En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

2

Commentaires

Réagir

Lutte contre les discriminations

Diversité dans la fonction publique : le Conseil commun appuie sur l’accélérateur

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

2

Commentaires

Réagir

© Ministère fonction publique

La mission sur les discriminations dans l’accès à l’emploi public, confiée par le Premier ministre à l’universitaire Yannick L’Horty, a présenté son état des lieux lundi 12 septembre au Conseil commun de la fonction publique. En contrepoint, Annick Girardin a rappelé les mesures qu’elle porte pour favoriser la diversité depuis son arrivée à la tête du ministère de la fonction publique.

 

Attachée, depuis sa nomination, à l’ouverture de la fonction publique à la diversité, Annick Girardin, ministre de la fonction publique, a fait le point, lundi 12 septembre au Conseil commun de la fonction publique (CCFP), après les prises de paroles syndicales, sur le chemin parcouru en matière de lutte contre les discriminations et sur ce qui reste à faire.

Depuis 2015, des actions en faveur de «l’égalité réelle» ont été votées, d’autres sont incluses dans le projet de loi égalité et citoyenneté en débat au Sénat du 4 au 6 octobre. « La lutte contre les discriminations est un sujet complexe qui doit être appréhendé à tous les niveaux de la chaîne, de l’orientation aux conditions de recrutement en passant par la variété des profils », a souligné la ministre.

Sensibiliser les jeunes dès la 3è

En amont, pour démocratiser l’orientation vers l’accès à la fonction publique, l’accent sera mis sur la sensibilisation et l’information des jeunes sur les métiers des fonctionnaires. La ministre a déposé deux amendements au projet de loi, l’un pour donner la possibilité, dès la classe de troisième, puis au lycée, de faire un stage dans une administration, le second pour mieux orienter les étudiants vers le service public.

Les chômeurs de moins de 28 ans des quartiers prioritaires, des zones de revitalisation rurale et d’outre-mer devraient également bénéficier d’un contrat en alternance pour présenter les concours de catégorie A et B.

Un 3e concours étendu

Ce Conseil commun de rentrée a été l’occasion de débattre du rôle de ces concours, car loin de contribuer aux discriminations, ils continueraient à garantir l’égalité d’accès. La ministre a proposé de rappeler systématiquement l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, selon lequel tous les citoyens doivent pouvoir bénéficier de l’accès aux emplois publics, dans tous les avis de concours ainsi qu’aux jurys.

Ceux-ci verront alterner un homme et une femme à leur présidence, dans l’esprit du protocole d’accord relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique signé en 2013.

L’accès au troisième concours devrait être étendu plus largement aux activités professionnelles associatives et à l’apprentissage. Ces mesures qui devraient intervenir avant la fin du quinquennat s’ajoutent à l’objectif de recrutement de 10 000 apprentis dans la fonction publique de l’Etat et au doublement du nombre de places dans les classes préparatoires intégrées, ce qui les portera à un millier pour des jeunes d’origine modeste.

Plan d’action systémique

Parlant d’un «plan d’action systémique», la ministre a en outre promis aux membres du CCFP des plans d’actions pour la diversité dans les écoles de service public – en lien avec la mission Rousselle qui a présenté une première étape de son rapport sur le sujet -, et dans les ministères, où une double labellisation diversité et égalité professionnelle entre les femmes et les hommes se met en place.

Sur ce thème, la mission confiée à la députée Françoise Descamps-Crosnier devrait rendre ses conclusions sur les écarts dans les avancements, les promotions et les rémunérations dans les trois versants de la fonction publique avant la fin de l’année.

Former les recruteurs

La ministre, qui prône des « mesures fortes » pour réduire les discriminations promet aussi un rapport biennal sur la lutte contre les discriminations et la collecte systématique des données relatives aux candidats aux concours pour assurer un suivi. Et parce que le maillon faible de l’accès diversifié aux fonctions publiques reste l’étape du recrutement, des tests de discrimination seront organisés chaque année et une formation pour lutter contre les préjugés et les stéréotypes généralisée en 2017 pour les recruteurs, notamment dans l’hospitalière et la territoriale, pointées comme défaillantes en matière de diversité par le rapport L’Horty.

Faire pression sur les employeurs

«Le rapport du chercheur Yannick L’Horty, très intéressant, montre qu’il manque des données objectives notamment pour la fonction publique territoriale. Ce qui nous amène à demander la création d’un observatoire », souligne Evelyne Boscheron, membre suppléante (CGT) du CCFP et auteure du rapport «Liberté, inégalité, fraternité – Intégrer l’égalité professionnelle dans la fonction publique territoriale » qui avait fait date lors de sa présentation en décembre 2005 au Conseil supérieur de la FPT.

Dix ans après, l’ancienne secrétaire fédérale reconnaît des avancées légales et réglementaires, mais pas toujours d’application dans les faits. « Les collectivités ont des obligations de fournir des données chiffrées en matière d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, mais elles réalisent très peu de rapports de situation comparée. Il faut des moyens de pression sur les employeurs qui ne répondent pas », suggère Evelyne Boscheron.

