Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Action sociale

Face à la crise, il faut faire autrement dans le social

Publié le 13/09/2016 • Par Isabelle Raynaud • dans : France

BONNES-PRATIQUES-Finances-sophia-antipolis-freine-ses-depenses
D.R.
Dans les services chargés du social aussi, la crise budgétaire des collectivités territoriales se fait de plus en plus sentir. Chaque euro est désormais compté. Pourtant, dans ce contexte difficile, les besoins d’aide sociale ne font que progresser. Les collectivités n’ont d’autre choix que d’innover dans leur politique. Même s’il n’est pas toujours simple de revoir des années de pratiques, surtout face à des populations en grande difficulté.

Cet article fait partie du dossier

Action sociale : faire plus avec moins

C’est un slogan qui fait grincer des dents. Il n’empêche, dans tous les services, il relève d’une nécessité : il faut faire plus avec moins. Depuis le début de la crise économique, le nombre d’usagers venus demander de l’aide a explosé, celui des allocataires du revenu de solidarité active (RSA) augmentant par exemple de 31 %. Or, pendant la même période, les apports de l’Etat ont été réduits. Pour les départements, le reste à charge relatif au RSA est passé de 10 à 35 % entre 2004 et 2015. « Les moyens n’augmenteront pas davantage », assure Frédéric Bierry, président (LR) du département du Bas-Rhin et président de la commission « solidarité et affaires sociales » de l’Assemblée des départements de France. Au contraire, ajoute-t-il, « il va encore falloir diminuer la dépense publique ».

Mais comment accepter cette réalité dans les services de l’action sociale, face à des bénéficiaires qui n’ont souvent que cette aide pour finir leur mois ? Si la tentation de faire moins avec moins est grande chez certains, pour beaucoup, ce serait perdre le sens de l’action sociale. Hors de question, donc, de s’y résoudre. Alors il faut inventer pour s’assurer que l’argent est bien employé et mutualiser au maximum.

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Face à la crise, il faut faire autrement dans le social

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X