Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Prévention de la radicalisation

« L’Etat islamique et le FN redonnent malheureusement de l’espoir à une génération en perte de sens »

Publié le 20/09/2016 • Par Pascal Weil • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

Michel Fize
Fize
Dans son livre « Radicalisation de la jeunesse – la montée des extrêmes» à paraître le 10 octobre prochain aux éditions Eyrolles, le sociologue Michel Fize s’intéresse à deux formes de radicalisation de la jeunesse, djihadiste et d’extrême droite, qu’il considère aujourd'hui comme dominantes. A travers les divergences et les ressemblances que présentent ces jeunes radicalisés, il dresse le portrait d’une « génération sacrifiée » à qui il faut redonner de l’espoir. Réservé sur l’efficacité de centres de déradicalisation, pour lui, les réponses sont à trouver du côté de la réussite scolaire et d’une mobilisation de la société en termes d’emploi.

Votre livre « Radicalisation de la jeunesse » traite parallèlement de la radicalisation djihadiste et de celle d’extrême droite. Pourquoi ce choix ?

Aujourd’hui, dès que l’on parle de radicalisation, on entend djihad. Or, celle-ci ne se borne pas au djihadisme et j’ai voulu sortir du monopole dans lequel il se tient. En effet, la radicalisation exprime différentes sortes de radicalités dont l’une d’elle est politique : la radicalité « frontiste ».

Il me semblait important d’apporter un regard différent et décalé sur le phénomène de radicalisation, en particulier islamiste, qui semble se résumer à une affaire de police, de services de renseignement et de prison. En tant que sociologue et spécialiste de la jeunesse, mon rôle est de prendre de la distance afin de trouver les « racines du mal ...

Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« L’Etat islamique et le FN redonnent malheureusement de l’espoir à une génération en perte de sens »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X