En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir

Social

Accueil des migrants de Calais : les élus locaux entre provocation et apaisement

Publié le • Par • dans : A la une, France

1

Commentaire

Réagir

migrants-immigration-UNE © Noborder Network / Flickr CC BY 2.0

Des révélations du Figaro du 13 septembre sur un plan gouvernemental prévoyant la répartition des migrants calaisiens sur le territoire national ont provoqué les réactions vives de deux présidents de région, Laurent Wauquiez et Christian Estrosi (LR). Du côté des maires, directement concernés, l’on se veut plus rassurant, tout en exigeant la concertation avec l’État.

Mardi dernier, Le Figaro révélait un plan gouvernemental sur la création de 8200 places dans des Centres d’accueil et d’orientation (sur un ensemble de 12000 pour l’année 2016) pour répartir équitablement sur le territoire les migrants Calaisiens dont 80% relève du statut de réfugié, selon le gouvernement.

Ces structures au statut juridique flou, à la durée de vie incertaine et au prix de journée qui laisse les associations gérantes dubitatives (25 euros par jour), ont été créées dans l’urgence à partir de novembre 2015. Elles ont pour vocation d’accueillir les migrants temporairement afin de les aider à établir leur situation administrative, à effectuer une demande d’asile, et les accompagner socialement, avant de les rediriger vers des hébergements plus pérennes type CADA (Centre d’accueil pour demandeurs d’asile).

Mercredi, la commission des loi du Sénat demandait à entendre « dans les plus brefs délais » le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, sur la future répartitions des CAO. Elle veut notamment s’assurer que le plan ne fasse pas « peser de nouvelles obligations sur les communes. »

Laurent Wauquiez, président (LR) de la région Rhône-Alpes – Auvergne, qui devrait accueillir 1784 migrants sur les 12 000 à répartir, a attisé la polémique, en appelant les maires à s’opposer à l’accueil de ces personnes, allant même jusqu’à proposer une aide juridique aux élus réfractaires…

Volonté d’apaisement

Du côté des maires, directement concernés par l’implantation de CAO sur leur territoire, l’on se veut apaisant. Selon André Laignel (PS), vice-président de l’Association des maires de France, le plan de répartition des migrants comporte deux phases.
Durant la première, qui se déroule en ce moment, les préfets recensent toutes les possibilités d’accueil existant au niveau national. La deuxième phase sera consacrée au dialogue avec les maires des communes concernées.

« Nous avons été reçus, avec François Baroin, par Bernard ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Nouvel utilisateur ? Créez votre compte

Offre pour l’ensemble des agents de votre collectivité, demandez un devis

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés EuropeLutte contre l'exclusionSocial

VOUS ÊTES ABONNÉ AU MAGAZINE LA GAZETTE DES COMMUNES

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Le numéro d'abonné se trouve sur l'emballage plastique du magazine. Il s'agit de la série des 8 ou 9 premiers caractères du code présent au-dessus de l'adresse postale. Il peut comporter un / ou une lettre.

Dans les exemples ci-contre, les numéros d'abonné sont :
1/1234567 ou A1234567

J'ai jeté l'emballage du magazine. Comment retrouver mon numéro ?

Demandez votre numéro d'abonné auprès du service abonnement : 01 40 13 50 65

VOUS ÊTES ABONNÉ A LA GAZETTE OU AU CLUB PREMIUM

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Votre numéro d’abonné vous a été envoyé par e-mail.
Il est composé d’un chiffre puis d’un slash (/) suivi d’une série de 7 chiffres
(exemple : 1/2345678)

Vous ne retrouvez pas votre numéro d’abonné ?

Demandez le auprès du service abonnement :
0 820 320 901 (Numéro Indigo : 0.12€TTC/min)