1260 € non retrouvés en FPE

    La mobilité FPT -> FPE : + de 9000 € perdus soit environ 3,5 mois de traitement de mon ancien employeur public

    Passer de prés de 2600€ net à 1900€, ça fait mal.

    Le changement d'environnement de travail n'ayant pas de "prix", on ne peut pas tous accepter une baisse aussi forte de son "salaire"

    Ourgh la mobilité !

  4. 4. Bravo 22/09/2016, 10h03

    Enfin un article qui prend en compte la médiane. Encore un petit effort et nous comparerons les différents déciles; ce qui risque de mettre en cause certains points définis comme certains.

  5. 5. typtop21 22/09/2016, 07h40

    Effectivement la FPT rémunère beaucoup mieux grâce aux largesses de son régime indemnitaire.

    Pour les mêmes fonctions en FPE suite mobilité, perte sèche de 770€ net / mois, dur pour gérer son budget mensuel. Vacances d'été à la maison, abonnement sport des enfants annulés, etc.

    Avec la prime annuelle versée en juin et décembre, cette perte est lissée à 550€ net / mois à laquelle il faut rajouter encore la prime annuelle versée en FPT de 1200€ perdue
    soit un total de cette première année de détachement de 7800€ envolés : et on s'étonne que la FPE voit ses bons éléments partir en FPT
    Sans compter la prime de fin d'année réduite à sa plus basse valeur l'année de mon départ pour la FPE.
    Et oui, on favorise les agents qui restent ! Le roi ou la reine n'apprécie pas que les membres de leur "cour" s'en aille .... Vive la mobilité !!!!!

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.