En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir

[EDITORIAL] Réforme territoriale

Le socialisme à visage urbain

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : France

1

Commentaire

Réagir

© FLickr CC Moyan Brenn

A neuf mois de l’élection présidentielle, le gouvernement a présenté un projet de loi, au cœur de l’été, accordant de nouveaux pouvoirs à la ville de Paris et mettant sur la rampe de lancement quatre métropoles supplémentaires. Une nouvelle victoire pour les territoires urbains au détriment des départements.

 

Chiffres-clés

Agenda - Evénement

Pour aller plus loin sur les enjeux de lancement des métropoles françaises, rendez-vous lors de la conférence "Développement des métropoles", organisée par La Gazette des communes le 29 novembre 2016 à Paris.

Programme et inscription ici.

Réformer jusqu’au bout. A neuf mois de l’élection suprême, le pouvoir central s’attaque au statut de la capitale. Dans un projet de loi présenté au cœur de l’été, il donne son feu vert aux desiderata de la municipalité Hidalgo : regroupement des quatre arrondissements centraux, pleins pouvoirs en matière de circulation, fusion des services de la ville et du département… Entre petits arrangements entre amis et élan décentralisateur, ce texte met aussi sur la rampe de lancement quatre nouvelles métropoles à Dijon, Orléans, Saint-Etienne et Toulon.

Nouvel ordre territorial

« La France a autant de communes que toute l’Europe réunie. Elle va bientôt avoir autant de métropoles que le monde entier réuni ! », ironisait, voici une poignée de mois, le ministre des territoires Jean-Michel Baylet. Avec ce projet de loi piloté par l’Intérieur et Matignon, le radical terrien est servi. Les métropoles, à l’origine même du nouvel ordre territorial avec la loi « Maptam » de 2014, viennent le parachever. Cette mandature marque le triomphe du socialisme à visage urbain qui voit dans les grands groupements intercommunaux les principaux vecteurs de dynamisme économique et sociétal.

Ruse de l’histoire

Encombrés d’un mode de scrutin baroque (les improbables tickets homme-femme sur un seul et même territoire), dépouillés de compétences clés en matière de transport, en proie à une paupérisation sans précédent, les départements apparaissent comme les principales victimes de ce big-bang. Dans le même mouvement, le Sénat risque de perdre une bonne partie de sa raison d’être. Non-cumul oblige, il devrait, à partir de 2017, être dépourvu de tout chef d’exécutif local. Difficile, pour lui, alors, d’assumer sa mission constitutionnelle : représenter les collectivités. Le département dévitalisé, le Sénat déclassé : de cette manière, le PS marche sur les pas du général de Gaulle pour qui ces deux organes, « sans rapport avec la France moderne », représentaient « la France du XIXe siècle, celle du seigle et de la châtaigne ». Quelle ruse de l’histoire !

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Etat et collectivités localesRéforme territoriale

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. Gump 12/09/2016, 14h47

    J'ai quelque peu du mal à suivre l'auteur.
    En effet, il présente la réforme du statut de Paris comme un Nième recul des compétences accordées aux départements!
    Juste pour rappel, Paris est à la fois commune et département et cette réforme ressemble plutôt à une "normalisation" de son statut en transférant du Préfet à la commune et au département les prérogatives en matière de gestion de la voierie notamment!

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.