En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Numérique

« Si les acteurs publics n’investissent pas dans l’économie collaborative, les modèles capitalistiques classiques le feront »

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

© denis_pc - Fotolia

L'Institut des Mines-Télécom, qui regroupe toutes les écoles des Mines et Télécom de France, lance un MOOC visant à décrypter les rouages de l'Economie collaborative. Une partie du cours sera centrée sur le rôle des collectivités au sein de cette nouvelle économie. La Gazette a interrogé l'un des professeurs à l'origine du MOOC, destiné - entre autres - aux élus et aux fonctionnaires territoriaux.

 

Chiffres-clés

MOOC est un acronyme anglais qui signifie "Massive open online course" c'est-à-dire une formation en ligne ouverte à tous. Concernant celui sur l’économie collaborative : 

- déjà 7200 inscrits ;

-durée 5 semaines, soit 10 heures de cours ;

-début des cours : 24 septembre ;

-inscription gratuite en ligne possible jusqu'au 9 octobre ;

-certification à la fin du parcours.

Ce MOOC a été produit l'institut des Mines-Télécom et est financé par la Maif.

Jean Pouly est chargé du développement  à l’Iram (International Rhône-Alpes Médias) au sein de Télécom Saint-Etienne, il y enseigne l’économie numérique.

Comment avez-vous eu l’idée de créer un MOOC dédié l’Economie collaborative ?

Jean Pouly : L’institut Mines Télécom, qui est le producteur de ce MOOC, vient de lancer une collection de MOOC afin de donner à tous des outils de compréhension de notre société qui est en pleine mutation. Trois MOOC ont donc été développés :

  1. Sur la transition industrielle ;
  2. Sur la transition énergétique ;
  3. Sur la transition numérique.

Sur ce dernier point, nous [ndlr : Mines-Télécom Saint-Etienne, avec Télécom Bretagne et Télécom, école de management Paris], avons donc proposé de travailler plus spécifiquement  sur l’économie collaborative  car  c’est une économie très populaire – avec les « géants » du secteur Airbnb, Uber ou blablacar  dont tout le monde a déjà entendu parler – et à la fois aussi très ouverte puisque finalement aujourd’hui, tout le monde en devient usager à un moment ou à un autre !

Mais au-delà, il y a selon nous, un véritable enjeu d’information sur cette économie collaborative… On parle souvent, notamment dans les débats ou dans la presse, de cette économie collaborative, mais on en a que des bribes de compréhension avec des concepts comme l’ « ubérisation » de la société, c’est pour cela qu’il nous semblait donc nécessaire de créer un cours structurant qui décode tous les mécanismes socio-économiques de cette économie qu’on appelle collaborative, du partage ou encore de la fonctionnalité. C’est le premier du genre !  Nous avons pour ce MOOC fait intervenir des experts (chefs d’entreprises, etc.) capables d’expliquer les tenants et les aboutissants de cette nouvelle économie comme l’apparaiement (la mise en relation d’offreurs et demandeurs) et la masse critique…qui en sont les bases.

A qui s’adresse ce MOOC ?

J.P. : Il s’adresse aux curieux que l’économie collaborative intrigue, mais aussi aux entrepreneurs qui veulent monter une start-up dans le domaine, ou encore aux collectivités et leurs acteurs. J’ai moi-même piloté la partie « l’économie collaborative pour les collectivités ».

En fait, les collectivités peuvent être tout à la fois :

  • utilisatrices de ces services (je présente des expériences menées en Angleterre qui marchent très bien);
  • mais aussi s’en saisir, notamment dans le cadre de leurs missions de service public !

Ainsi, je cite par exemple les services de co-voiturage qui existent dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, à l’image de « Oura » qui fédère des communautés d’utilisateurs mais au niveau local… Ainsi à Saint-Etienne, nous avons une communauté sur le campus universitaire qui regroupe les étudiants et enseignants et une deuxième qui a été créée par l’agglomération ! C’est très pertinent à l’échelle d’un territoire et cela fonctionne très bien. Il y aussi une volonté de développer, par le biais de ce type de plateforme, une mobilité durable. Et c’est un enjeu très important pour les collectivités, qui remplissent ici une partie de leur mission de service public.

Dans le MOOC je cite tout un tas d’exemples qui se déroulent en ce moment aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, et qui pourront je l’espère, inspirer nos collectivités !

Donc selon vous, les collectivités ont tout intérêt à s’emparer de cette économie collaborative ?

J.P. : Oui ! Moi je pense sincèrement que tant du point de vue utilisateur qu’investisseur, il y a  des enjeux très forts pour les territoires.

La preuve est que vous avez par exemple de plus en plus de mairies, de départements, de régions qui ouvrent ou qui permettent d’ouvrir des centres de co-working (espaces de travail partagés) pour développer de l’activité économique sur leur territoire mais aussi pour retenir des habitants sur des territoires périphériques et ainsi éviter la congestion avec les flux pendulaires autour des grandes villes…

Ainsi, notre objectif avec ce MOOC est d’aller chercher, non pas ces collectivités déjà « averties », mais toutes les autres ! Je pense aux acteurs de l’économie sociale et solidaire, qui font du collaboratif depuis toujours mais qui ne se sont pas saisis du numérique mais aussi aux acteurs du secteur public et donc les collectivités.

Car il y a d’immenses opportunités dans ces technologies et ces nouvelles manières de mettre en relation dans les territoires… Et si les acteurs publics ne s’en saisissent pas, il n’y a que les modèles capitalistiques classiques, qui donnent naissance à des Airbnb, Uber, qui le feront !

 

 

 

 

 

 

 

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.