La préparation aux concours et la sensibilisation des plus jeunes et plus largement du grand public à la fonction publique sont en outre à renforcer, selon son organisation syndicale, pour aller vers plus de diversité.

La diversité bientôt au CSFPT

La diversité, thème cher à la ministre, devrait être pris en charge par la formation spécialisée numéro 5 du Conseil supérieur de la FPT, comme l’ont annoncé lors du Conseil commun son président Philippe Laurent et Bruno Collignon, président (FA-FPT) de cette instance interne au CSFPT. « La territoriale serait moins vertueuse dans la lutte contre les discriminations et en matière de diversité. J’ai proposé que ce thème fasse partie des trois abordés en 2017, de façon à prolonger les échanges du conseil commun. Nous allons inviter Yannick L’Horty pour analyser et voir comment améliorer ce qui peut l’être. Nous solliciterons aussi le Défenseur des droits, pour voir s’il a connaissance de ces situations », décrit Bruno Collignon qui sera présent vendredi matin, comme ses collègues des autres organisations syndicales, à une réunion sur l’égalité réelle dans la fonction publique en outre-mer.

La protection fonctionnelle améliorée

Sur les deux textes soumis à l’avis du CCFP, le texte sur la protection fonctionnelle des fonctionnaires et de leurs ayants droit, issu de la loi déontologie, a été voté à l’unanimité des membres du Conseil commun. Son examen avait été suspendu en juillet.

La nouvelle version ne mentionne plus de seuil selon la taille de la collectivité et n’indique plus de plafond pour les honoraires d’avocat – ce qui risquait de faire gonfler leurs honoraires – mais seulement un taux horaire qui ne devra pas être disproportionné. Et ce ne sont plus les assurances personnelles qui interviendront en premier ressort, mais l’assurance de la collectivité.

Un second texte, à l’initiative de la CGT, se proposait de réduire le nombre des membres du conseil commun. Par trop défavorable aux organisations syndicales minoritaires qui ont, jusqu’à présent pu conserver un siège dans cette instance paritaire consultative nationale, il a été retiré.

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. bazane 15/09/2016, 10h03

    Tout à fait d'accord avec DRH.
    La discrimination est bien souvent l'argument d'auto justification invoqué par ceux qui sont récusés du fait de leur incompétence.

  2. 2. DRH 14/09/2016, 17h48

    Cette information m'inspire un certain nombre de remarques :
    - l'accueil de stagiaires dans la territoriale n'est pas une nouveauté. Notre ville de 50 000 habitants, avec son agglo et son CCAS ont accueilli en 2015 800 jeunes sur 1800 demandes de stage.
    - depuis 20ans nous accueillons 12 apprentis en formation. Les nouveaux textes faits pour élargir le nombre d'apprentis risquent d'être contre productifs. Les organes délibérants vont devoir se prononcer sur la liste des machines et des produits (classés à risque) utilisés par les apprentis mineurs. Choc de simplification.. Quand par ailleurs vous voyez les taux d'indemnisation (depuis quelques années déjà), vous remarquez qu'un apprenti n'est, à l'heure travaillée, pas loin du salaire d'un smicard (en net). Pour quelqu'un qui apprend son métier ce n'est guère rentable. Certes la transmission du savoir est capitale, mais il conviendrait de payer à un tarif plus raisonnable...
    Je note que les vilains petits canards de l'accueil de la diversité sont l'hospitalière et la territoriale. Pas en matière de handicap en tout cas, et pour faire un lien avec une info récente, ces canards là ne "négocient" pas à la baisse leurs contributions au FIPHFP... Comment le contrôle sera t'il fait ? Par des CV avec des noms "diversifiés". J'espère que le jeu est régulier et que les expériences ou diplômes sont identiques à ceux des CV ordinaires éventuellement retenus... Car je ne vais as recruter quelqu'un issu d'un quartier prioritaire moins compétent qu'un candidat issu d'un quartier ordinaire. L'égalité d'accès aux emplois publics, c'est à compétences égales. Sinon il faut tout de suite dire qu'on fait de la discrimination liée à l'habitation, et c'est inéquitable, sauf dispositions particulières comme celles des emplois aidés.
    Quant à l'égalité femme/homme quelle tarte à la crème... Trouvez-moi des EJE, des ATSEM, des "puériculteurs", des assistants sociaux.. Si je comprends la loi, si vous m'en trouvez un je devrai l'embaucher, même s'il fait un mauvais entretien, uniquement pour équilibrer ma parité ? Et je devrais faire l'inverse dans les métiers techniques du bâtiment où les femmes sont sous-représentées ?
    L'important n'est-il pas de pouvoir choisir son métier ? Quand la compétence est là, je crois vraiment que c'est cela qui est retenu chez 95 % des recruteurs, sauf sans doute pour les postes politiques comme le montrent les valses dans les régions ces derniers temps...

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.