Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Intercommunalité

Limoges se démène pour rejeter le passage en communauté urbaine

Publié le 15/09/2016 • Par Julie Carnis • dans : Régions

limoges-hotel-de-ville
Matt Brown - Flickr CC BY 2.0
Lors d’une séance extraordinaire du conseil communautaire le 14 septembre, la ville de Limoges s’est opposée au passage de communauté d’agglomération en Communauté Urbaine. Alors même que des intercos XXL voient le jour en Nouvelle Aquitaine.

L’ex-capitale régionale, gouvernée à droite, conditionne son adhésion au projet de communauté urbaine à la mise en place d’une co-gouvernance avec l’exécutif de l’Agglomération, présidée par la gauche.

Comme les 18 autres membres de l’EPCI (206 000 hab.), la ville a trois mois pour soumettre la proposition à son conseil. Si elle maintenait sa position, Limoges deviendrait la seule ex-capitale à avoir décliné le dispositif dérogatoire prévu par la loi Notre et ses 3,2 millions d’euros de dotations supplémentaires.

Séance sous tension que celle à laquelle ont assisté les conseillers communautaires mercredi 14 septembre. En effet, bien que le vote se soit révélé favorable à la transformation de l’EPCI en CU, le processus sera vraisemblablement bloqué au niveau des conseils municipaux.

Limoges, représentant plus de 25% de la population du territoire communautaire, estime mériter une meilleure place dans le futur ensemble. Sa prééminence démographique la place effectivement en capacité d’enrayer la machine.

« C’est une question de confiance » ont estimé collégialement les conseillers d’opposition de droite qui jugent que le projet portée par la métropole, présidée par le socialiste Gérard Vandenbroucke « politise » une assemblée « censée représenter toutes les sensibilités ».

« Les délégations clés sont confiées à des élus PS, alors que la principale ville de l’agglo est à droite », a commenté Christian Hanus, conseiller de la ville de Limoges délégué à la démocratie de proximité. Selon lui, « il ne faut pas chercher ailleurs le désintérêt des citoyens pour la vie politique. »

Contre la « concentration des pouvoirs »

« Que chacun prennent ses responsabilités », telle était la demande du président Gérard Vandenbroucke, qui avait convoqué cette séance. Séance de quatre heures qui ...

Article réservé aux abonnés gazette

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Limoges se démène pour rejeter le passage en communauté urbaine

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement